fbpx

Corée du Sud

Économie

Informations pays

Population (millions, 2019) : 51,7
Capitale : Séoul
Devise : Won sud-coréen (KRW)
Décalage horaire avec la France : +8 h en hiver, +7 h en été.
Climat :
Tempéré.

À Séoul
• Température moyenne la plus basse en janvier : – 10°C.
• Température moyenne la plus élevée en août : 35°C.

Indicateurs économiques :
Taux de croissance du PIB, prix constant (1) : 2020 : -1,8 % (estim.) ; 2019 : +2,0 %
Revenu national/hab. en parité de pouvoir d’achat (USD, 2019) (2) : 43 430

Source : (1) FMI (2) Banque mondiale.

Conjoncture

La Corée tient sa force économique de son industrie, qui représente encore en 2019 33% du PIB selon la Banque Mondiale, soit l’une des parts la plus importante parmi les pays développés (contre 27 % pour l’Allemagne ou 29 % pour le Japon par exemple). L’appareil industriel, structuré autour de grands conglomérats (chaebols), a opéré une remontée de filières accélérée au cours des dernières décennies. D’abord pays atelier, la Corée s’est ensuite tournée vers l’industrie lourde, comme en témoigne l’importance, toujours aujourd’hui, de son industrie navale, de la construction ou du secteur automobile. L’industrie électronique, incarnée par des entreprises d’ampleur mondiale comme LG et Samsung, a par la suite pris le relais comme principal moteur de croissance de l’économie coréenne.

D’abord spécialisée sur les biens de consommation (écrans, puis smartphones), l’industrie électronique coréenne, au fur et à mesure des délocalisations des chaines de production des grands groupes, s’est spécialisée sur des biens intermédiaires à haute valeur ajoutée, utilisés dans l’ensemble des chaines de production mondiales : la Corée a en particulier enregistré en 2019 94 Mds USD d’exportations dans les semi-conducteurs (circuits intégrés, dans le cas coréen essentiellement les puces et cartes mémoires, sur lesquelles la Corée est, assez largement, leader mondial). Ce dynamisme est soutenu par un effort de R&D très important, qui fait de la Corée le pays le plus dépensier au monde en proportion du PIB en 2018 (4,6 %). Samsung était également, l’entreprise la plus dépensière en R&D au monde en valeur absolue (plus de 17 Mds USD en 2019).

Forte de cette puissance industrielle, la Corée du Sud a connu une croissance moyenne de plus de 3 % au cours des années 2010. La croissance coréenne en 2019 s’élevait à 2,0 %, en léger repli par rapport aux années précédentes (3,1% en 2017, 2,7% en 2018). Grâce à ce dynamisme économique, les fondamentaux de la Corée sont aujourd’hui très solides, avec un chômage structurellement faible, un excédent commercial très marqué (excédent de la balance des paiements courants de 3,6 % du PIB en 2019), et un endettement public contenu (38,1 % en 2019 pour le gouvernement central).

La Corée du Sud siège aujourd’hui au sein des principales organisations internationales. Membre de l’OCDE et du G20, le pays a rejoint le Club de Paris en 2016. La Corée poursuit son ouverture commerciale en multipliant les accords de libre-échange (ALE), qui pourraient à terme couvrir presque 90 % de ses échanges. La Corée est ainsi le 1er pays à avoir conclu un ALE avec les 3 principales puissances économiques mondiales, UE, USA et Chine. C’est aussi le 1er partenaire commercial d’envergure avec qui la Chine a signé un accord de libre-échange en 2015. L’accord de libre-échange entre la Corée et l’UE, en vigueur depuis 2011, a permis d’éliminer plus de 99 % des droits de douane et a bénéficié au commerce bilatéral entre la France et la Corée.

Source : https://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/KR/indicateurs-et-conjoncture

Commerce extérieur

Échanges de marchandises (2019, Md EUR, évolution sur 2018) :
Export : 484,389 (-5,53 %)
Import : 489,581 (-0,89 %)

Cinq premiers fournisseurs (avec part de marché) :
1 – Chine 21,3 %
2 – États-Unis 12,3 %
3 – Union européenne 10,3 %
4 – Japon 9,5 %
5 – Arabie Saoudite 4,3 %

(Exportations françaises 2019 : 5,190 Md euros, +19,77 %)

Source : IHS Markit Global Trade Atlas et OMC pour les fournisseurs.

