fbpx

Togo

Économie

Informations pays

Population (millions, 2019) : 8,08
Capitale : Lomé
Devise : Franc CFA

Indicateurs économiques :
Population (millions, 2019) (1) : 8,08
Taux de croissance du PIB réel (1) : 2020 : 0 (estim.) ; 2019 : 5,3 % 

Sources : (1) FMI (2) Banque mondiale.

Conjoncture

En termes de ventilation sectorielle, le secteur primaire contribue au PIB à hauteur de 19,7% ; le secteur secondaire, qui repose en particulier sur l’industrie du ciment, l’extraction des phosphates et les boissons représente 13,9% du PIB, tandis que les services centrés autour du commerce, de l’activité portuaire, aéroportuaire et bancaire contribuent à la moitié du PIB (49,9%), le solde (16,5%) étant constitué des impôts et taxes. Le secteur informel reste largement prépondérant en contribuant à plus de 50% à la valeur ajoutée des différents secteurs de l’économie. Le clinker (environ 13% des recettes d’exportation), les phosphates (10%) et le coton fibre sont les trois principaux produits d’exportation. La mise en service, en octobre 2014, de nouveaux quais pour la manutention conteneurisée (troisième quai de Bolloré et nouvelle darse de LCT-filiale à parité commune entre MSC et China Merchant Holding International) font du port de Lomé une plateforme de transbordement de premier plan dans la sous-région. Le Togo mise à court et moyen terme sur de nouveaux investissements dans le secteur cimentier, dans le développement d’un pôle « phosphates », dans la création d’une zone économique spéciale avec Olam et dans un développement agricole centré sur des agropoles.

La croissance togolaise reste en deçà de la moyenne des pays de l’UEMOA (6,1% en 2019), notamment en raison de la forte contraction de l’investissement public avec l’arrêt des préfinancements mais elle a toutefois été supérieure à celle de l’Afrique subsaharienne (3,1% en 2019). Après l’impact de l’agitation sociale de 2017 avec un taux tombé à 4,4%, l’activité s’est progressivement redressée (+4,9% en 2018) pour atteindre 5,3% en 2019, taux très proche du niveau de 2016 (+5,6%). L’objectif de 2020, initialement fixé à +5,4%, a dû être revu à la baisse en raison de la crise sanitaire mondiale et s’établit désormais à 0%. Le tourisme avec l’hôtellerie et la restauration, les transports terrestres et aériens, l’industrie des boissons, entre autres, sont très durement impactés ainsi que l’informel. En revanche, l’activité portuaire, après un mois d’avril en fort recul, retrouve un niveau normal et l’industrie du ciment améliore ses volumes de production. L’activité économique est donc globalement en retrait par rapport à 2019 mais avec de forts contrastes selon les secteurs.

Source : https://www.tresor.economie.gouv.fr

Commerce extérieur

Échanges de marchandises (2019, Md USD, évolution sur 2018) :
Export : 1,135 (+5,09 %)
Import : 2,139 (+1,09 %) 

Cinq premiers fournisseurs (avec part de marché) :
1 – Union européenne 25,2 %
2 – Chine 21,8 %
3 – Etats-Unis 6,6 %
4 – Inde 4,8 %,
5 – Japon 4,2 % 

(Exportations françaises 2019: 0,17 Md EUR, -29,44 %) 

Source : OMC et IHS Markit Global Trade Atlas pour les exportations françaises.

Risques et paiements

La Rédaction du Moci a réuni un ensemble de notes, scores et paramètres d’évaluation couvrant d’une part le risque macro-économiques associés à un pays, d’autre part la solvabilité générale des entreprises de chaque pays.

A ces indicateurs de solvabilité sont associés les environnements et procédures associées aux démarches de recouvrement pouvant être réalisées dans chaque pays.

Enfin, un expert du Moci a rédigé une note de synthèse associée à cet environnement risque pour la plupart des pays du globe.

Appréciation du crédit manager Moci

Risque pays : élevé
Risque client : très élevé

Notes de risque pays

OCDE : 6/7 (octobre 2020)
Euler Hermes : D3, risque de court terme significatif (novembre 2020)
Coface : pays C ; environnement des affaires C (novembre 2020)
Credendo : court terme : 5/7 ; commercial : C ; risque de transfert : 6/7 (novembre 2020).

Environnement des affaires
Classement « Doing Business 2020 » (1) : 97/190 (France : 32e)
Indice de perception de la corruption (2) : 130/180
Sources : (1) Banque mondiale (2) Transparency International.

