fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

28 janvier 2016

Travailler avec l’Afrique en 2016 : une offre croissante de talents

Au sommaire de ce dossier :
© paulmz-Fotolia.com

Croissance oblige, le marché du recrutement est très actif en Afrique subsaharienne mais l’offre évolue avec, en particulier, le retour des membres de la diaspora. Les cabinets spécialisés demeurent incontournables pour assurer le succès du recrutement.   L’Afrique a un besoin croissant de talents mais les conditions du recrutement évoluent. « Les entreprises étrangères font de moins en moins appel à des expatriés non-africains » fait remarquer Igor Rochette, responsable du bureau parisien de Michael Page Africa, une entité spécialisée dans le recrutement de cadres supérieurs et de dirigeants, qui dispose de trois bureaux (Casablanca, Johannesburg et Paris). Le phénomène s’explique d’abord, comme dans d’autres régions du monde, par la nécessité de réduire les coûts. Dans certains pays, les gouvernements favorisent l’emploi de cadres nationaux. Tel est le cas notamment du Gabon. « Il est de plus en plus difficile pour les expatriés d’obtenir le visa de travail » indique Igor Rochette. Les profils généralistes se heurtent à l’offre locale que le gouvernement souhaite promouvoir. Seuls les cadres pointus et les spécialistes ont une chance de pouvoir travailler au Gabon. Autre tendance : le retour des binationaux et des...

Il vous reste 70% de l'article à lire
Ce dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité et contient 17 articles
Se connecter
Pas encore lecteur? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Ce dossier : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres