fbpx

Belgique

Économie

Informations pays

Population (millions, 2019) (1) : 11,4
Capitale : Bruxelles
Devise : Euro
Décalage horaire avec la France : Aucun
Climat : Océanique et tempéré

Indicateurs économiques :
Taux de croissance du PIB réel (1) : 2019 : 1,7 % ; 2018 : 1,8 %
Revenu national/hab. en parité de pouvoir d’achat (USD, 2019) (2) : 54 730

Sources : (1) FMI (2) Banque mondiale.

Conjoncture

Avec un taux d’ouverture de 80,8% en 2020, la Belgique est l’une des économies les plus ouvertes de la zone euro. L’année passée, son volume d’échange de biens a reculé de 6,5% par rapport à 2019, s’établissant à 525,2 Md€. Cette chute du commerce extérieur s’est néanmoins accompagnée d’une nette amélioration du solde commercial, remontant de 3,2 Md€ par rapport à 2019. Le déficit de la balance des biens belge s’établit ainsi à 2,9 Md€. Depuis 20 ans, la balance commerciale tend à se dégrader en raison, notamment, d’une progression des coûts salariaux unitaires plus rapide que celle des Pays-Bas, de l’Allemagne et de la France. Le commerce extérieur belge présente trois spécificités notables : il apparaît très concentré au plan géographique, les trois grands voisins de la Belgique représentant 43% de ses échanges, il est principalement de nature intra-branche, la Flandre représente 80% des échanges.

La crise économique et sanitaire a eu une répercussion moins forte que prévue sur l’économie belge, dont le PIB a chuté de 6,3% en 2020. En effet, la Belgique, avec son fort degré d’ouverture, était particulièrement exposée aux effets de la crise sur le commerce international. Les autorités du pays ont mis en place d’importantes mesures de soutien à l’économie permettant de préserver le pouvoir d’achat des ménages et la liquidité des entreprises. Par conséquent, la crise sanitaire ne s’est pas traduite par une crise de l’emploi, le taux de chômage étant de 5,6%. En revanche, le coût budgétaire des mesures de soutien a entraîné une dégradation des finances publiques, portant le déficit public à 9,4% et l’endettement public à 114,1% du PIB. Enfin, le secteur financier a été mobilisé en soutien de l’activité.

Source : DG Trésorhttps://www.tresor.economie.gouv.fr

Commerce extérieur

Échanges de marchandises (2019, Md EUR, évolution sur 2018) :
Export : 399,183 (+0,64 %)
Import : 381,963 (-0,83 %)

Cinq premiers fournisseurs (avec part de marché) :
1 – Union européenne 59,9 %
2 – États-Unis 7,5 %
3 – Chine 4,4 %
4 – Royaume-Uni 4,4 %
5 – Japon 2,9 %
(Exportations françaises 2019 : 34,254 Md EUR, +0,13 %)

Sources : IHS Markit Global Trade Atlas et OMC pour les fournisseurs. 

Risques et paiements

La Rédaction du Moci a réuni un ensemble de notes, scores et paramètres d’évaluation couvrant d’une part le risque macro-économiques associés à un pays, d’autre part la solvabilité générale des entreprises de chaque pays.

A ces indicateurs de solvabilité sont associés les environnements et procédures associées aux démarches de recouvrement pouvant être réalisées dans chaque pays.

Enfin, un expert du Moci a rédigé une note de synthèse associée à cet environnement risque pour la plupart des pays du globe.

Appréciation du credit manager Moci

Risque pays : bon
Risque client : moyen, à surveiller

Notes de risque pays

OCDE : N. C. (octobre 2020)
Euler Hermes : AA1, risque de court terme faible (novembre 2020)
Coface : pays A3 ; environnement des affaires A1 (novembre 2020)
Credendo : court terme : 1/7 ; commercial : C ; risque de transfert : 1/7 (novembre 2020).

