fbpx

Roumanie

Économie

Informations pays

Population (millions, 2018) : 19,5

Capitale : Bucarest

Devise : Leu roumain

Indicateurs économiques :

Taux de croissance du PIB réel (1) : 2018 : 4,1 % ; 2017 : 7 %
Revenu national/hab. en parité de pouvoir d’achat (USD, 2017) (2) : 25 950

Source : (1) FMI (2) Banque mondiale.

Commerce extérieur

Échanges de marchandises (2018, Md EUR, évolution sur 2017) :
Export : 67,434 (+7,7 %)
Import : 82,856 (+9,64 %)

Cinq premiers fournisseurs (avec part de marché) :

1 – Allemagne 20,33 %
2 – Italie 9,3 %
3 – Hongrie 6,87 %
4 – Pologne 5,56 %
5 – Chine 5,3 %
(France 6e)

(Exportations françaises 2018 : 4,186 Md EUR, +6,31 %)

Source : IHS Markit Global Trade Atlas.

Risques et paiements

La Rédaction du Moci a réuni un ensemble de notes, scores et paramètres d’évaluation couvrant d’une part le risque macro-économiques associés à un pays, d’autre part la solvabilité générale des entreprises de chaque pays.

 

A ces indicateurs de solvabilité sont associés les environnements et procédures associées aux démarches de recouvrement pouvant être réalisées dans chaque pays.

 

Enfin, un expert du Moci a rédigé une note de synthèse associée à cet environnement risque pour la plupart des pays du globe.

 

Environnement des affaires 

Classement « Doing Business 2019 » (1) : 52/190 (le recul continue) (France 32e)
Indice de perception de la corruption (2) : 61/180

Sources : (1) Banque mondiale (2) Transparency International.

Notes de risque pays

OCDE : 3/7 (janvier 2019)

Euler Hermes : B2 (risque moyen – avril 2019)

Coface : pays A4 ; environnement des affaires A3 (avril 2019)

Credendo : court terme : 1/7 ; commercial : B ; risque de transfert : 3/7 (avril 2019)

Atradius : 4/10 négatif (avril 2019).

Appréciation du crédit manager Moci
Risque pays : moyen, à surveiller
Risque client : moyen à surveiller

Le conseil du crédit manager

Le pays a rejoint l’Union européenne le 1er janvier 2007. Le comportement payeur des entreprises roumaines a toujours été très discutable, essentiellement à cause du manque de financement court terme par les banques locales. La crise actuelle n’a fait qu’accentuer le phénomène. Après quatre années consécutives de hausse, depuis 2014, la tendance à la baisse des défaillances d’entreprises s’était confirmée sur 2015 et 2016 mais la filiale roumaine de la Coface a annoncé une hausse des faillites de près de 3 % pour 2017. 2018 s’est achevé sur une légère baisse mais 2019 devrait repartir à la hausse selon plusieurs observateurs.

La plus grande prudence est donc toujours recommandée, de même qu’une grande rigueur dans le suivi des échéances. De plus, ce pays est l’un des rares de l’UE à être coté 3/7 en risque de non transfert pour les investissements par Credendo group, ce qui est plutôt élevé (voir évaluation des autres pays membres sur ce point, à l’exception de Chypre, bien évidemment).

Obtenir des renseignements de notoriété sur l’acheteur

Sur les entreprises roumaines, il n’y a guère d’informations fiables à attendre, compte tenu du peu d’informations disponibles, ceci même si de nouvelles règles comptables ont été mises en place récemment. Se rapprocher des milieux d’affaires français et européens installés localement. Pour une information « de base », voici deux des rares prestataires efficaces, avec des pages en anglais.

