fbpx

Danemark

Économie

Informations pays

Population (millions, 2019) : 5,8
Capitale : Copenhague
Devise : Couronne danoise (DDK)
Décalage horaire avec la France : Aucun
Climat : Tempéré
À Copenhague
• Température moyenne la plus basse en janvier : – 2°C
• Température moyenne la plus élevée en juillet : 20,4°C
Indicateurs économiques :
Taux de croissance du PIB réel (1) : 2019 : 2,8 % ; 2018 : 2,2 %
Revenu national/hab. en parité de pouvoir d’achat (USD, 2019) (2) : 61 410

Sources : (1) FMI (2) Banque mondiale.

Conjoncture

La situation économique et financière du Danemark
Selon les prévisions de la Commission européenne, la croissance danoise devrait s’établir à 1,3 % en 2017 et à 1,7 % en 2018. La stagnation de la productivité, les reports d’investissements des entreprises et la maîtrise de la consommation publique pèsent néanmoins sur le rythme de la reprise constatée. Le gouvernement a axé son programme de réformes « Croissance et Prospérité 2025 » sur l’accroissement de l’offre de travail, qui peine à répondre aux besoins actuels de certains secteurs, et sur la productivité qui stagne depuis plusieurs années.

Une reprise économique modeste en voie d’accélération
La reprise économique devrait s’accélérer durant les années à venir au Danemark. Les dernières prévisions de la Commission européenne indiquent que le PIB devrait croître de 1,3 % en 2017 et de 1,7 % en 2018.

La hausse de la consommation privée (+2 % en 2016, +1,9 % en 2017 et +2 % en 2018) est le principal moteur de la croissance, grâce à l’augmentation des salaires réels et à la baisse continue du chômage qui ne devrait toucher plus que 5,% de la population active fin 2017 et 5,7 % fin 2018.

La croissance du PIB danois est également portée par la hausse des exportations de biens et de services qui devraient augmenter de 3,3 % en 2017 et de 3,9 % en 2018. L’excédent courant devrait ainsi s’établir à 7,8 % du PIB en 2017 avant de décroître de 0,1 point en 2018.
À cet égard, le commerce extérieur du Danemark n’est pas encore affecté par le Brexit. Le pays bénéficie du niveau élevé de la demande de ses principaux pays clients (Allemagne, Etats-Unis, Suède, Norvège) ainsi que de parts de marchés solides dans de nombreux secteurs tels que les biens d’équipements et les produits chimiques.

Le rythme de croissance du PIB reste toutefois inférieur à son niveau antérieur à la crise en raison de la faible demande des administrations publiques (-0,1 % en 2016, + 0,4 % en 2017, +0,6 % en 2018) et de la dynamique négative des investissements des entreprises (+1,1 % en 2016, -1,5 % en 2017 et -1,9 % en 2018) qui résulte essentiellement des difficultés auxquelles font face les secteurs à haute intensité capitalistique, tels que le transport maritime et l’exploitation d’hydrocarbures.

Source : DG Trésor – La situation économique et financière du Danemark (publié le 10/07/2017)

Commerce extérieur

Avec un total d’un quart des emplois et 55 % du PIB dépendant du commerce extérieur au Danemark, les exportations sont considérées comme un facteur clé de croissance économique, de prospérité et de stabilité. 10 % des 300 000 entreprises danoises ont des activités à l’international, et parmi elles 10 % représentent à elles seules 90 % du total des exportations. Le dispositif mis en œuvre par le gouvernement pour les soutenir cherche donc à être le plus large et le plus efficace possible.

Le dispositif de promotion et d’aide aux exportations danoises et aux investissements étrangers repose essentiellement sur le Trade Council, qui dépend du ministère des Affaires étrangères.

