fbpx

Colombie

Économie

Informations pays

Population (millions, 2020)1 : 50,9
Capitale : Bogota
Devise : Peso colombien (COP).
Décalage horaire avec la France : – 7 h en été, – 6 h en hiver.
Climat : Tropical. Saison des pluies d’avril à novembre, saison sèche de décembre à mars. Importantes différences climatiques entre les régions.

À Bogotá
Température moyenne la plus basse en juillet : 5 °C.
Température moyenne la plus élevée en janvier : 21 °C.

Indicateurs économiques :
Taux de croissance du PIB réel1 : 2021 : 5,1 % (estim.) ; 2020 : -6,8 %
Revenu national/hab. en parité de pouvoir d’achat (USD, 2020)2 : 14 280

Source : (1) FMI (2) Banque mondiale.

Conjoncture

Pays émergent de 50 millions d’habitants doté de ressources naturelles abondantes (pétrole, charbon, minerais et café) et de la 2ème plus grande biodiversité au monde, la Colombie est la 4ème économie d’Amérique latine avec un PIB estimé à 323 Mds d’USD et un PIB par habitant de 6423 USD en 2019. Le pays a affiché une croissance solide et régulière sur la décennie 2010-2019 (en moyenne 3,7%). Malgré l’abondance des matières premières, notamment de pétrole (885 000 barils/jours en 2019) et de charbon (11ème producteur et 5ème exportateur mondial), l’économie présente un certain degré de diversification, même si le potentiel agricole et agroalimentaire, considérable, demeure sous-exploité faute d’investissements.

Après une croissance de 3,3% en 2019 et de 1,4% au 1er trimestre 2020, le pays a enregistré une forte récession ( (-15,8% au 2ème trimestre puis -9% au 3ème trimestre) suite aux mesures de confinement prises par les autorités colombiennes pour enrayer la propagation du coronavirus. Les dernières prévisions du FMI tablent sur une récession de 8% pour 2020, et une croissance de 4,4% en 2021, la Colombie ne retrouvant son niveau de richesses pré-crise qu’en 2022. Au niveau sectoriel, les contractions les plus fortes des activités ont été enregistrées dans les transports, notamment aérien (-27,6% au 3ème trimestre 2020 par rapport à la même période 2019 et -22,1% sur l’année courante) et l’hôtellerie-restauration (-45,8% en 3ème trimestre 2020 par rapport au 3ème trimestre 2019 et -40,5% sur l’année courante). Avec une croissance attendue de 2,8% en 2020, le secteur agricole affiche une bonne vitalité et résiste bien à la crise économique issue de la pandémie. En revanche le tourisme, secteur très prometteur pour la Colombie et en pleine expansion ces dernières années (le flux de touristes était en constante progression, atteignant un record de 4,5 millions de touristes en 2019, avec des recettes supérieures à 7 Mds USD) a été fortement impacté par la crise: le nombre de touristes enregistré au cours des 10 premiers mois de 2020 est en recul de 69% par rapport à 2019.

Les conséquences sociales de la crise sont fortes dans un pays où les disparités de revenus sont importantes (le pays occupe le 10ème rang des pays les plus inégalitaires au monde). Les inégalités, qui tendaient à se réduire ces deux dernières décennies, devraient se creuser à nouveau en 2020: le coefficient de Gini (qui était passé de 0,567 en 2002 à 0,497 en 2018), enregistrera une hausse située entre 4 et 4,9% cette année, selon la Cepal. Si les taux de pauvreté et d’extrême pauvreté ont été réduits lors de la dernière décennie (de 37,2 à 29% et de 12,3 à 9,2% respectivement), malgré la subsistance de fortes disparités régionales, la crise a pour conséquence une hausse marquée du chômage à court terme et un risque de rechute dans la pauvreté pour de nombreux ménages à moyen terme. Le taux de chômage a ainsi doublé avec la crise sanitaire et économique (de 10% avant crise à 20% entre avril et août) puis est redescendu à 14,7% en octobre, mais 1,5 millions d’emplois restent manquants. Les femmes sont plus durement touchées (entre août et octobre leur taux de chômage est 8,7 points au-dessus de celui des hommes, à 20,8%), ainsi que les jeunes. Cette situation impacte les taux de pauvreté et d’extrême pauvreté qui augmentent : les dernières estimations rapportent que 6 millions de personnes sont tombées dans la pauvreté suite à la pandémie et que le taux de pauvreté monétaire pourrait attendre 49% fin 2020 contre 37,5% en 2019. Par ailleurs, la Colombie compte 7,8 millions de déplacés internes en raison du conflit armé et des violences, auxquels s’ajoutent 1,8 millions de réfugiés vénézuéliens. Enfin, le secteur informel, qui continue de peser fortement dans l’économie (il représente 56% de l’emploi total hors agriculture) a été durement touché par la mise en place des mesures de confinement et de distanciation sociale et n’a pas pu jouer de rôle d’amortisseur.

