fbpx

Royaume-Uni

Économie

Informations pays

Population (millions, 2018) : 66,3
Sources : Eurostat.
Capitale : Londres
Devise : Livre sterling
Décalage horaire avec la France : moins 1 heure.
Climat :
À Londres
• Température moyenne la plus basse en janvier : 0°C.
• Température moyenne la plus élevée en été : autour de 20°C.

Indicateur économique :
Taux de croissance du PIB (1) : 2018 : 1,4 % ; 2017 : 1,8 %
Revenu national/hab. en parité de pouvoir d’achat (USD, 2017) (2) : 44 090

Source : (1) FMI (2) Banque mondiale.

Commerce extérieur

Échanges de marchandises (2018, Mds EUR, évolution sur 2017)  :
Export : 419,041 (+6,54 %)
Import : 553,269 (+0,52 %)

Cinq premiers fournisseurs (avec part de marché) :
1 – Allemagne 14,18 %
2 – États-Unis 9,74 %
3 – Pays-Bas 8,59 %
4 – Chine 8,25 %
5 – France 5,85 %

(Exportations françaises 2018 : 32,537 Md EUR, +4,55 %)

Source : IHS Markit Global Trade Atlas.

Risques et paiements

La Rédaction du Moci a réuni un ensemble de notes, scores et paramètres d’évaluation couvrant d’une part le risque macro-économiques associés à un pays, d’autre part la solvabilité générale des entreprises de chaque pays.
A ces indicateurs de solvabilité sont associés les environnements et procédures associées aux démarches de recouvrement pouvant être réalisées dans chaque pays.
Enfin, un expert du Moci a rédigé une note de synthèse associée à cet environnement risque pour la plupart des pays du globe.

Environnement des affaires 

Classement « Doing Business 2019 » (1) : 9/190 (France 32e)

Indice de perception de la corruption (2) : 11/180

Sources : (1)  Banque mondiale. (2) Transparency International.

Notes de risque pays

OCDE : N. C. (janvier 2019)

Euler Hermes : AA1 (risque de court terme faible – avril 2019)

Coface : pays A3 ; environnement des affaires A1 (avril 2019)

Credendo : court terme : 1/7 ; commercial : C ; risque de transfert : 1/7 (avril 2019)

Atradius : 2/10 stable (avril 2019).

Appréciation du crédit manager Moci

Risque pays : très bon mais à surveiller
Risque client : moyen, se dégrade, à surveiller

Le conseil du crédit manager

Après 2018, 2019 et 2020 vont être des années d’incertitudes politiques et économiques, marquées surtout par les incertitudes quant aux résultats des négociations entre Londres et Bruxelles sur les modalités du « Brexit ». Le slogan « Brexit is Brexit » que l’on a beaucoup entendu pendant près d’un an après le référendum de 2016, masquait surtout une complète incapacité à gérer la sortie de l’Union, due à une absence totale de préparation. Comme prévu, déjà sur 2017 les conséquences du « Brexit » ont commencé à se faire sentir au quotidien, en particulier dans les transactions commerciales et les relations PME / banques, ces dernières n’étant déjà pas vraiment au beau fixe. Ces douze derniers mois, dans le secteur du commerce de détail, plusieurs enseignes ont dû soit fermer de nombreuses boutiques, soit mettre fin à leurs activités. Nous écrivions l’an dernier que dans le secteur de la grande distribution, l’alliance entre deux des principaux acteurs, annoncée fin avril 2018, va avoir des conséquences lourdes pour leurs fournisseurs et sous-traitants, même si le Grocery Code Adjudicator va certainement se montrer vigilant. La décision est tombée le 25 avril 2019 : la fusion n’aura pas lieu, ne permettant pas ainsi aux deux entreprises de pouvoir résister aux pratiques agressives des compétiteurs low cost. De nombreuses enseignes n’ont pas su non plus prendre le virage du numérique et la liste des entreprises se précipitant vers les procédures de sauvegarde s’allonge de semaine en semaine, présageant de nouvelles faillites.

