fbpx

Mali

Économie

Informations pays

Population (millions, 2018) : 19,5
Capitale : Bamako
Devise : Franc CFA

Indicateurs économiques :
Taux de croissance du PIB réel (1) : 2019 : 4,7 % (estim.) ; 2018 : 5 %
Revenu national/hab. en parité de pouvoir d’achat (USD, 2017) (2) : 2 160

Sources : (1) FMI (2) Banque mondiale.

Conjoncture

En dépit d’un climat sécuritaire précaire, la croissance économique du Mali est robuste, impulsée par l’agriculture, les mines et les dépenses publiques. En 2017, elle est attendue à 5,3 %. Au niveau macroéconomique, le déficit budgétaire devrait légèrement baisser à -3,5 % du PIB en 2017, le déficit commercial se creuserait à -5,1 % du PIB et le solde extérieur courant se maintiendrait à -7 % du PIB avec des réserves en devises très faibles (un mois d’importation). La dette publique représente 34,7 % du PIB en 2017.

La campagne agricole 2016/17 a été record. La production céréalière a atteint 8,85 millions de tonnes (Mt) de céréales (riz, maïs, mil), en hausse de 10 % par rapport à 2015/16, dont 1,8 Mt (+19 %) pour la production de riz. Quant à la production de coton, deuxième source de recettes d’exportation après l’or, elle s’est établie à 645 000 t, en hausse de 26 %.

La production d’or au niveau industriel s’est élevée à 46,9 t en 2016, soit au même niveau qu’en 2015. Elle devrait progresser en 2017, et plus encore en 2018, avec l’entrée en production de nouvelles mines. C’est le cas de la mine de Fekola du Canadien B2Gold (350 000 onces par an), qui est entrée en production en octobre, mais aussi celle de Yanfolila, opérée par Hummingbird Ressources (132 000 onces). L’extraction artisanale a été suspendue pendant trois mois cette année afin de restructurer le secteur et de l’évaluer. L’orpaillage a en effet explosé ces dernières années, occupant plus d’un million de personnes sur 350 sites, pour une production qui pourrait atteindre 50 t par an, soit le même niveau que l’or industriel. En 2016, le ministère estime que les exportations se sont élevées à 20 t. Dorénavant, les orpailleurs devront posséder une carte d’identification et vendre leur production dans les bureaux d’achat autorisés par le gouvernement sur les sites miniers.

Au niveau industriel, la Société nationale des tabacs et allumettes du Mali (Sonatam) a signé en septembre 2017 un accord de partenariat avec le groupe British American Tobacco (BAT) pour la fabrication et la distribution de la marque Dunhill international au Mali avec, à la clé, un investissement de 10 milliards (Mds) F CFA.

Plusieurs projets dans l’énergie sont en cours. La première centrale solaire (33 MW), réalisée en BOOT (Build, own, operate, transfer), est en construction à Ségou tandis que la Banque africaine de développement (BAD) a apporté un financement de 85 M EUR pour la centrale thermique de Kayes (90 MW).

La situation sécuritaire demeure très tendue dans le nord et le centre du pays, en dépit de la présence de la Minusma, de l’opération française Barkhane et, depuis peu, de la force conjointe du G5 Sahel. Le dernier rapport du secrétaire général de l’ONU estime que la situation sécuritaire et humanitaire s’est détériorée et s’alarme du fait que presqu’aucune avancée n’a été faite dans l’application de l’accord de paix de 2015. Le président Ibrahim Boubacar Keïta a renoncé en août dernier au référendum de révision de la Constitution, un projet vivement contesté. Les élections communales partielles, locales et régionales, prévues initialement pour le 17 décembre 2016, ont été reportées à avril 2018, soit trois mois avant l’élection présidentielle.

Source : Rapport CIAN / Le MOCI, édition 2018

Commerce extérieur

Échanges de marchandises (2017, Mds USD, évolution sur 2016)  :
Export : 2,822 (+1 %)
Import : 4,732 (+15 %)

(Exportations françaises 2018 : 0,341 Md d’euros, +3,01 %)

Source : OMC et IHS Markit Global Trade Atlas pour les exportations françaises.

Risques et paiements

La Rédaction du Moci a réuni un ensemble de notes, scores et paramètres d’évaluation couvrant d’une part le risque macro-économiques associés à un pays, d’autre part la solvabilité générale des entreprises de chaque pays.
A ces indicateurs de solvabilité sont associés les environnements et procédures associées aux démarches de recouvrement pouvant être réalisées dans chaque pays.
Enfin, un expert du Moci a rédigé une note de synthèse associée à cet environnement risque pour la plupart des pays du globe.

Environnement des affaires 

Classement « Doing Business 2019 » (1) : 145/190 (France : 32e)
Indice de perception de la corruption (2) : 120/180

Sources : (1) Banque mondiale (2) Transparency International.