Source : https://www.tresor.economie.gouv.fr/Recherche?q=colombie

Commerce extérieur

Échanges de marchandises (2020, Md USD, évolution sur 2019)3 :
Export : 31,008 (-21,48 %)
Import : 43,489 (-17,46 %)

Cinq premiers fournisseurs (avec part de marché)3 :
1 – États-Unis 25,4 %
2 – Chine 20,8 %
3 – Union européenne 14,3 %
4 – Mexique 7,4 %
5 – Brésil 6 %

Exportations françaises 20204 : 0,529 Md USD, -33,23 %

Source : 3. OMC. 4. IHS Markit. 

Risques et paiements

La Rédaction du Moci a réuni un ensemble de notes, scores et paramètres d’évaluation couvrant d’une part le risque macro-économiques associés à un pays, d’autre part la solvabilité générale des entreprises de chaque pays.

A ces indicateurs de solvabilité sont associés les environnements et procédures associées aux démarches de recouvrement pouvant être réalisées dans chaque pays.

Enfin, un expert du Moci a rédigé une note de synthèse associée à cet environnement risque pour la plupart des pays du globe.

Appréciation du crédit manager Moci

Risque pays : moyen à surveiller
Risque client : moyen, mais à surveiller

Notes de risque pays

OCDE : 4/7 (octobre 2021)
Euler Hermes : B2, risque de court terme moyen (octobre 2021)
Coface : pays B ; environnement des affaires A4 (octobre 2021)
Credendo : court terme : 3/7 ; commercial : E ; risque de transfert : 5/7 (octobre 2021)
Atradius : 5/10 positif (octobre 2021).

Environnement des affaires
Indice de perception de la corruption (2) : 92/180

Sources : (2) Transparency International.

Obtenir des renseignements de notoriété sur l’acheteur

Ne pas s’attendre à des informations très fia-bles : le manque de transparence des comptes et la corruption sont une grosse faiblesse du tissu économique local. 

Pour les informations de base, on peut essayer les principaux acteurs présents en France sur le marché de l’information sur les entreprises : Altares, Bureau Van Dijk, Ellisphere…

Moyens de paiement

Monnaie locale
Le peso colombien (COP)

Taux de change au 9 octobre 2021 :
1 COP = 0,00023 EUR
1 EUR = 4351,42 COP
1 USD = 3763,70 COP
1 COP = 0,00026 USD

Monnaies de facturation des échanges
Le dollar américain (USD) en majorité, mais l’euro (EUR) est de plus en plus accepté.

Conseillés
Selon le montant et l’ancienneté de la relation avec le client, crédit documentaire irrévocable et confirmé. Virement bancaire Swift garanti par une lettre de crédit standby ou une couverture assurance-crédit. 

Déconseillés
Tous les autres.

Conditions de paiement

Délais de paiement habituels
20 à 30 % de paiement d’avance dans les transactions internationales. Sinon 30 à 60 jours maximum. Des exportateurs américains acceptent des délais plus longs, à 120 jours, mais faisant l’objet de crédits documentaires confirmés. Des statistiques du FCIB (Finance, Credit, and International Business Association) datant un peu (décembre 2017) mais toujours significatives, montrent les pratiques de paiement de ses membres avec la Colombie : 28 % des entreprises acceptaient des délais de 30 à 60 jours (45 % l’année précédente) et 44 % au-delà de 60 jours, ces dernières étant un exemple à ne pas suivre bien évidemment. Sur le marché domestique les délais de paiement vont jusqu’à 150 jours.

