fbpx

Guinée

Économie

Informations pays

Population (millions, 2018) : 13,29
Capitale : Conakry
Devise : Franc guinéen (GNF)

Indicateurs économiques :
Taux de croissance du PIB réel (1) : 2019 : 5,89 % (estim.) ; 2018 : 5,8 %
Revenu national/hab. en parité de pouvoir d’achat (USD, 2017) (2) : 2 240

Sources : (1) FMI (2) Banque mondiale.

Conjoncture

La reprise de l’économie guinéenne se confirme avec un taux de croissance de 6,7 % en 2017, porté par la production de bauxite, la construction et la production agricole. Une croissance dont la population ne semble pas percevoir les effets : employés de banques, populations riveraines des mines de bauxite, enseignants, avocats, opposition ont manifesté leur mécontentement ou mené des grèves tout au long de l’année. Un accord sur trois ans assorti d’une Facilité élargie de crédit (FEC) a été conclu avec le FMI en novembre.

Le Plan national de développement économique et social (PNDES), feuille de route du gouvernement de 2016 à 2020 dont le besoin de financement est estimé à 14,6 milliards de dollars (Mds USD) est articulé autour de quatre piliers : la gouvernance, le capital humain, la transformation économique durable et inclusive et l’environnement. Il a reçu un large soutien des bailleurs de fonds et du secteur privé réunis en décembre 2016 à Paris avec 12,6 Mds USD d’engagements fermes, dont 7 Mds USD du secteur privé. Très présente, la Chine a octroyé en septembre 2017 un prêt de 20 Mds USD sur 20 ans en contrepartie de concessions minières. Les projets qui garantissent ce prêt comprennent la raffinerie d’alumine de China Power Investment Corp, la mine de bauxite d’Aluminium Corp of China et un projet de bauxite du China Henan International Cooperation Group, tous situés dans la ville de Boffa. Une première tranche de 1,3 Md USD est disponible immédiatement pour financer des infrastructures prioritaires (routes, extension du port de Conakry, ligne de transport d’électricité).

La production de bauxite a augmenté de plus de 50 % en 2016, à 27,6 millions de tonnes (Mt), faisant de la Guinée le quatrième producteur mondial. Chalco, filiale de la société chinoise d’aluminium Chinalco, prévoit de démarrer l’exploitation des gisements de bauxite des blocs Boffa Sud et Boffa Nord en 2018 (investissement 500 M USD). Les travaux de construction de la mine de Tinguilinta, opérée par Guinea alumina corporation (GAC), devaient démarrer fin 2017. Alliance minière responsable (AMR) a obtenu son permis pour la mine de Boké et signé un accord d’amodiation avec la société minière de Boké (SMB). Le projet de bauxite de Koumbia (réserves 300 Mt), géré par l’australien Alliance Mining Commodities, devrait entrer en production en 2019 et permettre au pays d’atteindre son objectif de tripler ses volumes de bauxite à 60 Mt en 2020.

Une convention d’exploitation pour la mine d’or Tri-K à Mandaina (réserves 7,9 Mt) a été signée entre l’État, Managem et Avocet Mining Plc pour une exploitation en 2019.

Sur le plan politique, le code électoral a été révisé. Conformément à l’accord conclu en 2016 entre le gouvernement et l’opposition, la désignation des présidents de quartiers et de districts s’effectuera dorénavant au prorata des résultats obtenus par chaque parti politique lors des élections locales. Celles-ci plusieurs fois reportées, devraient se dérouler en février en 2018.

Source : Rapport CIAN / Le Moci, édition 2018

Commerce extérieur

Échanges de marchandises (2017, Mds USD, évolution sur 2016) :
Export : 3,258 (+35 %)
Import : 4,980 (+12 %)

Quatre premiers fournisseurs (avec part de marché) :
1 – Union européenne 38 %
2 – Chine 14,9 %
3 – Inde 10,9 %
4 – émirats arabes unis 6,5 %

(Exportations françaises 2017 : 0,170 Md EUR, -0,74 %)

Sources : OMC et IHS Markit Global Trade Atlas pour les exportations françaises.

Risques et paiements

La Rédaction du Moci a réuni un ensemble de notes, scores et paramètres d’évaluation couvrant d’une part le risque macro-économiques associés à un pays, d’autre part la solvabilité générale des entreprises de chaque pays.

A ces indicateurs de solvabilité sont associés les environnements et procédures associées aux démarches de recouvrement pouvant être réalisées dans chaque pays.

Enfin, un expert du Moci a rédigé une note de synthèse associée à cet environnement risque pour la plupart des pays du globe.