Environnement des affaires
Classement « Doing Business 2020 » (1) : 46/190 (France : 32e)
Indice de perception de la corruption (2) : 17/180

Sources : (1) Banque mondiale. (2) Transparency international.

Obtenir des renseignements de notoriété sur l’acheteur

Tout comme la France, la Belgique est un véritable paradis pour les sociétés d’informations économiques et les… credit managers ! Tout ou presque y est disponible. Aussi, les principaux leaders du marché local du renseignement s’y sont implantés.

On peut citer :
Dun & Bradstreet Belgium
www.dnb-belgium.be/fr?language =fr
Dun & Bradstreet Belgium NV-SA
Atlantis Corner Building
Keizer Karellaan,
576, av. Charles-Quint,
1082 Brussel – Bruxelles
Tél. : +32 (0) 2 481 82 00
Fax : +32 (0) 2 481 82 75

Graydon Belgium
À noter : fournit des statistiques mensuelles sur les comportements payeurs et les défaillances d’entreprises en Belgique par région, ainsi que de nombreuses informations pertinentes sur le droit des entreprises belges.
www.graydon.be
Uitbreidingstraat 84-b1
BE-2600 Berchem
Tél. : +32 (0) 3 280 88 00
info@graydon.be

Pour les informations de base, on peut contacter les principaux acteurs présents en France sur le marché de l’information sur les entreprises : Altares, Bureau Van Dijk, Ellisphere, Intersud…

Moyens de paiement

Monnaie locale
L’euro.

Conseillés
Le virement SEPA et la lettre de crédit standby. Plus précisément, on privilégiera une formule associant un virement sécurisé par une garantie (type lettre de crédit standby) ou une assurance-crédit.

Déconseillés
Tous les autres, y compris et surtout chèques et effets de commerce.

Conditions de paiement

Délais de paiement habituels
Le délai standard accordé est de 30 à 60 jours (environ 70 % à 30 jours). Intrum Justitia annonce un délai moyen accordé de 33 jours dans le secteur privé et 36 jours dans le secteur public (juin 2020, étude basée sur une enquête réalisée de février à mai 2020). Dans un premier temps, la Belgique s’était révélée un assez mauvais élève car elle a transposé la nouvelle Directive européenne sur les délais de paiement avec 8 mois de retard : loi du 22 novembre 2013, modifiant la loi du 2 août 2002 concernant la lutte contre le retard de paiement dans les transactions commerciales. Une nouvelle loi entrée en vigueur le 29 avril 2020 traite plus particulièrement les relations commerciales entre grands groupes et PME, comme nous le verrons plus loin.

La loi du 22 novembre 2013 prévoit un délai de paiement par défaut de 30 jours civils mais parmi ses dispositions, l’article 6 stipule que « les parties peuvent convenir d’un délai de paiement qui peut même excéder soixante jours civils ». À condition que ce ne soit pas discriminatoire, bien évidemment… Rappelons que lors de la parution de la loi, Paul Becue, General Manager d’Euler Hermes en Belgique, avait émis certaines réserves quant au texte. Selon lui, les termes « abus » et « objectivement justifié » (inclus dans le texte) sont sujets à des divergences d’interprétation, de sorte qu’il subsistera une certaine insécurité juridique, aussi longtemps que l’interprétation de ces termes n’aura pas été précisée par la jurisprudence.

La toute dernière loi, du 28 mai 2019, entrée en vigueur le 29 avril 2020, « Loi modifiant la loi du 2 août 2002 concernant la lutte contre le retard de paiement dans les transactions commerciales », mentionne que « Les parties ne peuvent toutefois pas convenir d’un délai de paiement excédant soixante jours si le créancier est une PME et si le débiteur n’est pas une PME. Toute clause contractuelle contraire à la phrase précédente est réputée non écrite ». L’éventualité d’un dépassement des 60 jours évoqués plus haut n’est donc pas possible si l’une des entreprises est une PME. Le législateur en a profité pour rappeler la définition d’une PME : c’est une entreprise qui ne dépasse pas plus d’un des critères suivants :

• Nombre de travailleurs en moyenne annuelle : 50
• Chiffre d’affaires annuel hors taxe sur la valeur ajoutée : 9 000 000 euros.
• Total du bilan : 4 500 000 euros.