On l’a vu dans cette fiche, les retards de paiement continuent d’être à un niveau élevé en 2018, ce qui a hélas conforté l’avis de nombre d’exportateurs français qui se plaignent du mauvais comportement payeur des entreprises britanniques, plus particulièrement des PME… Il est vrai que ces dernières souffrent beaucoup du manque de soutien des banques locales.

Selon les statistiques de l’Union de Berne publiées en mars 2019, concernant l’année 2018, le Royaume-Uni figure toujours, sans surprise, en bonne place du Top 10 des pays sur lesquels les assureurs ont versé des indemnisations sur les opérations court terme.

Côté défaillances d’entreprises, après plusieurs années de baisse consécutives, 2017 et 2018 se sont terminées sur une très forte hausse, et cette tendance devrait se poursuivre sur 2019 : plus de 9 % de hausse attendue par Euler Hermes au Royaume-Uni. Prudence donc, surtout dans les transactions avec des PME qui vont commencer par beaucoup souffrir. Et dans tous les cas, il est essentiel de soigner la rédaction des offres et contrats et de surveiller rigoureusement les échéances négociées. À noter que l’Office national des statistiques britannique publie régulièrement des données intéressantes sur les défaillances par région (England, Wales, Scotland and Northern Ireland) : https://www.gov.uk/government/collections/insolvency-statistics. Les données communiquées le 30 avril concernant le premier trimestre ne laissent augurer rien de bon pour l’année en cours : sans surprise, les défaillances sont de nouveau en très forte hausse.

Obtenir des renseignements de notoriété sur l’acheteur

Attention, si quasiment toutes les entreprises publient leurs comptes, les TPE et les PME (SMB-Small & Medium Business) ne publient, si elles le souhaitent, qu’un minimum de renseignements, peu significatifs.

Ainsi, ces mini-sociétés, qui, comme partout en Europe, représentent la grande majorité des entreprises, ne publient que des comptes simplifiés, voire très simplifiés pour les TPE : des « abbreviated accounts » (bilan très rudimentaire et brève note sur les comptes annuels). D’où la relative pauvreté d’informations disponibles au Royaume Uni.

Quelle que soit la taille de l’entreprise, les comptes annuels doivent être déposés au plus tard le 30 septembre de l’année suivant la clôture des comptes (9 mois pour les sociétés privées, 6 mois pour les sociétés publiques).

La non-publication est considérée comme une infraction pénale et peut entraîner la radiation de la société ainsi que des sanctions pénales et financières à l’encontre des dirigeants. C’est ce que l’on appelle « the late filing penalties », révisées en avril 2015.

Pour consulter les comptes de nombreuses entreprises britanniques, le serveur web des « Companies House » est largement suffisant et peu onéreux, et il donne la possibilité de consulter la liste des dirigeants n’étant plus supposé exercer : www.companieshouse.gov.uk

Sociétés spécialisées localement :

• Equifax Plc
www.equifax.co.uk

• Graydon U.K. Ltd
www.graydon.co.uk
mail@graydon.co.uk

Pour les informations de base, on peut essayer les principaux acteurs présents en France sur le marché de l’information sur les entreprises : Altares, Bureau Van Dijk, Ellisphere, Intersud…

Moyens de paiement

Monnaie locale
La livre sterling (GBP).

Compte tenu de la situation économique actuelle, couverture du risque de change recommandée si paiement en GBP.

Taux de change : 1er mai 2019
1 EUR = 0,86210 GBP
1 GBP = 1,15971 EUR

À noter que le vote en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne le 23 juin 2016, le « Brexit », a entraîné une chute de la livre. Celle-ci avait repris des couleurs en avril 2017, après l’annonce surprise de Theresa May de tenir des élections anticipées le 8 juin avec l’espoir de renforcer sa majorité. Mais rien ne s’est passé comme prévu, la situation s’est inversée, les négociations patinent, et conséquence directe, la livre à repris sa plongée. Depuis, la Première Ministre britannique a subi revers sur revers, mais en dépit des rebondissements du feuilleton « Brexit », la livre s’est relativement maintenue, sans chuter plus lourdement comme certains l’avaient prédit.

Meilleures monnaies de facturation des échanges
La livre sterling (GBP) et l’euro (EUR).

