fbpx

Ouganda

Économie

Informations pays

Population (millions, 2018) : 38,82
Capitale : Kampala
Devise : Shilling ougandais (UGX)

Indicateurs économiques :
Taux de croissance du PIB réel (1) : 2019 : 5,78 % (estim.) ; 2018 : 5,23 %
Revenu national/hab. en parité de pouvoir d’achat (USD, 2017) (2) : 1 820

Sources : (1) FMI (2) Banque mondiale.

Conjoncture

La croissance en Ouganda serait de 5 % en 2017/18, selon le FMI. L’inflation est à 4,8 % sur les 10 premiers mois de 2017 et attendue à 5,6 % en 2018. Le stock de la dette publique a
augmenté de 14 % en juin 2017 par rapport à juin 2016, à 7,7 milliards d’euros (Mds EUR), 64 % étant de la dette extérieure.

Dans le secteur pétrolier, Total a acheté début 2017 à Tullow 21,57 % de parts supplémentaires (pour 900 M USD) dans le projet pétrolier du Lac Albert (investissement 20 Mds USD ; réserves 1,7 Md b ; production 230 000 b/j à partir de 2020), portant à 54,9 % sa participation aux côtés du Chinois CNOOC, en attendant l’État.
En août a été lancée la construction du East African Crude Oil Pipeline (1 445 km ; 3,55 Mds USD d’investissement) vers le port de Tanga en Tanzanie. Un aéroport international desservira aussi le site (investissement 325 M EUR financés par UK Export Finance et Standard Chartered). Enfin, après l’échec des négociations avec le Russe Global Resources et le Sud-coréen SK Engineering & Construction, c’est le consortium Albertine Graben Reffinery (General Electric,
Yaatra, Intracontinent, Saipem) qui construira et opèrera la raffinerie (60 000 b/j ; 4 Mds USD d’investissement) à Hoima.
Total projette d’investir 117 M USD dans une centrale thermique de 146 MW à Buliisa. Par ailleurs, le Nigérian Oranto Petroleum (Ngassa Shallow Play et Ngassa Deep Play) et l’Australien Armour Energy (bloc Kanywataba) ont reçu le feu vert pour explorer autour du Lac Albert.
La construction par la Chine de la centrale hydroélectrique d’Isimba (investissement 568 M USD ; 183 MW) a pris du retard, l’Uganda Electricity Generation Company Limited (UEGCL) ayant constaté de graves manquements. En octobre 2017, le Canadien Building Energy a inauguré la centrale solaire à Tororo (16 GWh/an ; 19,6 M USD d’investissement financé par FMO, EAIF, UE, Norvège, Allemagne, Royaume-Uni).

Le FMO et le fonds danois Frontier Energy financent (39 M USD) les projets hydroélectriques Rand (16 MW) et Nyamagasani 1 & 2 (6 MW). Le projet hydroélectrique de Bujagali (250 MW) est refinancé notamment auprès des institutions SFI, BEI, BAD, Proparco, DEG/KfW et FMO. Par ailleurs, un accord a été signé avec la République démocratique du Congo (RDC) pour construire (150 M USD) une ligne à haute tension reliant, sur 350 km, Fort Portal en Ouganda à l’est de la RDC (Beni, Bunia et Butemba), ainsi qu’avec le Sud-Soudan pour qu’il importe 15 KV.

Parmi les autres faits marquants, le Canadien Accend Capital a fait une offre d’1,1 M USD pour sept licences d’exploration (sur 1 564 km2) de cobalt, cuivre et nickel. Hima Cement (Lafarge) avec le Chinois CCCC, ont signé un memorandum of understanding pour l’extension de l’aéroport d’Entebbe, la rénovation de la route Mubende-Kakumiro-Kagadi et celle de Soroti-Moroto. Les touristes pourront ainsi atterrir directement vers les parcs nationaux sans passer par Kampala.

Les recettes d’exportation sur 2016/17 (juin à juin) ont progressé de 18 % par rapport à l’exercice précédent, à 3,16 Mds USD.

Source : Rapport CIAN / Le MOCI, édition 2018

Commerce extérieur

Échanges de marchandises (2017, Mds USD, évolution sur 2016) :
Export : 2,790 (+12 %)
Import : 5,439 (+13 %)

Quatre premiers fournisseurs (avec part de marché) :
1 – Chine 18,4 %
2 – Inde 17, 3 %
3 – Union européenne 11,5 %
4 – Kenya 9,5 %
(Exportations françaises 2018 : 0,025 Md EUR, -56,95 %)

Source : OMC et IHS Markit Global Trade Atlas pour les exportations françaises.