 Risques de retards de paiement
Certaines données ci-après sont issues d’informations recueillies avant la pandémie de Covid-19. Suite à celle-ci, on a constaté dès les premiers mois, dans  la quasi-totalité des pays ,de nombreux retards de paiement, 15 à 30 jours au minimum selon les premières estimations.

Dans son étude sur l’évolution du BFR dans le monde, publiée fin juillet 2020, Euler Hermes mentionne pour la Belgique en 2019, un DSO moyen de 62 jours (59 en 2018), 25 % des entreprises payant en moyenne 72 jours après l’échéance.

Cribis Dun and Bradstreet, dans l’étude Payment study 2020, couvrant l’année 2019, mentionne que 39,8 % seulement des entreprises respectent les échéances négociées. Et 1,6 % règlent avec plus de 90 jours de retard.

Selon Atradius, au troisième trimestre 2020, les retards de paiement se sont dégradés de 81 % par rapport à la même période l’an dernier.

Cela ne vient que conforter un commentaire pessimiste de Graydon (20 février 2019) : au cours de l’année 2018, la qualité de paiement dans le monde des affaires belge s’est dégradée. Certains secteurs sont montrés du doigt : par exemple, de 25 % à 30 % des factures envoyées aux entreprises du secteur de la restauration et des débits de boissons sont souvent payées plus de 90 jours après la date d’échéance ! Graydon estime que près de 70 % des entreprises paient leurs factures dans les délais. On peut peut-être en déduire que des délais de paiement plus longs que ceux prévus par la loi ont été accordés. Comme pour beaucoup de pays, les statistiques varient d’un prestataire à un autre.

Cela dépend du panel d’entreprises consultées et de la période sur laquelle s’est déroulée l’enquête.

Acomptes à la commande
Le versement d’acomptes à la commande est possible. Compte tenu de la situation de crise, il est même fortement recommandé en fonction de l’importance de la commande.

Garanties bancaires locales

On trouve les mêmes garanties qu’en France, mais, compte tenu de la crise, il est de plus en plus difficile d’en faire émettre. Les tarifs des commissions sont identiques à ceux des banques françaises. À noter que la lettre de crédit standby est de plus en plus pratiquée.

Tribunal compétent en cas de litige, loi applicable 

Soulignons tout d’abord une réforme importante entrée en vigueur le 1er novembre 2018. Dans le cadre de la Loi du 15 Avril 2018 portant réforme du droit des entreprises, les tribunaux de commerce  ont cédé leur place aux « tribunaux de l’entreprise ». A ce jour, il y en a neuf : Anvers, Bruxelles (NL et FR), Louvain, Gand, Eupen, Liège, Hainaut et Brabant-Wallon. En plus du traitement des faillites, le Tribunal de l’entreprise est compétent pour juger des contestations entre entreprises, et ce, pour n’importe quel montant.

• Tribunal français ou tribunal local ? Choisissez de préférence le tribunal local, d’autant que les délais d’exécution des jugements rendus en France sont assez longs. Quant au droit applicable, dans l’ensemble, le droit commercial est identique au droit français, à l’exception notable du droit de la distribution, très spécifique.

• En cas d’action devant les tribunaux, il est préférable d’avoir au préalable adressé une mise en demeure recommandée. Attention, les actions en recouvrement sur les effets de commerce impayés ne sont guère efficaces.

