fbpx

Togo

Économie

Informations pays

Population (millions, 2018) : 8
Capitale : Lomé
Devise : Franc CFA

Indicateurs économiques :
Taux de croissance du PIB réel (1) : 2019 : 5,2 % (estim.) ; 2018 : 4,9 %
Revenu national/hab. en parité de pouvoir d’achat (USD, 2017) (2) : 1 720

Sources : (1) FMI (2) Banque mondiale.

Conjoncture

Depuis le mois d’août 2017, le pouvoir fait face à une crise politique aiguë. Des milliers de Togolais manifestent régulièrement à Lomé et dans les grandes villes du pays. L’opposition réclame un retour à la Constitution de 1992, qui limitait à deux le nombre de mandats présidentiels, et la démission du président en exercice. Le mandat actuel de Faure Gnassinbgé court jusqu’en 2020. Plusieurs chefs d’État – le Ghanéen Nana Akufo-Adfdo, le Béninois Patrice Talon, le Guinéen Alpha Condé – ont proposé leur médiation, sans succès au moment où nous bouclons ce numéro. La Côte d’Ivoire, les États-Unis et la France ont appelé au dialogue, à respecter le droit à manifester et condamné la violence. Après trois mois de crise, le gouvernement s’est dit ouvert au dialogue avec l’ensemble de la classe politique. Cette crise politique ouverte pourrait peser sur l’économie de l’avis même du FMI avec lequel le Togo a conclu, en mai, un accord triennal dans le cadre d’une Facilité élargie de crédit (FEC) assortie d’un prêt d’environ 215 millions de dollars (M USD).
Premier programme de ce type depuis 2011, il doit ramener la dette à un niveau soutenable et assainir les finances publiques. De fait, la dette publique a rapidement augmenté ces dernières années pour atteindre 80,8 % du PIB en 2016, contre 44 % du PIB en 2012. Le déficit budgétaire atteint -9,6 % du PIB en 2016 mais devrait être ramené à 4,6 % en 2017. Quant au solde extérieur courant, il baisserait pour s’établir à -8,3 % du PIB en 2017.

La croissance est robuste, 5 % en 2017, mais s’effrite au fil des trois dernières années. Elle est tirée par le dynamisme de la production agricole et des investissements publics et privés principalement dans les infrastructures. La campagne agricole 2016/17 a été bonne et la production de coton a progressé de 32 % à 108 000 tonnes (t) en 2016/17. Une agropole devrait être lancée à la fin de l’année à Kara, dans le nord du pays, en partenariat avec la Banque africaine de développement (BAD).

Le trafic du Port autonome de Lomé (PAL) a baissé de 9 %, à près de 14 Mt en 2016 après avoir bondi de 66 % entre 2014 et 2015. Toutefois, sur le 1er semestre 2017, le trafic était en redressement avec près de 9 Mt, en hausse de 30 % par rapport à la même période de 2016.

Dans le secteur des phosphates, la Société nouvelle des phosphates du Togo (SNPT) a dû faire face à nouveau en 2017 à de nombreuses grèves, les employés de l’entreprise estimant que la direction ne respectait pas les engagements pris en 2016. Quant au gisement de Kpémé, attribué en 2015 au consortium sino-israélien Elenilto-Wengfu, la production devrait au mieux démarrer fin 2018.

Dans le secteur énergétique, si le feuilleton à rebondissements du barrage d’Adjara, projet commun au Bénin et au Togo, ne semble pas terminé, deux mini centrales solaires photovoltaïques à Bavou (150 KW) et à Assoukoko (250 KW) sont néanmoins opérationnelles.
L’État a conclu en juillet avec le Britannique BBOXX, un accord de partenariat portant sur le déploiement de 300 000 systèmes solaires domestiques sur 5 ans.

Parmi les autres faits marquants, notons que Cimtogo, filiale d’Heidelberg, dispose d’une nouvelle cimenterie à Awandielo, portant sa capacité de production à 1 Mt. Le groupe français Duval dotera Lomé de son premier site commercial sur 13 000 m2 : les travaux de ce « retail park » ont été lancés en juillet.

Source : Rapport CIAN / Le MOCI, édition 2018

Commerce extérieur

Échanges de marchandises (2017, Md USD, évolution sur 2016) :
Export : 1,138 (+10 %)
Import : 2,52 (+12 %)

Quatre premiers fournisseurs (avec part de marché) :
1 – Union européenne 30,9 %
2 – Chine 19,6 %
3 – Japon 5,1 %
4 – Ghana 4,1 %
5 – Inde 3,6 %

(Exportations françaises 2018 : 0,24 Md EUR, -21,49 %)

Source : OMC et IHS Markit Global Trade Atlas pour les exportations françaises.

Risques et paiements

La Rédaction du Moci a réuni un ensemble de notes, scores et paramètres d’évaluation couvrant d’une part le risque macro-économiques associés à un pays, d’autre part la solvabilité générale des entreprises de chaque pays.