• Creditinfo Romania
Str. Chiscani 25-27 – Sector 1
Bucuresti 012341 – Romania
Tél. : +4 021 201 79 60
Fax : +4 021 201 79 66
Site web : www.creditinfo.ro/
Email : info@creditinforomania.ro

• Creditreform Romania
Tél. : +40 21 230 79 95
Fax : +40 21 230 79 93
Site web : http://www.creditreform.ro/en/
Email : info@creditreform.ro

Moyens de paiement

Monnaie locale
Taux de change au 30 avril 2019 :
1 EUR = 4,75024 RON
1 RON = 0,20969 EUR

Après avoir annoncé rejoindre la zone euro en 2015, la Roumanie avait avancé la date de 2019 pour son adhésion à l’euro. Cet objectif irréaliste est désormais oublié et on parle plutôt d’une adhésion d’ici cinq ans, peut être même beaucoup plus… D’ailleurs, en décembre 2018, le gouverneur de la Banque centrale de Roumanie, a déclaré lors d’un forum financier que son pays pourrait être en mesure d’adopter l’euro en 2026 (https://fr.wikipedia.org/wiki/Euro_et_Roumanie-cite_note-6).

Principale monnaie de facturation des échanges
L’euro.

Conseillés
Virement Swift garanti par une assurance-crédit ou une lettre de crédit standby ou un crédit documentaire, selon le montant.

Déconseillés
Tous les autres.

Conditions de paiement

Délais de paiement habituels
Environ 25 % de paiement d’avance dans les transactions avec la Roumanie. Sinon le délai standard est de 30 jours (75 % des transactions hors paiement d’avance). Le délai moyen local est de 39 pour le groupe allemand EOS, dans son rapport Payment practices in Europe 2018. Atradius annonce de son côté un délai moyen de 36 jours.

Risques de retards de paiement

Pour EOS, 73 % des entreprises roumaines respectent les échéances négociées et ce le retard moyen s’établit à 23 jours.
Dans son étude sur le DSO (days sales outstanding) moyen sur l’année 2017, Euler Hermes indiquait un chiffre de 68 jours, assez cohérent avec les données ci-dessus.
En bref, tout le monde s’accorde sur les retards : ils sont très fréquents si la transaction n’est pas sécurisée : en moyenne, les retards vont de 15 à 30 jours, parfois beaucoup plus (25 jours en moyenne).

Acomptes à la commande
Ils sont très fortement recommandés si l’opération n’est pas sécurisée par une garantie, comme indiqué plus haut.

Garanties bancaires locales

Elles sont d’usage fréquent en Roumanie. Les délais et coûts sont parfois excessifs lorsqu’elles sont émises par des banques locales.

La lettre de crédit standby est de plus en plus pratiquée, mais ce type de garantie est essentiellement émis par des filiales de banques étrangères.

Tribunal compétent en cas de litige

Comme chez la plupart de ses voisins, le système juridique de la Roumanie laisse à désirer : les tribunaux locaux sont très lents et peu efficaces compte tenu du formalisme et de la lourdeur des procédures, et aussi de l’insuffisance de formation chez les juges. Les coûts sont exorbitants.

Privilégier en premier lieu la négociation amiable et, en cas d’échec, une action devant un tribunal français.

Mobilité

Contacts

Logistique & Douane

Dans le classement « Doing Business 2019 » de la Banque mondiale, la Roumanie est classée au 1er rang mondial (inchangé par rapport à 2018) pour la performance du commerce transfrontalier. Sont mesurés dans cette rubrique les délais et les coûts (hors droits de douane) associés à trois catégories de procédures : respect des exigences en matière de documentation, respect des procédures de commerce transfrontalier et transport intérieur. Les délais sont fournis en nombre d’heures et les coûts en dollars US. Le transport intérieur n’est toutefois pas intégré dans la note finale.

À l’export : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 0 h. ; coût 0 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (1 h. ; 0 USD).

À l’import : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 0 h. ; coût 0 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (1 h. ; 0 USD).

Actualités : Roumanie

Affinez votre analyse

Risques et paiements :
Accéder aux scores et avis d’expert
.

Bienvenue !

Connectez-vous

Créer un compte

Merci de compléter le formulaire

Réinitialisez votre mot de passe

Veuillez saisir votre nom d'utilisateur ou votre adresse e-mail pour réinitialiser votre mot de passe.