En matière d’injonction de payer européenne, sont habilités, conformément au Code judiciaire belge, le juge de paix/vrederechter, le tribunal de première instance /rechtbank van eerste aanleg, et le tribunal de l’entreprise/Ondernemingsrechtbank

Classement Banque mondiale, règlement insolvabilité, 2020 : 9/190

Le conseil du credit manager

D’après Graydon, l’année 2019 s’est terminée sur une forte hausse des défaillances d’entreprises (+10,3 %), avec un total de 11 817. Sans surprise, selon la Direction générale des statistiques belges, (Statbel) les trois premiers mois de 2020, affichent des niveaux plutôt élevés. Comme pour la plupart des pays, les assureurs-crédit sont pessimistes pour 2020, même si, comme dans de nombreux autres pays de l’Union européenne, des dispositions ont été prises pour « freiner » l’explosion des défaillances suite à la pandémie en cours. Ainsi, Atradius prévoit une hausse d’environ 20 % sur 2020 puis un très léger recul sur 2021. Par contre, Euler Hermes, anticipe 4 % sur 2020 et 22 % sur 2021.

À noter que la nouvelle loi relative aux faillites, également dénommée loi sur l’insolvabilité, est entrée en vigueur le 1er mai 2018. Son impact devrait être très lourd. Certains spécialistes belges parlent même de tremblement de terre. Graydon a publié un très intéressant dossier que l’on peut télécharger sur son site (https://graydon.be).

Rappelons que la Belgique s’est dotée depuis le 31 janvier 2009 d’une « loi relative à la continuité des entreprises », très proche de la loi de sauvegarde en France, et qui est entrée en vigueur le 1er avril 2009. Selon Graydon, il semble que cette loi ait obtenu un vif succès dès son entrée en vigueur.

Il est plus que jamais très fortement recommandé de soigner la rédaction des contrats et de demeurer vigilant quant au respect des délais de paiement accordés. Ne pas hésiter à réclamer des intérêts de retard…

Attention au délai de prescription en matière commerciale : si un contrat a été conclu, le délai est de 10 ans, sinon, il est ramené à 5.

À signaler également une bonne nouvelle avec un changement profond dans le droit de la clause de réserve de propriété entré en vigueur le 1er janvier 2018. Selon les nouveaux textes, cette clause devrait désormais se révéler efficace, que le débiteur soit en faillite ou non. Nous recommandons au vendeur d’enregistrer la clause de réserve de propriété dans le registre des gages. Ce n’est pas une obligation ni une nécessité pour la validité ou l’opposabilité de la clause, mais cela renforcera la sécurité juridique.

En outre, elle pourra être utilisée même en cas de revente et/ou de transformation des marchandises. Dans une pertinente étude d’Atradius sur ce sujet, le rédacteur mentionne également que la nouvelle loi prévoit une super priorité de la réserve de propriété par rapport au gage dont les biens feraient l’objet au profit d’un autre créancier. En d’autres termes, le vendeur avec réserve de propriété primera sur le banquier qui aurait un gage sur le stock.

Mobilité

Chiffres clés

Population (2019) (1) : 11,4 millions d’habitants
Langues : le néerlandais, le français et l’allemand
Religions (Belges francophones) : catholiques : 43 % ; protestants : 2,7 % ; musulmans : 12 % ; sans religion : 17 %
Nombre d’entreprises françaises implantées : 1 845
Revenu national/hab. en parité de pouvoir d’achat (USD, 2019) (2) : 54 730
Taux de croissance du PIB réel : 2016 : 1,2 % ; 2015 : 1,5 %

Sources : (1) Eurostat. (2) Banque mondiale.

S’y rendre

Formalités
La Belgique étant membre de l’Union européenne, la carte nationale d’identité ou un passeport en cours de validité suffisent pour s’y rendre.

Pour de plus amples informations, consulter l’ambassade de Belgique à Paris.

Y travailler

Le marché du travail
Le gouvernement a entrepris plusieurs réformes structurelles depuis 2015, dont une réforme fiscale axée sur des réductions de l’impôt sur le revenu des personnes physiques et des cotisations sociales patronales : le tax shift a ainsi permis d’alléger le coût du travail en déplaçant une partie de la charge fiscale pesant sur le travail vers d’autres bases d’imposition.