A ces indicateurs de solvabilité sont associés les environnements et procédures associées aux démarches de recouvrement pouvant être réalisées dans chaque pays.

Enfin, un expert du Moci a rédigé une note de synthèse associée à cet environnement risque pour la plupart des pays du globe.

Environnement des affaires 

Classement « Doing Business 2019 » (1) : 137/190 (France : 32e)
Indice de perception de la corruption (2) : 129/180

Sources : (1) Banque mondiale (2) Transparency International.

Appréciation du crédit manager Moci
Risque pays : élevé
Risque client : très mauvais

Le conseil du crédit manager
Aucune amélioration par rapport aux années précédentes. Situation politique et économique fragile, faiblesse du système bancaire en dépit des améliorations relevées par certains observateurs, risque élevé de non transfert (noté 6/7 par Credendo), environnement des affaires très difficile, difficultés dans le recouvrement des créances impayées : tous ces points doivent inciter à la prudence dans les transactions et à beaucoup de rigueur dans le suivi des échéances.
Privilégier le paiement d’avance et/ ou offshore s’il est négociable.

Notes de risque pays

OCDE : 6/7 (janvier 2019)
Euler Hermes : D3 (risque de court terme significatif – avril 2019)
Coface : pays C ; environnement des affaires C (avril 2019)
Credendo : court terme : 5/7 ; commercial : B ; risque de transfert : 6/7 (mai 2019)
Atradius : 6/10 stable (avril 2019).

Obtenir des renseignements de notoriété sur l’acheteur

Ne s’attendre qu’à des informations très basiques et peu fiables. La meilleure source d’information demeure la consultation des milieux d’affaires et institutionnels français implantés localement.

Moyens de paiement

Monnaie locale
Le franc CFA BCEAO (XOF).

Le Togo est membre de l’Union économique et monétaire ouest africain dont l’institut d’émission est la BCEAO (Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest). Le franc CFA est rattaché à l’euro, avec une parité garantie par le Trésor français. Sa convertibilité et les transferts sont soumis à une réglementation des changes stricte : les transferts de fonds vers l’étranger, notamment, sont autorisés par la BCEAO sur justificatif et doivent passer par un intermédiaire agréé (établissements financiers).

Taux de change :
1 XOF = 0,001524 EUR
1 EUR = 655,957 XOF

Meilleure monnaie de facturation des échanges
L’euro (EUR).
Conseillés
Le paiement d’avance, essentiellement. Sinon un crédit documentaire irrévocable et confirmé (confirmation toujours coûteuse et difficile à obtenir sur le Togo en ce moment, et conditions d’émission très contraignantes).

Déconseillés
Tous les autres.

Conditions de paiement

Délais de paiement habituels
Paiement d’avance, si possible, sinon paiement à vue ou délai de 30 jours maximum dans le cadre d’un crédit documentaire confirmé.

Risques de retards de paiement
Les retards sont très fréquents si les opérations ne sont pas sécurisées par une garantie et peuvent aller de 30 à 60 jours voire plusieurs mois surtout dans les transactions avec le secteur public. Ils sont le plus souvent dus à un problème de devises (non-disponibilité au moment du transfert).

Acomptes à la commande
Négocier le versement d’acomptes à la commande est très fortement recommandé. Veiller à sécuriser le règlement du solde.

Garanties bancaires locales

On peut en obtenir, mais elles sont onéreuses.

Tribunal compétent en cas de litige

• En principe, tribunal local.
• Pour le droit applicable, le droit local est favorable. Le Togo adhère à l’OHADA (Organisation pour l’harmonisation africaine du droit des affaires), un traité qui a permis le développement d’un système harmonisé de droit africain. Entré en vigueur en 1999 dans une quinzaine de pays d’Afrique (17 à ce jour), il offre un cadre juridique clair et précis. De plus en plus de contrats sont soumis à ce droit.
• Une action devant un tribunal français est possible mais l’exécution au Togo risque d’être longue.

Mobilité

Contacts

Logistique & Douane

Dans le classement « Doing Business 2019 » de la Banque mondiale, le Togo est classé au 129e rang mondial (-8 places par rapport à 2018) pour la performance du commerce transfrontalier. Sont mesurés dans cette rubrique les délais et les coûts (hors droits de douane) associés à trois catégories de procédures : respect des exigences en matière de documentation, respect des procédures de commerce transfrontalier et transport intérieur. Les délais sont fournis en nombre d’heures et les coûts en dollars US. Le transport intérieur n’est toutefois pas intégré dans la note finale.

• À l’export : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 67 h. ; coût 163 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (11 h. ; 25 USD).

• À l’import : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 168 h. ; coût 612 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (180 h. ; 252 USD).

Actualités : Togo

Affinez votre analyse

Risques et paiements :
Accéder aux scores et avis d’expert
.

Bienvenue !

Connectez-vous

Créer un compte

Merci de compléter le formulaire

Réinitialisez votre mot de passe

Veuillez saisir votre nom d'utilisateur ou votre adresse e-mail pour réinitialiser votre mot de passe.