Risques de retards de paiement
30 % des factures sont payées sans retard et 65 % entre 10 et 30 jours… Selon l’étude du FCIB déjà citée, 12 % des entreprises constataient une dégradation des délais de paiement. Le retard moyen à fin décembre 2017 était de 21,3 jours. Ce qui est encore élevé compte tenu des délais accordés.

Acomptes à la commande
En négocier est possible et même recommandé.

Garanties bancaires locales

Les garanties bancaires classiques sont souvent très onéreuses. Pour les transactions avec l’étranger, on voit surtout des lettres de crédit standby.

Tribunal compétent en cas de litige

• Le tribunal local, mais les actions sont très longues. De plus, le système juridique est peu fiable.

• Si l’on souhaite privilégier les tribunaux français (à préciser dans le contrat), il faut savoir que les exécutions de jugements rendus à l’étranger sont très difficiles à obtenir. 

Classement Banque mondiale, règlement insolvabilité, 2020 : 32/190. 

Le conseil du crédit manager

Avec le contrecoup de la crise économique et financière mondiale, le comportement payeur des entreprises colombiennes s’est détérioré et aucun signe d’amélioration ne ressort des statistiques disponibles. On l’a vu dans cette fiche, les délais de paiement s’allongent et les retards également. En matière de défaillances d’entreprises, 2020 a été la huitième année de hausse consécutive. Dans ses dernières prévisions (octobre 2021), Euler Hermes prévoit une hausse de 12 % pour 2021 et 3 % sur 2022. Tenir compte également du risque de non-transfert, non négligeable : 5/7 dans l’indice de Credendo. Prudence donc, surtout pour les transactions de montant significatif.

Mobilité

Chiffres clés

Langues : l’espagnol. L’anglais est couramment parlé dans les milieux des affaires.

Religions : catholique à 92 %.

Nombre de Français immatriculés (2020) : 5 538.

Nombre d’entreprises françaises implantées : 220.   

PIB/hab en parité de pouvoir d’achat (2019) : 15 630 USD.

Taux de croissance du PIB (2020) : -6,8 %.  

Émissions CO2 (tonnes/hab., 2019) : 1,7 t.

Indicateur global de sécurité (GPI, 163 pays, 2021) : 144e, niveau « bas».

Sources : DANE, Business France, MEAE, Banque mondiale, Commission européenne (base de données EDGAR), FMI, Institute for Economics & Peace pour le GPI et Le Moci.

S’y rendre

Formalités
Il suffit d’être en possession d’un passeport en cours de validité d’au moins six mois après la date de retour pour entrer dans le pays. L’obtention d’un visa « business » n’est pas nécessaire pour des séjours inférieurs à 60 jours. 

En cas d’établissement, il existe 4 catégories de visa concernant les affaires :
NE1 : pour faire un échange économique, faire des investissements ou créer une entreprise ;
NE2 : pour faire des affaires dans le cadre d’accords internationaux en vigueur (traité de libre-échange, l’alliance du pacifique, etc.) ;
NE3 : pour les directeurs ou représentants légaux d’un bureau commercial d’une entreprise étrangère ;
NE4 : pour les présidents ou cadres dirigeants d’une entreprise multinationale qui fait des investissements ou crée une filiale.

Les formalités se font avant le départ auprès des services consulaires colombiens, en présentant une demande préalable en ligne sur le site https://tramitesmre.cancilleria.gov.co/tramites/enlinea/solicitarVisa.xhtml.

Aucun test n’est aujourd’hui exigé pour l’entrée en Colombie. Les voyageurs devront remplir avant l’embarquement le formulaire en ligne Check Mig (https://migracioncolombia.gov.co/check-mig)

Cependant, en raison d’une recrudescence de la pandémie de Covid-19, des restrictions supplémentaires sont régulièrement instaurées (limitation d’accès aux commerces, restrictions de déplacements). Des couvre-feux temporaires sont souvent mis en place à Bogotá et dans d’autres villes du pays (Medellin, Barranquilla, Cali et Santa Marta notamment). Les déplacements intermunicipaux et à l’intérieur du pays sont autorisés. Il convient donc de se tenir régulièrement informé des mesures prises avant tout déplacement dans chacune des villes visitées car chaque mairie peut prendre des mesures spécifiques.