Risques et paiements

La Rédaction du Moci a réuni un ensemble de notes, scores et paramètres d’évaluation couvrant d’une part le risque macro-économiques associés à un pays, d’autre part la solvabilité générale des entreprises de chaque pays.

A ces indicateurs de solvabilité sont associés les environnements et procédures associées aux démarches de recouvrement pouvant être réalisées dans chaque pays.

Enfin, un expert du Moci a rédigé une note de synthèse associée à cet environnement risque pour la plupart des pays du globe.

Appréciation du crédit manager Moci

Risque pays : bon
Risque client : moyen à surveiller

Notes de risque pays

OCDE : N. C. (octobre 2020)
Euler Hermes : A1, risque de court terme faible (novembre 2020)
Coface : pays A3 ; environnement des affaires A1 (novembre 2020)
Credendo : court terme : 1/7 ; commercial : B ; risque de transfert : 1/7 (novembre 2020).

Environnement des affaires
Classement « Doing Business 2020 » (1) : 5/190 (France : 32e)
Indice de perception de la corruption (2) : 39/180

Sources : (1) Banque mondiale (2) Transparency International.

Obtenir des renseignements de notoriété sur l’acheteur

C’est très difficile. Dans la comptabilité des entreprises sud-coréennes, le manque de transparence est total. Les comptes sont souvent indisponibles ou peu fiables. Se rapprocher des milieux d’affaires européens et français sur place et des autres fournisseurs. La seule compagnie sérieuse a disparu du marché il y a trois ans. Essayer néanmoins une société plus axée sur les investissements :

• Korea Investors Services (filiale de Moody’s).
http://www.kisrating.com/eng/
• Les prestataires français
Ellisphere (www.ellisphere.fr) et Altares (www.altares.fr).

Moyens de paiement

Monnaie locale
Le won sud-coréen (KRW).
Taux de change au 14 novembre 2020
1 EUR = 1 312,57 KRW
1 KRW = 0,00076 EUR
1 USD = 1 110,66 KRW
1 KRW = 0,00090 USD

Meilleures monnaies de facturation des échanges
Le dollar américain (USD) et, de plus en plus souvent, l’euro (EUR).

Conseillés
Virement Swift garanti éventuellement par une lettre de crédit standby ou une couverture d’assurance-crédit, ou crédit documentaire confirmé si le montant le justifie. À noter que depuis longtemps, Export.gov, le site officiel du dispositif fédéral de soutien aux exportateurs aux États-Unis – l’équivalent de Business France dans ce pays –, recommande fortement aux exportateurs américains de traiter en crédit documentaire confirmé non seulement avec de nouveaux clients mais également avec les clients réguliers, surtout pour les transactions de montant significatif. Un conseil pas si mauvais quand on constate l’augmentation des retards de paiement sur ce pays. 

Déconseillés
Tous les autres et surtout la remise documentaire même si les importateurs coréens exercent une forte pression sur les exportateurs pour imposer cette mauvaise pratique.

Conditions de paiement

Délais de paiement habituels
Environ 30 % de paiements d’avance au plan international. Sinon la majorité des transactions est à 30 jours ou 45 jours. Notons quelques opérations à 60 jours, mais ne pas accepter de délai au-delà. Attention à la pression : comme en Chine, de plus en plus d’importateurs coréens essayent d’obtenir des délais plus longs, pouvant aller jusqu’à 180 jours, ce qui est proche des délais négociés localement.

