fbpx

Mauritanie

Économie

Informations pays

Population (millions, 2019) : 4,06
Capitale : Nouakchott
Devise : Ouguiya mauritanien (MRO)

Indicateurs économiques :
Taux de croissance du PIB réel (1) : 2020 : -3,22 % (estim.) ; 2019 : 5,86 %
Revenu national/hab. en parité de pouvoir d’achat (USD, 2019) (2) : 5 350
Source : (1) FMI (2) Banque mondiale.

Conjoncture

La Mauritanie affiche un PIB de 7,6 Mds USD fin 2019, avec une économie peu diversifiée et vulnérable aux chocs externes. Sa population est estimée à 4,4 M d’habitants, le PIB par habitant demeure modeste (1 392 USD fin 2019), soit un niveau en-dessous de la moyenne d’Afrique subsaharienne (1 571 USD). Les autorités mauritaniennes ont, dès l’apparition du premier cas de Covid-19 le 13 mars, pris des mesures d’endiguement, élaboré un plan de riposte sanitaire et des mesures sociales. Les mesures de restriction imposées, le ralentissement de l’économie mondiale et l’évolution des prix des produits de base entraîneraient une récession de 3,2% en 2020, contre une croissance de 6,3% anticipée initialement. Le pays est sous programme FMI (FEC) et classé en risque élevé de surendettement.

Avant l’irruption de la crise de Covid-19, la Mauritanie avait réalisé un exercice de rebasage de son PIB qui conclut à une réévaluation de 22,7% pour l’année 2014 et 34,8% pour 2018. Le PIB est ainsi estimé à 7,6 Mds USD pour 2019. L’économie est désormais prévue de se contracter de 3,2% en 2020, contre une croissance de 6,3% anticipée avant la crise, et de rebondir à 2% en 2021. Le PIB passerait ainsi à 7,4 Mds USD en 2020.

Si les marchés internationaux des matières premières destinées à l’exportation de la Mauritanie (minerai de fer, or) ont bien résisté, le secteur de la pêche a souffert de la baisse de la demande mondiale. Les transports et les services ont été sévèrement touchés par les fermetures et l’agriculture a été affectée par la sécheresse au Sahel. Néanmoins, la construction a été soutenue par les dépenses publiques malgré les retards dans la mise en œuvre des projets d’infrastructure. Selon la Loi de Finances 2021, le secteur primaire devrait connaitre une récession de 6,9% en 2020, le secteur secondaire de 2,2% et le secteur tertiaire de 2,4%. La reprise en 2021 devrait être portée par le secteur des industries extractives, qui enregistrera une croissance de 2,7%, et le secteur des services (+0,9%).

Le projet de champ gazier offshore Grand Tortue-Ahmeyim (GTA) est reporté d’un an à 2023. La croissance devrait s’établir à 4,2% en 2022 puis 6,1% en 2023. Le besoin de financement extérieur est prévu d’augmenter de 26 M USD à 394 M USD par rapport à la Facilité rapide de crédit (FRC) d’avril, soit 5,3% du PIB. Les exportations mauritaniennes sont très dépendantes des marchés chinois (premier client avec 30% des exportations totales en 2018, 25% des exportations de poissons, 68% des exportations de minerai de fer et 100% des exportations de cuivre) et espagnol (14% des exportations totales), pays parmi les plus touchés par la pandémie. Le déficit courant s’établirait à 15,3% du PIB en 2020, après 10,6% en 2019. Les réserves internationales ont atteint 1 320 M USD à fin juin 2020, en hausse de 185 M USD au premier semestre suite aux décaissements du Fonds et des autres bailleurs. En 2020, elles devraient représenter 5,1 mois d’importations.

L’évolution du taux de change demeure stable et l’inflation contenue (3,9% en moyenne annuelle en 2020 et 4,5% en 2021 puis 4% à moyen terme).

Le gouvernement a adopté un plan national de réponse à la Covid-19 d’un montant de 644 M USD (8,5% du PIB) pour des réformes dans le secteur de la santé, de l’agriculture, la constitution de stocks de nourriture essentielle, le soutien direct aux ménages et PME et des lignes de crédit et garanties pour les entreprises.

Source : https://www.tresor.economie.gouv.fr

Commerce extérieur

Échanges de marchandises (2019, Md USD, évolution sur 2018) :
Export : 3,565 (+29,16 %)
Import : 2,874 (+7,88 %)
(Exportations françaises 2019 : 0,2 Md d’euros, +12,63 %) 

Source : OMC et IHS Markit Global Trade Atlas pour les exportations françaises.