Environnement des affaires 

Classement « Doing Business 2019 » (1) : 152/190 (France : 32e)
Indice de perception de la corruption (2) : 138/180

Sources : (1) Banque mondiale (2) Transparency International.

Notes de risque pays

OCDE : 7/7 (janvier 2019)
Euler Hermes : D4 (risque de court terme élevé – avril 2019)
Coface : pays C ; environnement des affaires D (avril 2019)
Credendo : court terme : 6/7 ; commercial : C ; risque de transfert : 7/7 (mai 2019)
Atradius : 7/10 stable (avril 2019).

Appréciation du crédit manager Moci

Risque pays : très élevé
Risque client : très mauvais

Le conseil du crédit manager
Les différentes notes de risques pays mentionnées au début de la présente fiche se passent de tout commentaire… La Guinée, dont la situation politique est instable et la situation économique et financière très fragile – l’impact de l’épidémie d’Ebola (2015-2016) a été à cet égard catastrophique –, présente un très mauvais risque pour les exportateurs. Faiblesse du système bancaire local, risque maximum de non transfert (toujours noté 7/7 par Credendo), extrêmes difficultés dans le recouvrement des créances impayées : ces points doivent inciter à la plus grande prudence dans les transactions et à beaucoup de rigueur dans le suivi des échéances. Privilégier si possible le paiement d’avance.

Obtenir des renseignements de notoriété sur l’acheteur

Une tâche quasiment impossible car très peu de bilans sont publiés en Guinée et ceux qui circulent sont peu fiables. S’attendre à une information basique. Se rapprocher des institutionnels et milieux d’affaires européens et français implantés localement et des autres fournisseurs.

Moyens de paiement

Monnaie locale
Le franc guinéen (GNF).

Taux de change au 12 mai 2019 :
1 GNF = 0,00010 EUR
1 EUR = 10 231,8 GNF
1 USD = 9 110,95 GNF
1 GNF = 0,00011 USD

Meilleures monnaies de facturation des échanges
L’euro (EUR) majoritairement et le dollar américain (USD).

Conseillés
Le paiement d’avance, sinon un crédit documentaire irrévocable et confirmé.

Déconseillés
Tous les autres.

Conditions de paiement

Délais de paiement habituels
Pas de délai si possible : le paiement d’avance ou le paiement à vue par crédit documentaire confirmé est la pratique la plus courante. Et encore, la confirmation devient de plus en plus difficile et de plus en plus onéreuse.

Risque de retards de paiement
Les retards sont très fréquents si les opérations ne sont pas sécurisées par une garantie. Ils peuvent être dus à l’indisponibilité des devises ou plus simplement à l’insuffisance de trésorerie des entreprises, par suite de manque de support des banques locales.

Acomptes à la commande
Le versement d’acomptes à la commande est très fortement recommandé. Veiller à sécuriser le règlement du solde.

Garanties bancaires locales

Il est possible d’en obtenir, mais les commissions sont très onéreuses.

Tribunal compétent en cas de litige

• En principe tribunal local.
• Pour le droit applicable, le droit local est favorable. La Guinée adhère en effet à l’OHADA (Organisation pour l’harmonisation africaine du droit des affaires), un traité qui a permis le développement d’un système harmonisé de droit africain. Il est entré en vigueur en 1999 dans une quinzaine de pays d’Afrique. Il offre un cadre juridique clair et précis. De plus en plus de contrats sont soumis à ce droit.
• Une action devant un tribunal français est également possible, mais l’exécution en Guinée risque d’être longue.
• Privilégier un accord amiable.

Mobilité

Contacts

Logistique & Douane

Dans le classement « Doing Business 2019 » de la Banque mondiale, la Guinée est classée au 167e rang mondial (-2 places par rapport à 2018) pour la performance du commerce transfrontalier. Sont mesurés dans cette rubrique les délais et les coûts (hors droits de douane) associés à trois catégories de procédures : respect des exigences en matière de documentation, respect des procédures de commerce transfrontalier et transport intérieur. Les délais sont fournis en nombre d’heures et les coûts en dollars US. Le transport intérieur n’est toutefois pas intégré dans la note finale.

• À l’export : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 72 h. ; coût 778 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (139 h. ; 128 USD).

• À l’import : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 79 h. ; coût 809 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (156 h. ; 180 USD).

Actualités : Guinée

Affinez votre analyse

Risques et paiements :
Accéder aux scores et avis d’expert
.

Bienvenue !

Connectez-vous

Créer un compte

Merci de compléter le formulaire

Réinitialisez votre mot de passe

Veuillez saisir votre nom d'utilisateur ou votre adresse e-mail pour réinitialiser votre mot de passe.