fbpx

Bénin

Économie

Informations générales

Population (millions, 2018) : 11,42

 

Capitale : Porto-Novo

 

Devise : Franc CFA

 

Indicateurs économiques :
Taux de croissance du PIB réel (1) : 2019 : 6,34 % (estim.) ; 2018 : 6,04 %
Revenu national/hab. en parité de pouvoir d’achat (USD, 2018) (2) : 2 054

 

Sources : (1) FMI. (2) Banque mondiale.

Conjoncture

La croissance du Bénin rebondit à 5,4 % en 2017, portée par les performances agricoles, les investissements publics mais aussi la sortie progressive de la récession du Nigeria, le grand voisin qui est aussi le principal partenaire commercial du Bénin. Le déficit budgétaire, en diminution, reste élevé (-5,9 % du PIB) tandis que le déficit des comptes courants s’est aggravé pour atteindre -8,7 % du PIB et que les réserves s’amoindrissent à moins d’un mois d’importation. Pour faire face aux besoins de financement de la balance des paiements (-6,6 % du PIB) et maintenir la viabilité de sa dette (53,4 % du PIB), un nouveau programme de trois ans a été conclu en février avec le FMI, assorti d’un prêt de 150 millions dollars (M USD).

 

Pour 2018, le gouvernement veut accélérer la mise en œuvre de son programme d’action du gouvernement (PAG) avec un Projet d’investissement public (PIP) d’un montant de 470 milliards F CFA composé de 227 projets à mettre en œuvre. Le PIP sera financé à hauteur de 52 % sur ressources internes.

 

La campagne agricole 2016/17 a été bonne avec une hausse de 10 % de la production céréalière (1,8 millions de tonnes/ Mt), de 14 % pour les racines et tubercules (7 Mt) et de 15 % pour les cultures maraîchères (730 000 t). Mais c’est surtout le coton, premier produit d’exportation, qui a dynamisé l’activité : la production a atteint un record de 450 000 t en 2016/17.

 

La situation énergétique du Bénin, qui ne produit que 15 % de son électricité actuellement, devrait s’améliorer avec le deuxième Millenium challenge account (MCA II, financé par le Fonds américain du même nom). D’un montant de 403 M USD sur 5 ans, il est axé sur le développement de l’énergie électrique via des réformes institutionnelles et des investissements dans la production (+ 45 MW) et la distribution, ainsi que l’électrification hors-réseau. Un accord a été conclu avec le consortium d’entreprises danoises BWSC/MAN pour construire une centrale thermique de 120 MW (106 Mds F CFA) à Maria-Gleta, première étape d’un complexe de 480 MW.

 

Un appel d’offres a été lancé en mai 2017 pour le recrutement d’un mandataire pour la gestion du port autonome de Cotonou. Une décision qui a été vivement contestée par les syndicats, qui dénoncent une privatisation déguisée du port. La bataille juridique entre le groupe Bolloré et l’homme d’affaires Samuel Dossou, du groupe Pétrolin, sur la construction de la ligne de chemin de fer entre Cotonou et Niamey s’est terminée en faveur de ce dernier. La question de l’avancée de ce projet, bloquée depuis 2013, reste entière.

 

Les travaux du nouvel aéroport de Cotonou, confiés au Chinois Aviation Industry Corporation of China (AVIC) et financés par un prêt de 946 M USD d’Exim Bank China, ont été lancés pour une livraison fin 2020.

 

Sur le plan politique, le projet de révision de la Constitution de 1990, qui devait introduire un mandat présidentiel unique de 6 ans mais aussi le financement public des partis politiques, a été recalé en avril 2017 par l’Assemblée nationale.
Les réformes économiques et institutionnelles, et l’orientation très libérale du président en exercice suscitent un mécontentement croissant dans la population, qui manifeste, tandis que
les grèves se multiplient dans les secteurs de la justice et de la santé.

 

Source : Rapport CIAN / Le Moci, édition 2018

Commerce extérieur

Échanges de marchandises (2017, Mds USD, évolution sur 2016) :
Export : 2,107 (+19 %)
Import : 2,943 (+4 %)

 

Quatre premiers fournisseurs 2016 (avec part de marché) :

1 – Union européenne 28,2 %
2 – Inde 14,9 %
3 – Thaïlande 12,4 %
4 – Chine 8,4 %

 

(Exportations françaises 2018 : 0,222 Md EUR, +21,74 %)

Sources : OMC et IHS Markit Global Trade Atlas pour les exportations françaises.

Risques et paiements

La Rédaction du Moci a réuni un ensemble de notes, scores et paramètres d’évaluation couvrant d’une part le risque macro-économiques associés à un pays, d’autre part la solvabilité générale des entreprises de chaque pays.

 

A ces indicateurs de solvabilité sont associés les environnements et procédures associées aux démarches de recouvrement pouvant être réalisées dans chaque pays.

 

Enfin, un expert du Moci a rédigé une note de synthèse associée à cet environnement risque pour la plupart des pays du globe.