Risques et paiements

La Rédaction du Moci a réuni un ensemble de notes, scores et paramètres d’évaluation couvrant d’une part le risque macro-économiques associés à un pays, d’autre part la solvabilité générale des entreprises de chaque pays.
A ces indicateurs de solvabilité sont associés les environnements et procédures associées aux démarches de recouvrement pouvant être réalisées dans chaque pays.
Enfin, un expert du Moci a rédigé une note de synthèse associée à cet environnement risque pour la plupart des pays du globe.

Appréciation du crédit manager Moci

Risque pays : très élevé
Risque client : très mauvais

Notes de risque pays

OCDE : 7/7 (octobre 2020)
Euler Hermes : D4, risque de court terme élevé (novembre 2020)
Coface : pays C ; environnement des affaires D (novembre 2020)
Credendo : court terme : 5/7 ; commercial : C ; risque de transfert : 7/7 (novembre 2020).

Environnement des affaires
Classement « Doing Business 2020 » (1) : 152/190 (France : 32e)
Indice de perception de la corruption (2) : 137/180

Sources : (1) Banque mondiale (2) Transparency International.

Obtenir des renseignements de notoriété sur l’acheteur

La tâche est quasi impossible car très peu d’informations sont disponibles et celles qui circulent sont peu fiables. Se rapprocher des institutionnels et milieux d’affaires européens et français implantés localement et des autres fournisseurs.

Moyens de paiement

Monnaie locale
L’ouguiya mauritanien (MRO).
Non convertible.

Taux de change au 18 novembre 2020 :
1 MRO = 0,002224 EUR
1 EUR = 43,8218 MRO
1 USD = 36,9341 MRO
1 MRO = 0,002639 USD

Meilleures monnaies de facturation des échanges
L’euro (EUR) et le dollar américain (USD).

Conseillés
Le paiement d’avance, sinon un crédit documentaire irrévocable et confirmé (sachant que la confirmation est assez souvent difficile à obtenir sur ce pays).

Déconseillés
Tous les autres.

Conditions de paiement

Délais de paiement habituels
Pas de délai si possible : le paiement d’avance et/ou offshore ou le paiement à vue dans le cadre d’un crédit documentaire confirmé. La confirmation est de plus en plus difficile et onéreuse.

Risques de retards de paiement
Ils existent. Les retards sont très fréquents si les opérations ne sont pas sécurisées par une garantie. Ils peuvent aller de 30 jours à plusieurs mois.

Acomptes à la commande
Le versement d’acomptes à la commande est très fortement recommandé. Veiller à sécuriser le règlement du solde.

Garanties bancaires locales

Elles sont difficiles à obtenir et les conditions d’émission sont très dissuasives.

Tribunal compétent en cas de litige

• En principe, un tribunal local, surtout pour les contrats avec des sociétés d’État. Les décisions sont très longues et souvent en défaveur de l’exportateur.
• Si le jugement est rendu à l’étranger, l’exécution sera aussi très longue et très aléatoire. Mais néanmoins, c’est la solution à privilégier.
• Commencer par rechercher un accord amiable.

Classement Banque mondiale, règlement insolvabilité, 2020 : 168/190

Le conseil du crédit manager

La Mauritanie, qui connaît une instabilité politique quasi chronique, est un très mauvais risque pour les exportateurs, tant du point de vue politique et économique que sécuritaire. Les cotations des institutionnels et des principaux assureurs-crédits le confirment. Sa situation économique et financière étant précaire, le pays est exposé à un risque de non-transfert très élevé (maximum de la note 7/7 par Credendo). En outre, les entreprises locales ont la réputation d’avoir un comportement payeur très médiocre, notamment dû au problème de disponibilité des devises et d’insuffisance de financement des banques locales… Essayer d’imposer le paiement d’avance.

Mobilité

Contacts

Logistique & Douane

Dans le classement « Doing Business 2020 » de la Banque mondiale, la Mauritanie est classée au 144e rang mondial (-3 places par rapport à 2019) pour la performance du commerce transfrontalier. Sont mesurés dans cette rubrique les délais et les coûts (hors droits de douane) associés à trois catégories de procédures : respect des exigences en matière de documentation, respect des procédures de commerce transfrontalier et transport intérieur. Les délais sont fournis en nombre d’heures et les coûts en dollars US. Le transport intérieur n’est toutefois pas intégré dans la note finale.

À l’export : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 62 h. ; coût 749 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (51 h. ; 92 USD).

À l’import : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 69 h. ; coût 580 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (64 h. ; 400 USD).

Actualités : Mauritanie

Affinez votre analyse

Risques et paiements :
Accéder aux scores et avis d’expert
.

Bienvenue !

Connectez-vous

Créer un compte

Merci de compléter le formulaire

Réinitialisez votre mot de passe

Veuillez saisir votre nom d'utilisateur ou votre adresse e-mail pour réinitialiser votre mot de passe.