fbpx

Ouganda

Économie

Informations pays

Population (millions, 2019) : 39,82
Capitale : Kampala
Devise : Shilling ougandais (UGX)

Indicateurs économiques
Taux de croissance du PIB réel (1) : 2020 : -0,29 % (estim.) ; 2019 : 6,66 %
Revenu national/hab. en parité de pouvoir d’achat (USD, 2019) (2) : 2 210

Sources : (1) FMI (2) Banque mondiale.

Conjoncture

L’Ouganda devrait bénéficier en 2020 d’une grande résilience économique face à la crise, avec une croissance du PIB prévue à 3,5 %. Ce niveau induirait tout de même un appauvrissement du fait de la croissance démographique parmi les plus élevées au monde (3,6 %). En raison de la forte dégradation de la balance des services du fait de la baisse du tourisme, le déficit courant devrait s’aggraver à 9,9 % du PIB en 2019/20 contre 8,6 % l’année précédente. Conséquence du creusement du déficit budgétaire (+0,7 point à 7,7% du PIB), la dette publique devrait dépasser le plafond de 50 % du PIB que s’étaient donné les autorités d’ici à 2021, et atteindre 51,5 % après 45,1 % fin 2019.

La crise du COVID-19 devrait ramener la croissance à 3,3 % du PIB en 2019/20 contre des estimations antérieures de l’ordre de 6,0 %. La désorganisation des chaînes d’approvisionnement qui pénalise la production industrielle, la construction et le commerce, la chute de la demande des principaux partenaires commerciaux, et la suspension des activités touristiques expliquent cet impact. Depuis 2016 le premier fournisseur de l’Ouganda est la Chine, qui représente 15,0 % des importations ougandaises, suivie par l’Inde (12,7%). Les mesures de distanciation sociale pénalisent également l’activité, particulièrement les services qui pèsent pour 46% dans la formation du PIB. En mars, face à la fuite de capitaux, la devise s’est dépréciée de 5,7 % face à l’USD.

Le déficit courant devrait s’aggraver à 9,9 % du PIB en 2019/20 contre 8,6 % l’année précédente. Si le déficit commercial devrait s’améliorer à 6,5 % du PIB contre 8,4 % en 2018/19, la chute des importations étant plus forte que celle des exportations, la balance des services devrait se dégrader fortement du fait de la baisse du tourisme, pour atteindre un déficit de 3,9 % du PIB. Enfin, les transferts de la diaspora devraient diminuer de 40 % en 2019/20 et 2020/21 à 812 et 725 MUSD contre 1 370 MUSD en 2018/19. La révision à la baisse de flux d’IDE entrants de 2,2 et 2,6 % du PIB en 2019/20 pèsera sur le financement du compte courant : seul deux-tiers des besoins de financement extérieurs sont couverts pour 2019/20 et 2020/21. En dépit du soutien du FMI et de la Banque Mondiale, les autorités devraient puiser dans les réserves de change pour 700 MUSD pour 2019/20, abaissant les réserves à 3,5 mois d’importations soit 2,5 Mds USD. Pour 2020/21, il resterait 434 MUSD de financements à identifier.

Source : https://www.tresor.economie.gouv.fr

Commerce extérieur

Échanges de marchandises (2019, Md USD, évolution sur 2018) :
Export : 3,472 (+12,47 %)
Import : 7,518 (+11,73 %) 

Cinq premiers fournisseurs 2018 (avec part de marché) :
1 – Chine 17,6 %
2 – Inde 12,1 %
3 – Emirats arabes unis 11,7 %
4 – Arabie saoudite 9 %
5 – Union européenne 7,7 % 

(Exportations françaises 2019 : 0,027Md EUR, +2,81 %)

Source : OMC et IHS Markit Global Trade Atlas pour les exportations françaises.

Risques et paiements

La Rédaction du Moci a réuni un ensemble de notes, scores et paramètres d’évaluation couvrant d’une part le risque macro-économiques associés à un pays, d’autre part la solvabilité générale des entreprises de chaque pays.

A ces indicateurs de solvabilité sont associés les environnements et procédures associées aux démarches de recouvrement pouvant être réalisées dans chaque pays.

Enfin, un expert du Moci a rédigé une note de synthèse associée à cet environnement risque pour la plupart des pays du globe.