Source : DG Trésor – Dispositif de soutien aux exportations et promotion des investissements au Danemark (publié le 17/11/2016)

Échanges de marchandises (2019, Md EUR, évolution sur 2018) :
Export : 98,972 (+6,51 %)
Import : 87,388 (+0,66 %)

Cinq premiers fournisseurs (avec part de marché) :
1 – Union européenne 66,4 %
2 – Chine 7,3 %
3 – Norvège 4,2 %
4 – Royaume-Uni 3,8 %
5 – États-Unis 3,4 %
(Exportations françaises 2019 : 3,085 Md EUR, +4,13 %)

Source : IHS Markit Global Trade Atlas et OMC pour les fournisseurs.

Risques et paiements

La Rédaction du Moci a réuni un ensemble de notes, scores et paramètres d’évaluation couvrant d’une part le risque macro-économiques associés à un pays, d’autre part la solvabilité générale des entreprises de chaque pays.

A ces indicateurs de solvabilité sont associés les environnements et procédures associées aux démarches de recouvrement pouvant être réalisées dans chaque pays.

Enfin, un expert du Moci a rédigé une note de synthèse associée à cet environnement risque pour la plupart des pays du globe.

Appréciation du credit manager Moci

Risque pays : très bon
Risque client : bon, mais à surveiller

Notes de risque pays

OCDE : N. C. (novembre 2020)
Euler Hermes : AA1, risque de court terme faible (novembre 2020)
Coface : pays A2 ; environnement des affaires A1 (novembre 2020)
Credendo : court terme : 1/7 ; commercial : C ; risque de transfert : 1/7 (novembre 2020).

Environnement des affaires :
classement « Doing Business 2020 » (2) : 4/190 (France : 32e)
Indice de perception de la corruption (4) : 1/180

Sources : (1) Eurostat. (2) Banque mondiale. (3) IHS Markit Global Trade Atlas et OMC pour les fournisseurs. (4) Transparency International.

Obtenir des renseignements de notoriété sur l’acheteur

Pendant des années, les informations les plus fiables ont été délivrées par Købmandstandens Oplysningsbureau A/S. La société a été intégrée dans le groupe anglais Experian, qui a également absorbé RKI Kredit Information A/S, réduisant ainsi quelque peu la diversité d’informations au Danemark. Seule la branche recouvrement de créances est restée indépendante.

Pour les informations de base, on peut essayer les principaux acteurs présents en France sur le marché de l’information sur les entreprises : Altares, Bureau Van Dijk, Ellisphere, Intersud…

Moyens de paiement

Monnaie locale
La couronne danoise (DKK). Convertible.

Taux de change au 5 novembre 2020 :
1 DKK = 0,13428 EUR
1 EUR = 7,44548 DKK

Meilleure monnaie de facturation des échanges
L’euro.

Conseillés
Le virement SEPA, éventuellement garanti par une lettre de crédit standby pour des opérations nécessitant d’être sécurisées.

Déconseillés
Tous les autres.

Conditions de paiement

Délais de paiement habituels
Le délai standard est de 30 jours. Comme tous les autres États membres de l’Union européenne, le Danemark a transposé la Directive 2011/7/UE sur les retards de paiement. Mais son application est plus stricte que ce que prévoit la Directive. Au Danemark, les délais de paiement au-delà de 30 jours, doivent faire l’objet d’un accord signé. S’il n’y a pas de maximum inscrit dans la loi, un délai trop long pourrait en revanche être considéré par les tribunaux comme excessif.

Avec la pandémie, la situation s’est nettement dégradée. Si sur 2019, les délais moyens annoncés par les différents prestataires étaient légèrement en dessous des 30 jours, pour Intrum Justitia (« European Payment Report 2020 », basé sur une étude réalisée entre février et mai 2020) sur la période concernée, le délai moyen de paiement accordé est de 46 jours pour les entreprises du secteur privé et de 55 jours pour le secteur public. On constate ainsi un net allongement des délais de paiement accordés.

Risques de retards de paiement
Certaines données ci-après sont issues d’informations recueillies avant la pandémie de Covid-19. Suite à celle-ci, on a constaté dans la quasi-totalité des pays de nombreux retards de paiement, 30 à 60 jours au minimum selon les premières estimations.