Notes de risque pays

OCDE : 7/7 (janvier 2019)
Euler Hermes : D3 (risque de court terme significatif – avril 2019)
Coface : pays D ; environnement des affaires D (avril 2019)
Credendo : court terme : 5/7 ; commercial : B ; risque de transfert : 7/7 (mai 2019)
Atradius : 10/10 (avril 2019).

Appréciation du crédit manager Moci

Risque pays : très élevé
Risque client : très mauvais

Le conseil du crédit manager
Depuis l’intervention militaire française début 2013 et le scrutin présidentiel de l’été 2013, doublé d’un conflit interne déclenché par des mouvements de rébellion touareg – qui ont abouti à une coupure de fait du pays en deux – la situation économique du Mali connaît un fragile redressement mais reste très dépendante de l’aide internationale. De plus, le pays a été secoué par plusieurs attentats (courant 2015 notamment) et donc présente un risque terroriste élevé qui nuit grandement à son image auprès des milieux d’affaires étrangers et au tourisme. Le système bancaire reste fragile. Le risque de non transfert est désormais maximum (noté 7/7 par Credendo). On signale évidemment des difficultés dans le recouvrement des créances impayées.
Tous ces points doivent inciter à la plus grande prudence dans les transactions avec le Mali et beaucoup de rigueur dans le suivi des échéances. Privilégier le paiement d’avance s’il est négociable, ou offshore si le client dispose de fonds à l’étranger.

Obtenir des renseignements de notoriété sur l’acheteur

Les informations disponibles sont très basiques et peu fiables. La meilleure source d’information demeure la consultation des milieux d’affaires et institutionnels français implantés localement.

Moyens de paiement

Monnaie locale

Le franc CFA BCEAO (XOF).

Le Mali est membre de l’Union économique et monétaire ouest-africaine dont l’institut d’émission est la BCEAO (Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest).
Le franc CFA est rattaché à l’euro, avec une parité garantie par le Trésor français. Sa convertibilité et les transferts sont soumis à une réglementation des changes stricte : les transferts de fonds vers l’étranger, notamment, sont autorisés par la BCEAO sur justificatif et doivent passer par un intermédiaire agréé (établissements financiers).

Taux de change :
1 XOF = 0,001524 EUR
1 EUR = 655,957 XOF

Meilleure monnaie de facturation des échanges
L’euro.

Conseillés
En priorité paiement d’avance. Sinon, un crédit documentaire irrévocable et confirmé.

Déconseillés
Tous les autres.

Conditions de paiement

Délais de paiement habituels
Paiement d’avance très fortement recommandé. Sinon, dans le cadre d’un crédit documentaire, plutôt rare actuellement, paiement à vue ou délai de 30 jours maximum, avec confirmation.

Risques de retards de paiement

Ils existent. Des retards de 30 à 60 jours voire plusieurs mois sont fréquents si les opérations ne sont pas sécurisées par une garantie. Ils sont le plus souvent dus à un problème de devises (non-disponibilité au moment du transfert).
Rappelons la fermeture temporaire des banques lors du coup d’État de mars 2012 : cinq ans plus tard, il y a encore quelques répercussions…

Acomptes à la commande
Très fortement recommandés. Veiller à sécuriser le règlement du solde.

Garanties bancaires locales

On peut en obtenir, mais elles sont onéreuses.

Tribunal compétent en cas de litige

• En principe tribunal local.
• Pour le droit applicable, le droit local est favorable. Le Mali adhère en effet à l’OHADA (Organisation pour l’harmonisation africaine du droit des affaires), un traité qui a permis le développement d’un système harmonisé de droit africain. Il offre un cadre juridique clair et précis. De plus en plus de contrats sont soumis à ce droit.
• Une action devant un tribunal français est également possible, mais l’exécution au Mali risque d’être longue.

Mobilité

Contacts

Logistique & Douane

Dans le classement « Doing Business 2019 » de la Banque mondiale, le Mali est classé au 92e rang mondial (-7 places par rapport à 2018) pour la performance du commerce transfrontalier. Sont mesurés dans cette rubrique les délais et les coûts (hors droits de douane) associés à trois catégories de procédures : respect des exigences en matière de documentation, respect des procédures de commerce transfrontalier et transport intérieur. Les délais sont fournis en nombre d’heures et les coûts en dollars US. Le transport intérieur n’est toutefois pas intégré dans la note finale.

• À l’export : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 48 h. ; coût 242 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (48 h. ; 33 USD).

• À l’import : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 98 h. ; coût 545 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (77 h. ; 90 USD).

Actualités : Mali

Affinez votre analyse

Risques et paiements :
Accéder aux scores et avis d’expert
.

Bienvenue !

Connectez-vous

Créer un compte

Merci de compléter le formulaire

Réinitialisez votre mot de passe

Veuillez saisir votre nom d'utilisateur ou votre adresse e-mail pour réinitialiser votre mot de passe.