Trois autres projets de loi sont en cours d’examen : la loi « travail maniable et faisable » qui vise à améliorer la fluidité du marché du travail (annualisation du temps de travail notamment) ; une modernisation de la loi de 1996 sur les coûts salariaux ; et une simplification du e-commerce. Ces réformes devraient conduire à une augmentation de l’investissement et à une amélioration de la compétitivité en Belgique.

Ces mesures ont également eu des conséquences positives sur le marché du travail : 59 000 emplois ont ainsi été créés en Belgique en 2016, le taux de chômage atteignant dorénavant 8 % et devant poursuivre sa résorption, selon la Commission, en 2017 (7,8 %) et 2018 (7,6 %). Mais s’il est inférieur à la moyenne européenne, le taux de chômage en Belgique n’en demeure pas moins préoccupant en raison d’importantes disparités au niveau régional : 5,5 % en Flandre, 12 % en Wallonie et 21% à Bruxelles. Le taux d’emploi des jeunes est en net recul depuis 2008 (moins de 60 %), tout comme celui des personnes les moins qualifiées et de celles issues de l’immigration.

Source : DG Trésor (La Belgique : cadrage général – publié le 13/07/2017)

Vie pratique

Informations utiles
Nature du réseau électrique
220 volts

Télécommunications
Indicatif téléphonique : + 32
Qualité du réseau mobile : excellent
Qualité du réseau : excellent

Principaux jours fériés 2019
30 mai : jeudi de l’Ascension
10 juin : lundi de Pentecôte
21 juillet : fête nationale
15 août : Assomption

Distances de ville à ville
Bruxelles – Anvers : 41 km

Santé
Les conditions sanitaires sont équivalentes à celles de la France. Se munir de la carte européenne d’assurance maladie à demander à votre caisse d’assurance maladie au moins 15 jours avant le départ.
Pour plus d’information, consultez le site de l’Assurance Maladie.

Source : Conseils aux voyageurs / Ministère de l’Europe et des Affaires étrangèresDiplomatie.gouv

Consultez l’intégralité des recommandations et des conseils à destination des voyageurs qui se rendent en Belgique, actualisés par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères sur ce lien.

Contacts

Les acteurs publics

Douane
Zone de compétence : Belgique,
Luxembourg, Pays-Bas.
Tél. : 00 3 17 03 12 57 63/60
la-haye.dgddi@douane.finances.gouv.fr
https://www.douane.gouv.fr/fiche/lannuaire-des-attaches-douaniersletranger

Service économique régional de la DG Trésor
14 place de Louvain – B-1000 Bruxelles
bruxelles@dgtresor.gouv.fr
https://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/BE

Les acteurs privés

CCI France Belgique
Localisation : Bruxelles
Artemis Square – Av. des Arts, 8
B-1210 Bruxelles
Tél. : 00 32 2 506 88 11
cfcib@cfci.be
https://ccifrancebelgique.be

Logistique & Douane

Dans le classement « Doing Business 2020 » de la Banque mondiale, la Belgique est classée au 1er rang mondial (inchangé par rapport à 2019) pour la performance du commerce transfrontalier. Sont mesurés dans cette rubrique les délais et les coûts (hors droits de douane) associés à trois catégories de procédures : respect des exigences en matière de documentation, respect des procédures de commerce transfrontalier et transport intérieur. Les délais sont fournis en nombre d’heures et les coûts en dollars US. Le transport intérieur n’est toutefois pas intégré dans la note finale.

• À l’export : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 0 h. ; coût 0 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (1 h. ; 0 USD).

• À l’import : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 0 h. ; coût 0 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (1 h. ; 0 USD).

Actualités : Belgique

Affinez votre analyse

Risques et paiements :
Accéder aux scores et avis d’expert
.

Bienvenue !

Connectez-vous

Créer un compte

Merci de compléter le formulaire

Réinitialisez votre mot de passe

Veuillez saisir votre nom d'utilisateur ou votre adresse e-mail pour réinitialiser votre mot de passe.