Rappelons qu’avant la pandémie, les retards étaient plutôt rares… Cribis Dun and Bradstreet, dans l’étude Payment study 2020, couvrant l’année 2019, mentionnait que 86,9 % des entreprises respectaient les échéances négociées. Ce n’est évidemment plus le cas. De même que les délais accordés se sont allongés, les retards aussi.

Selon l’étude précitée d’Intrum Justitia, le délai moyen de retard de paiement est de 20 jours pour les entreprises du secteur privé et de 24 jours pour le secteur public, avec des DSO respectifs de 66 et 79 jours. Dans son étude sur l’évolution du BFR dans le monde , publiée fin juillet 2020, Euler Hermes mentionne pour le Danemark en 2019, un DSO moyen de 57 jours (52 en 2018), 25 % des entreprises payant en moyenne 72 jours après l’échéance.

Acomptes à la commande
En négocier est possible au Danemark, suivant le montant de la commande et la situation financière de l’importateur.

Garanties bancaires locales

On peut obtenir des garanties bancaires classiques, mais ce n’est pas une pratique courante.

Tribunal compétent en cas de litige et droit applicable

• Tribunal français ou local.

• Mais attention : par dérogation, le règlement (CE) N° 44/2001 du Conseil du 22 décembre 2000 (article 21), concernant la compétence judiciaire, la reconnaissance et l’exécution des décisions en matière civile et commerciale au sein de l’UE, n’est pas applicable au Danemark. Une décision rendue en France peut donc se heurter à quelques difficultés pour être exécutée au Danemark. Il n’y a pas d’injonction de payer au sens propre du terme et le Danemark ne participe pas à l’adoption du règlement européen et n’est pas lié par celui-ci ni soumis à son application. Il existe néanmoins une procédure de recouvrement simplifiée pour les créances inférieures à 50 000 DKK (environ 6 800 euros).

• Par ailleurs, jusqu’à une époque récente, on déplorait une certaine lenteur des tribunaux locaux. Une réforme menée en 2007 dans ce domaine ne semble guère avoir eu d’effet positif.

• Rechercher d’abord un arrangement amiable.

Classement Banque mondiale, règlement insolvabilité, 2020 : 6/190

Le conseil du credit manager

Le comportement payeur des acheteurs danois demeurait l’un des meilleurs dans l’Union européenne. Le nombre des défaillances d’entreprises qui avait continué à chuter de façon significative entre 2012 et 2015 (5 450 pour 2012, 4 983 pour 2013, 4 049 pour 2014 et 4 029 pour 2015) avait explosé en 2016, avec un montant record de 6 674. Mais cette hausse était la conséquence de la prise en compte d’une nouvelle forme d’entreprise créée en 2014, et la régularisation de dossiers non traités ces dernières années (faussant d’ailleurs les dernières statistiques…). Toutefois, la baisse des défaillances, anticipée par les principaux observateurs, n’a pas eu lieu, et la hausse s’est poursuivie sur 2017, 2018 et 2019. Pour 2020, Euler Hermes prévoit une nouvelle hausse de 16 % et 5 % pour l’année 2021.

Mobilité

Chiffres clés

Population (2019) : 5,8 millions, dont population urbaine : 88 %.
Langues : danois, anglais courant, et l’allemand au Jutland.
Religions : protestants luthériens, église d’État : 80 % ; protestants et catholiques : 3,5 % ; musulmans : 3 %.
Nombre de Français immatriculés (2018) : 5 668
Nombre d’entreprises françaises implantées : 244.
Revenu national/hab. en parité de pouvoir d’achat (USD, 2019) : 61 410
Taux de croissance du PIB (2018) : + 1,2 %.
Émissions CO2 (tonnes/hab., 2017) : 7,8 t.
Indicateur global de sécurité (GPI, 163 pays, 2018) : 5e, niveau « très élevé ».

Sources : MEAE, Banque mondiale, Commission européenne (base de données EDGAR), FMI, Institute for Economics & Peace pour le GPI et Le Moci.

