fbpx

Irlande

Économie

Informations pays

Population (millions, 2018) : 4,8

Capitale : Dublin

Devise : Euro

Décalage horaire avec la France : – 1h

Climat :

Température moyenne la plus basse : 0°C (en janvier)

Température moyenne la plus élevée : 25°C (en juillet)

Indicateurs économiques :

Taux de croissance du PIB réel (1) : 2018 : 6,7 % ; 2017 : 7,2 %

Revenu national/hab. en parité de pouvoir d’achat (USD, 2017) (2) : 61 120

Source : (1) FMI (2) Banque mondiale

Commerce extérieur

Échanges de marchandises (2018, Mds EUR, évolution sur 2017) :

Export : 140,681 (+14,83 %)
Import : 90,919 (+14,84 %)

Cinq premiers fournisseurs (avec part de marché) :

1 – Royaume-Uni 20,21 %
2 – États-Unis 17,65 %
3 – France 12,77 %
4 – Allemagne 11,64 %
5 – Chine 5,79 %

(Exportations françaises 2018 : 3,190 Md EUR, +12,12 %)

Source : IHS Markit Global Trade Atlas

Risques et paiements

La Rédaction du Moci a réuni un ensemble de notes, scores et paramètres d’évaluation couvrant d’une part le risque macro-économiques associés à un pays, d’autre part la solvabilité générale des entreprises de chaque pays.

 

A ces indicateurs de solvabilité sont associés les environnements et procédures associées aux démarches de recouvrement pouvant être réalisées dans chaque pays.

 

Enfin, un expert du Moci a rédigé une note de synthèse associée à cet environnement risque pour la plupart des pays du globe.

 

Environnement des affaires 

Classement « Doing Business 2019 » (1) : 23/190 (France : 32e)

Indice de perception de la corruption (2) : 18/180

Sources : (1) Banque mondiale (2) Transparency International

Appréciation du crédit manager Moci

Risque pays : moyen

Risque client : moyen, à surveiller

Le conseil du crédit manager

Après la baisse sensible des défaillances d’entreprises en 2014, suivant cinq années successives de hausse, les faillites étaient reparties à la hausse en 2015 en Irlande. Une nouvelle loi sur les faillites, « The Bankruptcy (Amendment) Act 2015 », est entrée en vigueur l’année suivante mais il faudra attendre plusieurs années pour en constater les effets. Notons néanmoins que l’Insolvency Service of Ireland, indique une légère amélioration à fin 2017 et que cette tendance s’est confirmée sur 2018 et devrait se poursuivre sur 2019.

L’attention des credit managers ne doit pas se relâcher sur l’Irlande. L’augmentation des retards de paiement est, en effet, plus que préoccupante, alors que 2012 avait laissé présager un lent retour à la normale. Comme on l’a vu plus haut, les délais de paiement sont toujours assez longs.

La crise actuelle et le manque de soutien des banques locales aux PME encouragent très fortement un recours au crédit interentreprises et mettent à mal la réputation de bons payeurs qui qualifiait dans l’ensemble les entreprises irlandaises. Prudence donc, d’autant plus qu’il est difficile de recueillir des informations fiables sur les PME irlandaises.

Notes de risque pays

OCDE : N. C. (janvier 2019)

Euler Hermes : A1 (risque de court terme faible – avril 2019)

Coface : pays A3 ; environnement des affaires A1 (avril 2019)

Credendo : court terme : 1/7 ; commercial : A ; risque de transfert : 1/7 (avril 2019)

Atradius : 3/10 positif (avril 2019).

Obtenir des renseignements de notoriété sur l’acheteur

Les sources se sont raréfiées ces dernières années sur l’Irlande, de nombreuses filiales de prestataires britanniques ayant été fermées, leurs activités ayant été reprises au Royaume-Uni. La qualité d’information est assez moyenne, surtout sur les PME. Signalons néanmoins :

• Experian Ireland Ltd

www.experian.ie

Tél. : +353-1-8385422

Mail : info@experian.ie

Moyens de paiement

Monnaie locale

L’euro.