Risques et paiements

La Rédaction du Moci a réuni un ensemble de notes, scores et paramètres d’évaluation couvrant d’une part le risque macro-économiques associés à un pays, d’autre part la solvabilité générale des entreprises de chaque pays.

A ces indicateurs de solvabilité sont associés les environnements et procédures associées aux démarches de recouvrement pouvant être réalisées dans chaque pays.

Enfin, un expert du Moci a rédigé une note de synthèse associée à cet environnement risque pour la plupart des pays du globe.

Environnement des affaires 

Classement « Doing Business 2019 » (1) : 127/190 (France : 32e)

Indice de perception de la corruption (2) : 149/180

Sources : (1) Banque mondiale (2) Transparency International.

Notes de risque pays

OCDE : 6/7 (janvier 2019)
Euler Hermes : C3 (risque de court terme significatif – avril 2019)
Coface : pays C ; environnement des affaires C (avril 2019)
Credendo : court terme : 3/7 ; commercial : C ; risque de transfert : 6/7 (mai 2019)
Atradius : 6/10 stable (avril 2019).

Appréciation du crédit manager Moci
Risque pays : élevé
Risque client : mauvais

Le conseil du crédit manager
Difficile de faire des affaires en Ouganda, pas seulement pour des raisons sécuritaires : impossibilité de recueillir des informations fiables sur les entreprises locales, faiblesse du système bancaire local, droit des affaires guère respecté, niveau de corruption toujours très élevé… Ne prendre aucun risque : paiement d’avance ou offshore, ou crédit documentaire, éventuellement confirmé.

Obtenir des renseignements de notoriété sur l’acheteur

Une tâche quasiment impossible. À ce jour, il n’existe aucune entité locale fournissant des informations économiques sur les entreprises. Se rapprocher des institutionnels et milieux d’affaires européens et français implantés localement, et également des autres fournisseurs.

Moyens de paiement

Monnaie locale
Shilling ougandais (UGX).

Convertible.

Taux de change au 14 mai 2019
1 EUR = 4207,45 UGX
1 UGX = 0,00023 EUR
1 USD = 3745,37 UGX
1 UGX = 0,00026 USD

Meilleures monnaies de facturation des échanges
Le dollar américain (USD), l’Euro (EUR) et la livre sterling (GBP).

Conseillés
Virement bancaire ou crédit documentaire, de préférence confirmé si montant élevé et compte tenu de l’insuffisance de devises fortes. Localement les crédits documentaires sont parfois assez difficiles à obtenir compte tenu de la faiblesse du système bancaire et des lourdeurs administratives.

Déconseillés
Tous les autres.

Conditions de paiement

Délais de paiement habituels
Essentiellement paiement d’avance, le plus souvent offshore. Sinon, crédit documentaire à vue.

Risques de retards de paiement
Élevés si transaction non sécurisée, essentiellement à cause de l’insuffisance de devises fortes.

Acomptes à la commande
Très fortement recommandé si l’on ne peut obtenir 100 % de paiement d’avance.

Garanties bancaires locales

Tous les types de garanties de marché sont disponibles mais dans l’ensemble, commissions onéreuses.

Tribunal compétent en cas de litige

En théorie, les contrats (surtout s’ils sont avec des entités publiques) doivent être soumis au droit local et les tribunaux locaux sont supposés être les seuls compétents.

L’Ouganda a ratifié la Convention de New York sur l’arbitrage international. Mais il sera néanmoins très difficile de faire reconnaître une décision rendue à l’étranger. Avant toute action, privilégier une transaction extrajudiciaire.

Mobilité

Contacts

Logistique & Douane

Dans le classement « Doing Business 2019 » de la Banque mondiale, l’Ouganda est classé au 119e rang mondial (+8 places par rapport à 2018) pour la performance du commerce transfrontalier. Sont mesurés dans cette rubrique les délais et les coûts (hors droits de douane) associés à trois catégories de procédures : respect des exigences en matière de documentation, respect des procédures de commerce transfrontalier et transport intérieur. Les délais sont fournis en nombre d’heures et les coûts en dollars US. Le transport intérieur n’est toutefois pas intégré dans la note finale.

• À l’export : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 59 h. ; coût 209 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (24 h. ; 102 USD).

• À l’import : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 145 h. ; coût 447 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (96 h. ; 296 USD).

Actualités : Ouganda

Affinez votre analyse

Risques et paiements :
Accéder aux scores et avis d’expert
.

Bienvenue !

Connectez-vous

Créer un compte

Merci de compléter le formulaire

Réinitialisez votre mot de passe

Veuillez saisir votre nom d'utilisateur ou votre adresse e-mail pour réinitialiser votre mot de passe.