Risques de retards de paiement
Certaines données ci-après sont issues d’informations recueillies avant la pandémie de Covid-19. Suite à celle-ci, on a constaté dans la quasi-totalité des pays de nombreux retards de paiement, de 15 jours au minimum à plus de 30 jours selon les premières estimations.
Moins de 30 % des transactions sont payées dans les délais prévus. Les retards sont devenus la règle depuis plusieurs années, en général inférieurs à 30 jours. Une nette tendance à la dégradation a été constatée. Dans son étude sur le DSO dans le monde, parue début mai 2019, Euler Hermes créditait la Corée du Sud d‘un DSO de 63 jours, ce qui signifie donc des délais de paiement (accordés et/ou réels) particulièrement longs. Aussi, au risque de nous répéter, ne pas céder un pouce dans les négociations commerciales : au-delà d’un certain montant significatif, imposer le crédit documentaire ou un virement garanti. 

Acomptes à la commande
Il est possible d’en obtenir mais ils sont difficiles à négocier.

Garanties bancaires locales

Elles sont difficiles à obtenir de la part des entreprises coréennes ; il faut être dans un rapport de force très favorable. Un point positif : la lettre de crédit stand-by est de plus en plus utilisée. Il est donc recommandé d’insister.

Tribunal compétent en cas de litige

• Privilégier la transaction extrajudiciaire.
• Il n’existe pas de tribunaux de commerce en Corée. Une juridiction unique juge les affaires civiles et commerciales. Les tribunaux sont donc très encombrés et font preuve d’un excès de formalisme, source de lenteur et de lourdeur.
• Mais le Coréen du Sud est en principe bon payeur, même si l’on constate des retards de paiement, et les actions portées devant les tribunaux sont plus des actions pour litiges techniques que commerciaux.

Classement Banque mondiale, règlement insolvabilité, 2020 : 11/190

Le conseil du crédit manager

Après la destitution de la Présidente sud-coréenne le 10 mars 2017, la situation s’est stabilisée avec l’élection du président Moon Jae-in, redonnant une visibilité aux milieux d’affaires. Toutefois, la croissance économique ralentit, subissant l’effet du ralentissement économique global et du commerce mondial. Sur le plan des défaillances d’entreprises, après la très forte hausse en 2008, la tendance a été à la baisse six années consécutives, puis s’est stabilisée sur 2015, malgré l’impact sur l’économie de la crise de 2011 au Japon (séisme du 11 mars 2011, tsunami et catastrophe nucléaire à Fukushima). Les années 2017, 2018 et 2019 se sont achevées sur une baisse significative des défaillances. Pour les deux années à venir, les assureurs-crédit sont un peu moins pessimistes que pour nombre d’autres pays. Emises à des périodes différentes, ces prévisions diffèrent parfois quelque peu. Ainsi, Atradius prévoit une hausse d’environ 13 % sur 2020 et stabilité pour 2021. Euler Hermes, anticipe 14 % sur 2020 et moins 6 % sur 2021, et la Coface, une variation de 9 % entre 2019 et 2021.
Concernant les pratiques de paiement, on constate depuis quelques années un allongement des délais de paiement négociés et une tendance à la hausse des retards de paiement. La prudence s’impose toujours dans les transactions commerciales de
montants significatifs, même si l’entrée en vigueur du traité de libre-échange avec l’Union européenne, le 1er juillet 2011, en fait toujours un pays porteur. Attention également à demeurer ferme dans la négociation des clauses financières lors de la rédaction des contrats commerciaux.

Mobilité

Chiffres clés

Population (2018) : 51,9 millions, dont population urbaine : 82 %.
Langues : coréen. L’anglais est assez largement utilisé dans les affaires, mais de façon inégale selon les secteurs d’activité.
Religions : bouddhistes, 25 % ; protestants, 18 % ; catholiques, 10 %.
Nombre de Français immatriculés (2018) : 3 053.
Nombre d’entreprises françaises implantées : 174.
PIB/hab. en parité de pouvoir d’achat (2018) : 41 350 USD.
Taux de croissance du PIB (2018) : + 2,7 %.
Émissions CO2 (tonnes/hab., 2017) : 8,25 t.
Indicateur global de sécurité (GPI, 163 pays, 2018) : 49e, niveau « élevé ».

Sources : MEAE, Banque mondiale, Commission européenne (base de données EDGAR), FMI, Institute for Economics & Peace pour le GPI et Le Moci.