Conseillés

Virement Swift, éventuellement garanti par une assurance-crédit ou une lettre de crédit standby. Un crédit documentaire si le montant est élevé et qu’il y a un manque de confiance dans le débiteur.

Déconseillés

Chèques et effets de commerce.

Conditions de paiement

Délais de paiement habituels
Plus de 74 % des transactions à l’international sont établies avec un délai de 1 à 30 jours maximum, correspondant au délai standard local, hélas non respecté.

L’Irlande a adopté dans son intégralité la nouvelle Directive européenne sur les retards de paiements (Statutory Instrument (Regulation or Order), Numéro : 580 of 2012 ; Journal officiel : Iris Oifigiúl, Date de publication : 15/01/2013). Contrairement à la France, comme de nombreux autres États membres de l’UE, l’Irlande a prévu la possibilité de dépasser le délai de 60 jours à la condition que ce soit expressément prévu par les parties et surtout non défavorable au vendeur.

Risques de retards de paiement

D’après le dernier Baromètre Atradius des pratiques de paiement (troisième trimestre 2018), le délai réel moyen de paiement est de 48 jours, ce qui dénote un retard de paiement assez élevé, le délai moyen de paiement accordé étant de 31 jours, 75 % des factures étant supposées être établies pour des délais de 1 à 30 jours…
L’European payment report 2018 mentionne un délai moyen accordé de 28 jours.
Dans son étude sur le comportement payeur des entreprises européennes à fin juin 2018, Altares note une amélioration sensible, avec un retard moyen de 17,5 jours. Toujours selon Altares, 30,3 % des entreprises irlandaises règlent leurs factures sans retard. Mieux que le Portugal et la Grèce, bien évidemment, ce dernier pays n’étant pas traité par Altares.

Acomptes à la commande

En obtenir est possible et c’est une pratique courante si le montant est élevé.

Garanties bancaires locales

Elles sont d’un usage fréquent et facile à obtenir. La lettre de crédit standby est couramment utilisée avec l’Irlande.

Tribunal compétent en cas de litige

• Les tribunaux locaux sont assez efficaces.

• Les décisions rendues par une cour en France sont facilement exécutables en Irlande.

• Il existe des mesures conservatoires efficaces.

Toute action en justice doit commencer par une lettre de mise en demeure. En matière d’injonction de payer européenne, la Haute Cour (High Court) est la seule compétente.

Mobilité

Chiffres clés

Population (2018) : 4,9 millions d’habitants, dont population urbaine : 63 %.

Langues : le gaélique est la première langue officielle du pays. Elle est néanmoins beaucoup moins parlée que l’anglais puisque seulement 3 % de la population l’utilise régulièrement. L’anglais demeure donc la langue principale dans les échanges professionnels et la vie quotidienne.

Religions : catholiques : 86,8 % ; athées : 4,4 % ; la moitié des 8,8 % restants est protestant.

Nombre de Français immatriculés (2018) : 10 889.

Nombre d’entreprises françaises implantées : 292

PIB/hab. en parité de pouvoir d’achat (2018) : 78 784 USD.

Taux de croissance du PIB (2018) : + 6,8 %.

Émissions CO2 (tonnes/hab., 2017) : 8,2 t

Indicateur global de sécurité (GPI, 163 pays, 2018) : 10e, niveau « très élevé ».

Sources : MEAE, Banque mondiale, Commission européenne (base de données EDGAR), FMI, Institute for Economics & Peace pour le GPI et Le Moci.

 

S’y rendre

Formalités

Les Français ne sont soumis à aucun contrôle d’identité lors de leur entrée en Irlande. Ils doivent cependant pouvoir prouver leur identité à tout moment. Aucun vaccin n’est exigé.
En tant que ressortissants de l’UE, les Français ont le droit de venir travailler en Irlande sans permis d’emploi. Il existe des vols directs depuis l’Europe continentale vers Dublin, Shannon et Cork. Presque toutes les compagnies aériennes internationales atterrissent à Dublin.