S’y rendre

Formalités
La carte nationale d’identité est suffisante pour entrer sur le territoire danois si le séjour est inférieur à trois mois. Aucun vaccin n’est exigé.

Visa ou permis de travail (pour les étrangers) : le permis de travail n’est plus exigé pour les ressortissants de l’UE.

Y travailler

Le marché du travail
Le Danemark continue à manquer de main-d’œuvre dans certains domaines, notamment de spécialistes qualifiés dans le secteur privé, entre autres dans les secteurs informatique, industriel, biotechnologique et pharmaceutique.

La proportion d’emplois vacants est la plus forte dans les secteurs du commerce et des transports, de l’industrie, de l’industrie extractive et des services d’utilité publique, ainsi que dans les services aux entreprises. Ce sont le plus souvent les postes de charpentier, de consultant(e) commercial(e), de cuisinier(ère) et de maçon(ne) que les entreprises ne parviennent pas à pourvoir.
Le « modèle » danois dit de flexisécurité repose sur une grande flexibilité du marché de l’emploi, un niveau relativement élevé d’allocation-chômage et une politique énergique d’activation des sans-emploi.

À ces trois piliers viennent s’ajouter un taux de syndicalisation élevé (environ 65 %), des conventions collectives couvrant près de 85 % du marché du travail et une tradition de concertation entre partenaires sociaux.

Le cadre légal du travail
Salaire minimum :
n’est pas fixé par la loi.
Les conditions salariales et d’emploi sont en règle générale réglementées par des conventions collectives ou négociées individuellement entre le salarié et son employeur.
Les conventions collectives peuvent fixer un salaire minimum pour leur secteur d’activité et les organisations professionnelles et syndicales publient des statistiques annuelles sur les salaires, utilisables dans les négociations salariales. Les formes de rémunération les plus courantes au Danemark sont les salaires mensuels, journaliers, horaires et à la tâche.
Nombre d’heures travaillées par an (2017) : 1 408 heures par personne.
Emploi à temps partiel/total (2017) : 20,4 %.
Rémunération avantages et impôts : le Danemark est connu pour son taux d’imposition sur les revenus très élevé. Le véhicule de fonction fait souvent partie des avantages et il est souvent inclus dans la rémunération globale.
Jours chômés hebdomadaires : samedi et dimanche.
Chômage : contrairement à la plupart des autres formes de protection sociale, l’assurance chômage est facultative au Danemark. Vous n’êtes donc pas automatiquement couvert contre le chômage et devez vous-même souscrire une assurance à cet effet auprès d’une caisse d’assurance chômage (A-kasse) si vous le souhaitez.

Horaires de travail :
Entreprises : 9 h – 16 h 30 (15 h le vendredi).
Banques : 10 h – 16 h (18 h le jeudi).
Commerces : du lundi au jeudi : 9 h/10 h – 17 h 30/18 h. Le vendredi : 9 h/10 h – 19 h/ 20 h. Le samedi : 9 h/10 h – 14 h/16 h.
Grands magasins et supermarchés : jusqu’à 19 h/20 h en semaine et jusqu’à 16 h le samedi.

Sources : MEAE, EURES, OCDE et Business France.

Meilleurs sites d’emploi
www.cvuu.dk
www.workindenmark.dk
www.jobindex.dk
www.stepstone.dk

Bon à savoir
Workindenmark.dk est le portail officiel du Danemark pour le recrutement international. Ce portail comprend une banque d’offres d’emploi et de CV ainsi que toutes les informations utiles pour les employeurs danois et les travailleurs étrangers, aussi bien avant qu’après leur arrivée au Danemark. Les informations du portail sont disponibles en danois, en anglais, en allemand et en partie en polonais.
Les centres Workindenmark aident notamment les demandeurs d’emploi étrangers à trouver un travail au Danemark, qu’il s’agisse de citoyens étrangers séjournant déjà au Danemark ou de citoyens étrangers recherchant un emploi depuis leur pays d’origine.