S’y rendre

Formalités

Pour un séjour de moins de 90 jours, aucun visa n’est nécessaire pour les citoyens français lors de voyage touristique, commercial et de prospection, conférence, réunion. La possession d’un passeport valable encore 6 mois au minimum après la date du retour est obligatoire.
Les voyageurs d’affaires français ne sont pas soumis à visa de court séjour pour se rendre en Corée du Sud. Cependant, si le séjour donne lieu à une rémunération perçue sur place, les voyageurs d’affaires devront solliciter un visa.

La procédure s’effectue en deux étapes : sollicitation, par l’opérateur invitant, d’une autorisation de travail auprès du Bureau coréen de l’immigration compétent (selon le lieu d’activité) ; et dépôt d’un dossier de demande de visa par le voyageur auprès de l’ambassade de Corée du Sud en France. Le délai d’obtention est de 3 semaines.

Pour les longs séjours (plus de 90 jours), un visa de long séjour est nécessaire. Dans la plupart des cas, une autorisation de travail devra préalablement être demandée auprès du Bureau coréen de l’immigration compétent (délai d’obtention : 3 semaines).

En cas d’investissements réalisés ou prévus en Corée du Sud, l’ambassade de Corée du Sud en France pourra délivrer un visa de long séjour « Foreign investor » dans un délai de 5 jours ouvrables, sans qu’une autorisation du Bureau coréen de l’immigration ne soit nécessaire. Tous les détenteurs de visas de long séjour sont tenus, une fois arrivés sur le territoire sud-coréen, de s’enregistrer auprès du Bureau de l’immigration de leur ville de résidence.
Source : MEAE.

Y travailler

Le marché du travail 
Le monde des affaires coréen est relativement novateur et ouvert à tous les changements. En conséquence, la demande en talents mondiaux ne cesse de croître. La connaissance de la langue anglaise est obligatoire et, dans la plupart des sociétés coréennes, la connaissance du coréen est requise. À cette difficulté s’ajoute celle de la différence de mentalité et de coutumes, parfois difficile à surmonter pour un étranger. Il est important de bien comprendre la culture d’entreprise coréenne, association d’esprit d’initiative individuel et de travail d’équipe.

Les secteurs qui recrutent sont les suivants : ingénierie et BTP, tourisme, services, finance, TIC, secteur public, produits de grande consommation, commerce de détail et produits de luxe, produits bio, pharmacie, énergie, entre autres.

Internet est probablement le meilleur outil pour trouver un emploi en Corée du Sud. Le net fourmille en effet de sites généralistes ou spécialisés sur lesquels vous pourrez déposer vos CV, obtenir des conseils utiles ou consulter les offres.

Le cadre légal du travail
Salaire minimum légal : 8 350 KRW/heure (6,5 euros).
Durée de travail : la durée légale est de 8 heures par jour et de 44 heures hebdomadaires.
Durée de la période d’essai/du préavis : en général, 3 mois au minimum.
Nombre d’heures travaillées par an (2017) : 2 024 heures par personne.
Emploi à temps partiel/total (2017) : 11,4 %.

Rémunération avantages et impôts : rémunération et avantages dépendent totalement du poste pour lequel vous postulez.
Jours chômés hebdomadaires : samedi (partiellement) et dimanche.

Horaires de travail
Administrations : 9 h – 18 h (lundi-vendredi).
Entreprises : 9 h – 18 h, mais les heures supplémentaires jusque tard dans la nuit sont monnaie courante (lundi-vendredi).
Banques : 9 h 30 – 16 h (du lundi au vendredi).
Commerces : 10 h 30 – 19 h 30, tous les jours (grands magasins).

Sources : MEAE, ministère de l’Emploi et du Travail, Expat.com, OCDE et Business France.