Y travailler

Le marché du travail

L’économie de l’Irlande est une économie de la connaissance moderne, axée sur les services et les industries de haute technologie. En tant qu’économie de commerce international, caractérisée par un marché intérieur réduit, l’Irlande dépend fortement du commerce extérieur et des investissements étrangers. Elle est régulièrement citée comme l’un des marchés les plus ouverts au monde, classé à un niveau élevé dans les indices de mondialisation. Le taux de chômage était de
5,3 % en janvier 2019.

Les emplois vacants couvrent des domaines très divers, notamment : TIC (développeurs de logiciels, informatique en nuage, bases de données/gros volumes de données, essais, sécurité, appui technique, mise en réseau et infrastructures) ; ingénierie (production, processus, qualité, validation, conception/développement de produits, électronique, électricité, mécanique et chimie) ; science (biochimie, biotechnologie, pharmacovigilance, développement de produits) ; économie et finances (risque, conformité, comptabilité, veille économique, analyse de données) ; santé (médecins, infirmiers, radiologues, spécialistes de niche par exemple, prothésistes, radiothérapeutes, cadres) ; construction (géomètres, chefs de projet) ; emplois de bureau ; métiers spécialisés (chefs cuisiniers, fabrication d’outil, soudure, boucherie/désossage montage d’éléments en acier de construction) ; etc.

Source : EURES

Le cadre légal du travail

En Irlande, les contrats ne sont pas toujours écrits, mais passent par un accord systématique entre l’employeur et le salarié. Ainsi, même dans le cas d’un accord verbal, le contrat est réputé exister entre les deux parties. L’employeur est cependant tenu de présenter au salarié, sous 28 jours après la prise de poste, un document écrit (« written statement ») sur lequel doivent figurer, au minimum, les mentions suivantes : le nom complet de l’employeur et du salarié ; l’intitulé du poste et la nature du travail exécuté ; la date d’embauche ; les taux de rémunération ou la méthode de calcul utilisée ; les modalités du versement de la rémunération ; les conditions relatives au temps de travail et aux heures supplémentaires ; les conditions applicables aux congés payés, à l’incapacité de travail due à une maladie ou à un accident, aux prestations de maladie, à la retraite et aux régimes de retraite ; la durée du préavis en cas de cessation du contrat décidée par l’une ou l’autre partie.

Salaire minimum : 9,80 euros/heure, soit 1 656 euros/mois.

Durée de la période d’essai/du préavis : tout salarié employé depuis plus de 13 semaines a droit à un préavis de licenciement d’au moins une semaine. La période de préavis varie en fonction de l’ancienneté du salarié : généralement d’une semaine pour un employé présent depuis moins d’un an, et d’un mois pour les employés avec plus d’un an ancienneté.

Nombre d’heures travaillées par an (2017) : 1 738 heures par personne.

Emploi à temps partiel/total (2017) : 17,1 %.

Durée du travail : 42,5 heures dans l’industrie et 37,5 heures dans le secteur tertiaire.

Rémunération, avantages et impôts : salaire fixe en fonction de la formation et de l’expérience. Les systèmes de primes sont fréquents.

Jours chômés hebdomadaires : samedi et dimanche.

Horaires de travail : les activités cessent en général à 17 h avec une pause d’une heure pour déjeuner. Les banques ferment à 16 h sauf le jeudi où les guichets sont ouverts jusqu’à 17 h. Les commerces ferment vers 17 h 30, seuls les supermarchés restent ouverts jusqu’à 21 h les jeudis et vendredis.

Sources : MEAE, OCDE et Business France.

Meilleurs sites d’emploi

www.toplanguagejobs.fr/zone/Irlande

www.skillsireland.ie/Publications

www.irishjobs.ie

www.euresireland.ie

www.jobsireland.ie

www.nrf.ie

www.goldenpages.ie

www.findajob.ie

www.publicjobs.ie

Vie pratique

Coût de la vie

Monnaie : l’euro (EUR)

Indice Big Mac : 4,6 USD.