Source : EURES.

Vie pratique

Coût de la vie
Monnaie : couronne danoise (DKK). Convertible.
Taux de change : 1 EUR = 7,46 DKK (12-04-2019).
Indice Big Mac : 4,6 USD.

Se loger : 1 300 euros par mois en moyenne pour un studio dans le centre-ville de Copenhague (900 en dehors du centre-ville). Les prix des loyers sont très élevés et parfois surévalués par rapport à la qualité du bien proposé. Ils sont orientés à la hausse et dépendent du type (appartement ou maison), de la taille du logement, de son état, du quartier et de la durée du bail. À noter qu’un logement meublé se loue 10 à 20 % plus cher qu’un logement vide.

Indice Mercer du coût de la vie (logement compris, 209 villes) : Copenhague (14e).

Sources : ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE), Mercer, Numbeo.com, The Economist et XE currency converter

Informations utiles

Nature du réseau électrique
220 volts

Télécommunications
Indicatif téléphonique : + 45
Renseignements téléphoniques : www.yellowpages.com/denmark-me
Qualité du réseau mobile : excellente
Qualité du réseau Internet : excellente

Principaux jours fériés 2019
25 décembre : Noël
26 décembre : Saint-Étienne

Distances de ville à ville
Copenhague – Odense : 162 km.
Copenhague – Aarhus : 304 km.

Déplacements de ville à ville
Toutes les îles danoises étant reliées par des ponts, la voiture est le mode de transport le plus utilisé. Une ligne de chemin de fer relie Copenhague à Aarhus, via Odense.

Depuis la gare principale de Copenhague, il est possible de se rendre en transport en commun ferré à Malmö (Suède).

Santé
Les hôpitaux publics sont bien équipés, et disposent le plus souvent d’un service d’urgences. Il y a très peu de cliniques et d’hôpitaux privés.

Pas de vaccinations obligatoires.

Munissez-vous de la carte européenne d’assurance maladie, à demander à votre caisse d’assurance maladie au moins 15 jours avant le départ. Pour plus d’informations, consultez le site de l’Assurance Maladie en ligne.

Source : Conseils aux voyageurs / Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères – Diplomatie.gouv

Consultez l’intégralité des recommandations et des conseils à destination des voyageurs qui se rendent au Danemark, actualisés par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères sur ce lien.

Contacts

En France

Ambassade du Danemark
paramb@um.dk
http://frankrig.um.dk/fr.aspx

Sur place

Ambassade de France
presse@ambafrance-dk.org
https://dk.ambafrance.org

Service économique de Copenhague
www.tresor.economie.gouv.fr/se/danemark

Bureau Business France à Copenhague
copenhague@businessfrance.fr
http://export.businessfrance.fr/danemark/export-danemark-avec-notre-bureau.html

Chambre de commerce franco-danoise
www.dansk-fransk.dk

Logistique & Douane

Dans le classement « Doing Business 2020 » de la Banque mondiale, le Danemark est classé au 1er rang mondial (inchangé par rapport à 2019) pour la performance du commerce transfrontalier. Sont mesurés dans cette rubrique les délais et les coûts (hors droits de douane) associés à trois catégories de procédures : respect des exigences en matière de documentation, respect des procédures de commerce transfrontalier et transport intérieur. Les délais sont fournis en nombre d’heures et les coûts en dollars US. Le transport intérieur n’est toutefois pas intégré dans la note finale.

• À l’export : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 0 h. ; coût 0 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (1 h. ; 0 USD).

• À l’import : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 0 h. ; coût 0 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (1 h. ; 0 USD).

Actualités : Danemark

Affinez votre analyse

Risques et paiements :
Accéder aux scores et avis d’expert
.

Bienvenue !

Connectez-vous

Créer un compte

Merci de compléter le formulaire

Réinitialisez votre mot de passe

Veuillez saisir votre nom d'utilisateur ou votre adresse e-mail pour réinitialiser votre mot de passe.