Meilleurs sites d’emploi
http://www.learn4good.com/jobs/language/english/list/country/south_korea
https://korea.xpatjobs.com
www.linkedin.com/jobs/search/?location=korea
https://kp.tiptopjob.com

Vie pratique

Coût de la vie
Monnaie : won sud-coréen (KRW). Librement convertible.
Taux de change : 1 EUR = 1 281,5 KRW (12-04-2019).
Indice Big Mac : 4 USD.
Se loger : dans le centre de ville de Séoul, loyer entre 400 et 900 euros/mois pour un studio et 900 et 2 700 euros pour un trois pièces. Les expatriés à Séoul se sont installés dans différents quartiers résidentiels, dont la plupart sont situés aux alentours du centre-ville. Il est recommandé de passer par une agence immobilière pour trouver un logement. Vous trouverez du personnel parlant anglais qui saura vous expliquer le système de location « à la coréenne » tout en vous informant des risques financiers liés au versement d’une caution.
Indice Mercer du coût de la vie (logement compris, 209 villes) : Séoul (5e).

Sources : Expat.com, Mercer, Numbeo. com, The Economist et XE currency converter.
Informations utiles

Nature du réseau électrique
220 volts.
Prises de type français.
Télécommunications
Indicatif téléphonique : + 82 (Séoul : 2).
Qualité du réseau mobile : excellente.
Qualité du réseau Internet : excellente.

Principaux jours fériés 2019
15 août : fête de l’indépendance.
12-14 septembre : Chuseok (Thanksgiving Coréen).
3 octobre : jour de la fondation de la nation.
9 octobre : jour du Hangeul.
25 décembre : Noël.

Distances de ville à ville
Entre Séoul et Pusan : 329km.
Déplacements de ville à ville
La plupart des destinations domestiques sont à une heure de vol de Séoul. L’aéroport de Gimpo, situé entre le quartier ouest de Séoul et l’aéroport international plus récent d’Indheon est principalement utilisé pour les vols intérieurs. Korean Air et Asiana Airlines s’occupent de tous les vols domestiques.

Le réseau ferroviaire est bien développé. Les chemins de fer coréens (KORAIL) exploitent trois types de trains – super-express, express, et locaux – ainsi qu’un réseau extensif au niveau national. Les trains super-express (KTX) relient Séoul à Busan, Mokpo, East Daegu, Gwangju et Iksan. Les destinations les plus populaires du pays peuvent être rejointes par ligne directe ou transfert unique. Les trains locaux ont des arrêts fréquents.

Contacts

Les acteurs publics

Business France
8F, Samheung Bldg, 329,
Teheran-ro, Gangnam-gu
Seoul 06150
Tél. : +82 (0)2 564 9032
https://www.businessfrance.fr
Service économique régional de la DG Trésor
SE de Séoul
Tél. : +82 2 563 2158
https://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/KR

Les acteurs privés

French Korean CCI
Localisation : Séoul
(Daechi-dong), Nobel B/D,
5th floor
16, Teheran-ro 78-gil,
Gangnam-gu,
Seoul, 06194
Tél. : (+82) 2 2268 9501
welcome@fkcci.com
http://www.fkcci.com
Salveo
Localisation : Séoul
coreedusud@salveo.international
https://salveo.international

Logistique & Douane

Logistique et douane

Dans le classement « Doing Business 2020 » de la Banque mondiale, la Corée du Sud est classée au 36e rang mondial (-3 places rapport à 2019) pour la performance du commerce transfrontalier. Sont mesurés dans cette rubrique les délais et les coûts (hors droits de douane) associés à trois catégories de procédures : respect des exigences en matière de documentation, respect des procédures de commerce transfrontalier et transport intérieur. Les délais sont fournis en nombre d’heures et les coûts en dollars US. Le transport intérieur n’est toutefois pas intégré dans la note finale.

À l’export : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 13 h. ; coût 185 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (1 h. ; 11 USD).

À l’import : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 6 h. ; coût 315 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (1 h. ; 27 USD).

Actualités : Corée du Sud

Affinez votre analyse

Risques et paiements :
Accéder aux scores et avis d’expert
.

Bienvenue !

Connectez-vous

Créer un compte

Merci de compléter le formulaire

Réinitialisez votre mot de passe

Veuillez saisir votre nom d'utilisateur ou votre adresse e-mail pour réinitialiser votre mot de passe.