Obtenir des renseignements de notoriété sur l’acheteur

Ne s’attendre qu’à des informations très basiques et peu fiables. La meilleure source d’information demeure la consultation des milieux d’affaires et institutionnels français implantés localement.

Moyens de paiement

Monnaie locale
Le franc CFA BCEAO (XOF).

Le Togo est membre de l’Union économique et monétaire ouest africain dont l’institut d’émission est la BCEAO (Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest). Le franc CFA est rattaché à l’euro, avec une parité garantie par le Trésor français. Sa convertibilité et les transferts sont soumis à une réglementation des changes stricte : les transferts de fonds vers l’étranger, notamment, sont autorisés par la BCEAO sur justificatif et doivent passer par un intermédiaire agréé (établissements financiers). 

Taux de change :
1 XOF = 0,001524 EUR
1 EUR = 655,957 XOF

Attention : dans la zone UEMOA, le Franc CFA va être remplacé par une nouvelle appellation, l’ECO, d’ici la fin de l’année 2020 ou courant 2021. Le 20 mai, la France a renoncé au dépôt auprès du Trésor français de la moitié des réserves de change de la Banque centrale de la zone UEMOA, et s’est retirée de ses instances de gouvernance.

Meilleure monnaie de facturation des échanges
L’euro (EUR).

Conseillés
Le paiement d’avance, essentiellement. Sinon un crédit documentaire irrévocable et confirmé (confirmation toujours coûteuse et difficile à obtenir sur le Togo en ce moment, et conditions d’émission très contraignantes).

Déconseillés
Tous les autres.

Conditions de paiement

Délais de paiement habituels
Paiement d’avance, si possible, sinon paiement à vue ou délai de 30 jours maximum dans le cadre d’un crédit documentaire confirmé.

Risques de retards de paiement
Les retards sont très fréquents si les opérations ne sont pas sécurisées par une garantie et peuvent aller de 30 à 60 jours voire plusieurs mois surtout dans les transactions avec le secteur public. Ils sont le plus souvent dus à un problème de devises (non-disponibilité au moment du transfert).

Acomptes à la commande
Négocier le versement d’acomptes à la commande est très fortement recommandé. Veiller à sécuriser le règlement du solde.

Garanties bancaires locales

On peut en obtenir, mais elles sont onéreuses.

Tribunal compétent en cas de litige

• En principe, tribunal local.
• Pour le droit applicable, le droit local est favorable. Le Togo adhère à l’OHADA (Organisation pour l’harmonisation africaine du droit des affaires), un traité qui a permis le développement d’un système harmonisé de droit africain. Entré en vigueur en 1999 dans une quinzaine de pays d’Afrique (17 à ce jour), il offre un cadre juridique clair et précis. De plus en plus de contrats sont soumis à ce droit.
• Une action devant un tribunal français est possible mais l’exécution au Togo risque d’être longue.

Classement Banque mondiale, règlement insolvabilité, 2020 : 88/190

Le conseil du crédit manager

Aucune amélioration par rapport aux années précédentes. Situation politique et économique fragile, faiblesse du système bancaire en dépit des améliorations relevées par certains observateurs, risque élevé de non-transfert (noté 6/7 par Credendo), environnement des affaires très difficile, difficultés dans le recouvrement des créances impayées : tous ces points doivent inciter à la prudence dans les transactions et à beaucoup de rigueur dans le suivi des échéances.

Privilégier le paiement d’avance et/ ou offshore s’il est négociable.

Mobilité

Contacts

Logistique & Douane

Dans le classement « Doing Business 2020 » de la Banque mondiale, le Togo est classé au 131e rang mondial (-2 places par rapport à 2019) pour la performance du commerce transfrontalier. Sont mesurés dans cette rubrique les délais et les coûts (hors droits de douane) associés à trois catégories de procédures : respect des exigences en matière de documentation, respect des procédures de commerce transfrontalier et transport intérieur. Les délais sont fournis en nombre d’heures et les coûts en dollars US. Le transport intérieur n’est toutefois pas intégré dans la note finale.

À l’export : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 67 h. ; coût 163 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (11 h. ; 25 USD).

À l’import : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 168 h. ; coût 612 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (180 h. ; 252 USD).

Actualités : Togo

Affinez votre analyse

Risques et paiements :
Accéder aux scores et avis d’expert
.

Bienvenue !

Connectez-vous

Créer un compte

Merci de compléter le formulaire

Réinitialisez votre mot de passe

Veuillez saisir votre nom d'utilisateur ou votre adresse e-mail pour réinitialiser votre mot de passe.