Source : MEAE.

Y travailler

Le marché du travail
Le pays a été affecté par la baisse des prix du pétrole due à la crise actuelle du Covid-19, le pétrole représentant près de 50 % de ses exportations totales. En conséquence, le PIB a diminué de -6,8 % en 2020 principalement en raison des 6 mois de quarantaine que le pays a traversés. Selon les prévisions actualisées du FMI d’avril 2021, la croissance du PIB devrait passer à 5,2 % en 2021 et remonter à 3,6 % en 2022, sous réserve de la reprise économique mondiale post-pandémique. Le taux de chômage a fortement augmenté en 2020, atteignant 16,1%, contre 10,5 % en 2019. Le FMI s’attend cependant à ce que cette tendance ralentisse maintenant que l’économie du pays se réactive et atteigne 12,8 % en 2021. Aussi, il faut noter que plus de la moitié de la population colombienne continue de travailler dans le secteur informel. La situation sociale est tendue (manifestations, actes de violence, etc.) et le restera au cours des prochains mois.

Les secteurs qui embauchent le plus d’étrangers sont des activités clés où la main-d’œuvre locale n’est pas suffisante, telles que le pétrole, le secteur bancaire ou encore le tourisme.

Parmi les secteurs porteurs on trouve également l’enseignement, la pharmacie, les tech, les industries culturelles et créatives, l’agroalimentaire ainsi que le secteur énergétique, notamment les énergies renouvelables. Cependant, le principal secteur de l’économie colombienne reste celui des services en général et du tourisme en particulier. Le regain de notoriété de la Colombie et l’amélioration de la sécurité ne doivent pas masquer la complexité de la recherche d’emploi. La première chose à faire est d’obtenir votre « cédula de extranjería » (http://migracioncolombia.gov.co/index.php/es/tramites-2016/3281-tramite-cedula-de-extranjeria), carte d’identité réservée aux étrangers. Sans ce document, il vous sera impossible d’avoir un réel emploi, il est d’ailleurs obligatoire de l’avoir lorsque vous restez plus de 180 jours dans le pays.

La maîtrise de l’espagnol est indispensable pour trouver un emploi. La meilleure solution demeure le recours aux contacts et au réseau de connaissances. Le VIE est un excellent moyen de connaître le pays et d’établir un réseau. 

Sources : https://www.tradesolutions.bnpparibas.com/fr/explorer/colombie/le-contexte-economique?ajouter_home_critere_pays=oui&home_critere_pays=12, Business France et Le Moci.

 

Le cadre légal du travail

Le coût du travail reste relativement faible comparé à celui d’autres pays d’Amérique latine. En revanche la législation du travail est très protectrice des travailleurs concernant le respect du contrat de travail et les règles applicables à la couverture sociale.

Salaire minimum légal : 908 526 COP/ mois (201 euros).

Durée de travail : les heures de travail sont limitées à 48 heures par semaine, réparties sur une période maximum de six jours par semaine.

La période d’essai est de deux mois maximum. En cas de rupture de contrat la période de préavis est de 30 jours.

Nombre d’heures travaillées par an (2020) : 2 172 heures par personne.

Emploi à temps partiel/total (2020) : 14,5 %.

Rémunération, avantages et impôts : chaque employé a droit à un minimum de 15 jours ouvrables de congés payés et de 180 jours calendaires de congé maladie.

Jours chômés hebdomadaires : samedi et dimanche.

 

Horaires de travail
Administrations : 8 h – 17 h.
Entreprises : 8 h – 19 h.
Banques : 8 h 30 – 16 h 30.
Commerces : 8 h – 19 h. 

Sources : MEAE, Expat.com et Business France.

 

Meilleurs sites d’emploi
www.learn4good.com/jobs/language/english/list/country/colombia
www.elempleo.com/co
www.computrabajo.com
https://colombia.trabajos.com

Vie pratique

Coût de la vie

Monnaie : peso colombien (COP).

Taux de change : 1 EUR = 4 665,3 COP (9-08-2021).

Indice Big Mac : 3,37 USD. 