Se loger : les prix des locations varient en fonction de la région d’Irlande dans laquelle vous souhaitez louer. Dublin est la ville d’Irlande où les locations sont les plus chères. On constate même une forte hausse au cours de la période récente à Dublin est devenue une des villes plus chères d’Europe. Dans la capitale, la pénurie de logements fait flamber les prix et entraîne des délais assez longs avant de trouver un hébergement. La plupart des logements sont loués meublés, ce qui peut être pratique pour les nouveaux arrivants. La durée des baux (lease) est en règle générale d’un an. Les propriétaires prennent en charge l’assurance habitation.

A Dublin, il faut compter au minimum 500 euros pour une colocation. En centre-ville, les studios peuvent atteindre des prix très élevés, 1 600 euros/mois en moyenne par exemple. Les quartiers en périphérie, très dynamiques et sympathiques sont plus abordables : Rialto, Portobello, Rathmines, Harold Cross, Stoneybatter et Grand Canal Dock.

Indice Mercer du coût de la vie (logement compris, 209 villes) : Dublin (32e).

Sources : Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE), Mercer et The Economist.

Distances de ville à ville

Dublin – Cork : 256 km.

Dublin – Limerick : 212 km.

Dublin – Galway : 193 km.

Déplacements de ville à ville

Le réseau routier relie toutes les régions d’Irlande, la qualité des routes est moyenne et les autoroutes sont peu nombreuses.

Le réseau ferroviaire en Irlande est bon, il appartient à la compagnie Iarnrod Eireann. En raison de la taille de l’île, les vols internes sont peu utilisés. Cependant, il y a dans la plupart des grandes villes des aéroports régionaux.

Nature du réseau électrique

220 volts.

En Irlande, comme au Royaume-Uni, les prises de courant sont tripolaires de type G, et sont constituées de 2 fiches horizontales et d’une prise de terre verticale.

Télécommunications

Indicatif : + 353

Qualité du réseau mobile : excellente

Qualité du réseau Internet : excellente

Principaux jours fériés 2019

1er novembre : Toussaint.
25 décembre : Noël.
26 décembre : Saint-Étienne.

Santé*

Afin de pouvoir bénéficier d’une prise en charge par la Sécurité sociale, les Français de passage doivent être munis d’une carte européenne d’assurance maladie, à demander au centre de sécurité sociale au moins 15 jours avant le départ.

Il est conseillé d’être à jour dans les vaccins habituels : diphtérie-tétanos-poliomyélite, ainsi que rubéole, oreillons, et plus particulièrement la rougeole.

*Source : Diplomatie.gouv / Conseils aux voyageurs (ministère de l’Europe et des Affaires étrangères)

Dernière mise à jour le : – Information toujours valide le :

Consultez l’intégralité des conseils sur la santé en Irlande actualisé par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères sur ce lien.

Logistique & Douane

Dans le classement « Doing Business 2019 » de la Banque mondiale, l’Irlande est classée au 52e rang mondial (- 5 places par rapport à 2018) pour la performance du commerce transfrontalier. Sont mesurés dans cette rubrique les délais et les coûts (hors droits de douane) associés à trois catégories de procédures : respect des exigences en matière de documentation, respect des procédures de commerce transfrontalier et transport intérieur. Les délais sont fournis en nombre d’heures et les coûts en dollars US. Le transport intérieur n’est toutefois pas intégré dans la note finale.

• À l’export : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 24 h. ; coût 305 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (1 h. ; 75 USD).

• À l’import : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 24 h. ; coût 253 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (1 h. ; 75 USD).

Actualités : Irlande

Affinez votre analyse

Risques et paiements :
Accéder aux scores et avis d’expert
.

Bienvenue !

Connectez-vous

Créer un compte

Merci de compléter le formulaire

Réinitialisez votre mot de passe

Veuillez saisir votre nom d'utilisateur ou votre adresse e-mail pour réinitialiser votre mot de passe.