 

Environnement des affaires 

Classement « Doing Business 2019 » (1) : 153/190 (France : 32e)

 

Indice de perception de la corruption (2) : 85/180

 

Sources : (1) Banque mondiale (2) Transparency International.

 

Notes de risque pays

OCDE : 6/7 (janvier 2019)

 

Euler Hermes : C3 (risque de court terme significatif – avril 2019)

 

Coface : pays B ; environnement des affaires C (avril 2019)

 

Credendo : court terme : 5/7 ; commercial : B ; risque de transfert : 6/7 (mai 2019)

 

Atradius : 7/10 positif (avril 2019).

 

Appréciation du crédit manager Moci
Risque pays : mauvais
Risque client : très mauvais

 

Le conseil du crédit manager
Le système bancaire béninois présente un certain nombre de faiblesses qui persistent au fil des années et le risque de non transfert reste très élevé (noté 6/7 par Credendo). On signale également des difficultés dans le recouvrement des créances impayées et surtout la prolifération de sociétés fictives. Tous ces points doivent inciter à la plus grande prudence dans les transactions avec le Bénin et le suivi des échéances.
À noter qu’en théorie, le Bénin n’est toujours pas ouvert aux opérations de forfaitage, sauf rares exceptions, et leur durée est limitée à un an.

 

Obtenir des renseignements de notoriété sur l’acheteur

Ne s’attendre qu’à des informations très basiques et peu fiables. De plus, se méfier des trop nombreuses sociétés fictives domiciliées au Bénin.

 

Les milieux d’affaires et institutionnels français implantés localement demeurent la meilleure source d’information.

 

La consultation du site de la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin peut aussi se révéler utile : www.ccibenin.org

 

Moyens de paiement

Monnaie locale

Le franc CFA BCEAO (XOF).

 

Le Bénin est membre de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), dont l’institut d’émission est la BCEAO (Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest).

 

Le franc CFA est rattaché à l’euro, avec une parité garantie par le Trésor français.

 

Sa convertibilité et les transferts sont soumis à une réglementation des changes stricte : les transferts de fonds vers l’étranger, notamment, sont autorisés par la BCEAO sur justificatif et doivent passer par un intermédiaire agréé (établissements financiers).

 

Taux de change :
1 XOF = 0,001524 EUR
1 EUR = 655,957 XOF

 

 

Meilleure monnaie de facturation des échanges
L’euro.

 

Conseillés
Crédit documentaire irrévocable éventuellement confirmé. Virement bancaire si possibilité de le faire garantir par une lettre de crédit standby ou une couverture d’assurance-crédit.

 

Déconseillés
Tous les autres.

 

Conditions de paiement

Délais de paiement habituels
Paiement d’avance, sinon paiement à vue ou délai de 30 à 60 jours maximum si créance sécurisée.

 

 

Risques de retards de paiement
Les retards sont très fréquents si les opérations ne sont pas sécurisées par une garantie. Ils peuvent aller de 30 à 60 jours, voire beaucoup plus avec les entités publiques. Ils sont le plus souvent dus à un problème de devises (non-disponibilité au moment du transfert).

 

 

Acomptes à la commande
Négocier le versement d’acomptes à la commande est très fortement recommandé. Veiller à sécuriser le règlement du solde.

 

Garanties bancaires locales

On peut en obtenir, mais elles sont onéreuses.

 

Tribunal compétent en cas de litige

• En principe, tribunal local.

 

• Pour le droit applicable, le droit local est favorable. Le Bénin adhère en effet à l’OHADA (Organisation pour l’harmonisation africaine du droit des affaires), un traité qui a permis le développement d’un système harmonisé de droit africain. Il est entré en vigueur en 1999 dans une quinzaine de pays d’Afrique. Il offre un cadre juridique clair et précis. De plus en plus de contrats sont soumis à ce droit.

 

• Une action devant un tribunal français est également possible, mais l’exécution au Bénin risque d’être longue.

Mobilité

Contacts

Logistique & Douane

Dans le classement « Doing Business 2019 » de la Banque mondiale, le Bénin est classé au 107e rang mondial (+31 places par rapport à 2018) pour la performance du commerce transfrontalier. Sont mesurés dans cette rubrique les délais et les coûts (hors droits de douane) associés à trois catégories de procédures : respect des exigences en matière de documentation, respect des procédures de commerce transfrontalier et transport intérieur. Les délais sont fournis en nombre d’heures et les coûts en dollars US. Le transport intérieur n’est toutefois pas intégré dans la note finale.

• À l’export : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 78 h. ; coût 354 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (48 h. ; 80 USD).

• À l’import : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 82 h. ; coût 599 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (59 h. ; 110 USD).

Actualités : Bénin

Affinez votre analyse

Risques et paiements :
Accéder aux scores et avis d’expert
.

Bienvenue !

Connectez-vous

Créer un compte

Merci de compléter le formulaire

Réinitialisez votre mot de passe

Veuillez saisir votre nom d'utilisateur ou votre adresse e-mail pour réinitialiser votre mot de passe.