Se loger : location mensuelle à Bogotá pour un studio : entre 200 et 800 euros ; pour un appartement de trois pièces : entre 300 et 1 100 euros. À Medellín, compter 700 euros maximum pour un trois pièces.
À Bogotá, les quartiers résidentiels se trouvent au nord de la ville, moins dangereux que la partie sud. Il est préférable de vivre en appartement plutôt qu’en maison, les appartements étant gardés
24 h/24 h. 

Indice Mercer du coût de la vie (logement compris, 209 villes) : Bogotá (168e).

Sources : MEAE, Mercer, Numbeo.com, The Economist et XE currency converter.

 

Informations utiles
Nature du réseau électrique
110-220 volts.

Télécommunications
Indicatif : + 57 (Bogotá : 1, Medellín : 4, Cali : 2, Barranquilla : 5).
Qualité du réseau mobile : bonne.
Qualité du réseau Internet : rapide dans les grandes villes, un peu plus lent dans les villes de taille moyenne.

Principaux jours fériés 2021
18 octobre : jour de l’Hispanité.
8 décembre : Immaculée Conception
25 décembre : Noël.

Distances de ville à ville
Bogotá – Cali : environ 462 km.
Prix avion : environ 150 euros.

Déplacements de ville à ville
La majorité des déplacements dans le pays se font en avion. Le réseau routier est plutôt en mauvais état, surtout dans les axes qui relient les grandes villes. Un grand programme de modernisation et d’extension du réseau autoroutier est en cours.

Contacts

Les acteurs publics

Business France
Localisation : Ambassade de France
Carrera 11 N° 93 -12 – Cuarto piso
Bogota – Code Postal 110221
Tél. : +571 638 14 70
https://www.businessfrance.fr
Douane
L’attaché douanier près l’ambassade de
France en Colombie
Zone de compétence : Colombie, Costa
Rica, Équateur, Panama, Pérou.
Tél. : 00 57 16 38 15 90 (secrétariat)
bogota.dgddi@douane.finances.gouv.fr
https://www.douane.gouv.fr/fiche/lannuaire-des-attaches-douaniersletranger
Service économique régional de la DG Trésor
SER de Bogota
Tél. : +57 1 638 1465
https://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/NotreEquipe/CO

Les acteurs privés

Altios
Localisation : Bogotá
Carrera 15-93A-84, Oficina 511-512,
Edificio Business 93,
110221, Bogotá D.C.
Tél. : +52 55 52 07 95 27
e.lhelguen@altios.com
https://altios.com
CCI France Colombia
– Bogotá
Carrera 13 N° 94 A – 25, Oficina 412
Tél. : +57 315 800 62 98
ccifc@france-colombia.com
– Medellín
Avenida El Poblado N° 5 A – 113, One
Plaza, Oficina 504
Tél. : +57 312 712 34 95
medellín@france-colombia.com
https://www.france-colombia.com
Salveo
Localisation : Bogotá
colombie@salveo.international
https://salveo.international

Logistique & Douane

La Banque mondiale a annoncé en septembre 2021 l’arrêt de la publication Doing Business. Nous rappelons ici les dernières évaluations disponibles. Dans le classement « Doing Business 2020 », la Colombie était classée au 133e rang mondial (inchangé par rapport à 2019) pour la performance du commerce transfrontalier. Sont mesurés dans cette rubrique les délais et les coûts (hors droits de douane) associés à trois catégories de procédures : respect des exigences en matière de documentation, respect des procédures de commerce transfrontalier et transport intérieur. Les délais sont fournis en nombre d’heures et les coûts en dollars US. Le transport intérieur n’est toutefois pas intégré dans la note finale.

• À l’export : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 112 h. ; coût 630 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (48 h. ; 90 USD).

• À l’import : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 112 h. ; coût 545 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (64 h. ; 50 USD). 

Actualités : Colombie

Affinez votre analyse

Risques et paiements :
Accéder aux scores et avis d’expert
.

Bienvenue !

Connectez-vous

Créer un compte

Merci de compléter le formulaire

Réinitialisez votre mot de passe

Veuillez saisir votre nom d'utilisateur ou votre adresse e-mail pour réinitialiser votre mot de passe.