Appréciation du crédit manager Moci

Risque pays : élevé
Risque client : élevé

Notes de risque pays

OCDE : 6/7 (octobre 2020)
Euler Hermes : C3 (risque de court terme significatif (novembre 2020)
Coface : pays C ; environnement des affaires C (novembre 2020)
Credendo : court terme : 4/7 ; commercial : C ; risque de transfert : 6/7 (novembre 2020).

Environnement des affaires
Classement « Doing Business 2020 » (1) : 116/190 (France : 32e)
Indice de perception de la corruption (2) : 137/180

Sources : (1) Banque mondiale (2) Transparency International.

Obtenir des renseignements de notoriété sur l’acheteur

Une tâche quasiment impossible. À ce jour, il n’existe aucune entité locale fournissant des informations économiques sur les entreprises. Se rapprocher des institutionnels et milieux d’affaires européens et français implantés localement, et également des autres fournisseurs.

Moyens de paiement

Monnaie locale
Shilling ougandais (UGX).
Convertible.

Taux de change au 18 novembre 2020
1 EUR = 4360,78 UGX
1 UGX = 0,00023 EUR
1 USD = 3675,37 UGX
1 UGX = 0,00027 USD

Meilleures monnaies de facturation des échanges
Le dollar américain (USD), l’Euro (EUR) et la livre sterling (GBP).

Conseillés
Virement bancaire ou crédit documentaire, de préférence confirmé si montant élevé et compte tenu de l’insuffisance de devises fortes. Localement les crédits documentaires sont parfois assez difficiles à obtenir compte tenu de la faiblesse du système bancaire et des lourdeurs administratives.

Déconseillés
Tous les autres.

Conditions de paiement

Délais de paiement habituels
Essentiellement paiement d’avance, le plus souvent offshore. Sinon, crédit documentaire à vue.

Risques de retards de paiement
Élevés si transaction non sécurisée, essentiellement à cause de l’insuffisance de devises fortes.

Acomptes à la commande
Très fortement recommandé si l’on ne peut obtenir 100 % de paiement d’avance.

Garanties bancaires locales

Tous les types de garanties de marché sont disponibles mais dans l’ensemble, commissions onéreuses.

Tribunal compétent en cas de litige

En théorie, les contrats (surtout s’ils sont avec des entités publiques) doivent être soumis au droit local et les tribunaux locaux sont supposés être les seuls compétents.

L’Ouganda a ratifié la Convention de New York sur l’arbitrage international. Mais il sera néanmoins très difficile de faire reconnaître une décision rendue à l’étranger. Avant toute action, privilégier une transaction extrajudiciaire.

Classement Banque mondiale, règlement insolvabilité, 2020 : 99/190

Le conseil du crédit manager

Difficile de faire des affaires en Ouganda, pas seulement pour des raisons sécuritaires : impossibilité de recueillir des informations fiables sur les entreprises locales, faiblesse du système bancaire local, droit des affaires guère respecté, niveau de corruption toujours très élevé… Ne prendre aucun risque : paiement d’avance ou offshore, ou crédit documentaire, éventuellement confirmé.

Mobilité

Contacts

Logistique & Douane

Dans le classement « Doing Business 2020 » de la Banque mondiale, l’Ouganda est classé au 121e rang mondial (-2 places par rapport à 2019) pour la performance du commerce transfrontalier. Sont mesurés dans cette rubrique les délais et les coûts (hors droits de douane) associés à trois catégories de procédures : respect des exigences en matière de documentation, respect des procédures de commerce transfrontalier et transport intérieur. Les délais sont fournis en nombre d’heures et les coûts en dollars US. Le transport intérieur n’est toutefois pas intégré dans la note finale.

• À l’export : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 59 h. ; coût 209 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (24 h. ; 102 USD).

• À l’import : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 145 h. ; coût 447 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (96 h. ; 296 USD).

Actualités : Ouganda

Affinez votre analyse

Risques et paiements :
Accéder aux scores et avis d’expert
.

Bienvenue !

Connectez-vous

Créer un compte

Merci de compléter le formulaire

Réinitialisez votre mot de passe

Veuillez saisir votre nom d'utilisateur ou votre adresse e-mail pour réinitialiser votre mot de passe.