Conseillés
Privilégier le virement bancaire, Swift de préférence. Ne pas oublier que le Royaume Uni est dans l’espace SEPA.

Déconseillés
Tous les autres, et plus particulièrement les chèques et les effets de commerce.
Si, sur le marché domestique, le paiement par chèque est très utilisé, il se caractérise par son manque de sécurité. Le Royaume-Uni n’ayant pas ratifié la Loi uniforme du 19 mars 1931 sur les chèques, il s’ensuit que le débiteur peut faire opposition à tout moment pendant une durée de six mois après l’émission du chèque. Sur le marché domestique, si l’entreprise française dispose d’une filiale refacturant et encaissant localement, il sera profitable de mettre en place un système d’encaissement par virement électronique via le circuit BACS (Bankers Automated Clearing Services).

Conditions de paiement

Délais de paiement habituels

Dans ce pays également, les écarts sont très élevés entre les différentes données communiquées par les analystes. On retrouvera même ces différences dans les informations relatives aux défaillances d’entreprises, ce qui est pour le moins curieux vu qu’au Royaume-Uni, on peut s’appuyer sur des statistiques officielles fiables. Marché domestique et transactions à l’international confondus, selon le Baromètre Atradius publié en octobre 2018, le délai moyen de facturation serait de 24 jours (83,4 % des transactions facturées de 1 à 30 jours). Intrum Justitia arrive aux mêmes conclusions dans son European payment Report 2018. Mais ceci n’est qu’un indicateur théorique, comme nous allons le voir plus loin. Disons que la grande majorité des entreprises qui ont répondu ont voulu se donner bonne conscience.

Le groupe allemand EOS, dans son rapport Payment practices in Europe 2018, est, de notre point de vue, plus proche de la réalité du terrain, avec une moyenne de 38 jours.

Le cas du Royaume-Uni est toujours aussi complexe, ne serait-ce que par la diversité des droits commerciaux : droit anglais, irlandais, écossais et gallois. Ainsi, il y a trois transpositions de la dernière directive européenne sur les délais de paiement, l’une qui concerne les droits anglais, gallois et irlandais, une autre qui modifie le droit écossais et une celui de Gibraltar ! Comme nous l’écrivions pour la Directive précédente, le Royaume-Uni a été quelque peu précurseur en ce domaine. Déjà, le « Unfair Contract Terms Act of 1977 » recommandait de ne pas dépasser des délais de paiement « raisonnables ».

En dehors du droit écossais et de celui de Gibraltar, le Royaume-Uni a transposé la Directive 2011/7/EU sur les retards de paiement (Statutory Instrument 2013 No. 395) en prévoyant (contrairement à la transposition française) la possibilité, dans le secteur privé, de négocier des délais de paiement supérieurs à 60 jours, à condition que ce soit stipulé par écrit. Contrairement au droit de certains autres États membres, les droits anglais et écossais ne parlent pas de pratiques discriminatoires mais évoquent plus particulièrement, pour cette dérogation, « à condition que ce ne soit pas défavorable (littéralement : déloyal) au vendeur ».

En droit écossais, c’est le Scottish Statutory Instrument, 2013 No. 77 qui traite du sujet : The Late Payment of Commercial Debts (Scotland) Regulations, 2013. Pour le secteur public, le délai est de 30 jours à partir du jour de réception de la facture.

Risques de retards de paiement

Depuis quatre ans et encore plus depuis la décision du Brexit, les délais de paiement se dégradent de façon significative. Euler Hermes UK avait publié début mars 2016 son Quarterly Overdue Payments Report, qui est accablant : en deux ans, les retards de paiement avaient augmenté de 27 %. De même source, un communiqué du 21 mars 2019 mentionnait que les demandes d’indemnisation auprès des assureurs crédit dans ce pays avaient explosées : en moyenne près de 50 par jour ! 60 % de hausse par rapport à 2017.

Tout comme en France, les délais de paiement se dégradent plus particulièrement avec les grands donneurs d’ordres. Les quatre dernières années auront ainsi été celles du scandale des retards de paiement dans la grande distribution, avec des délais allant de 90 à 120 jours, voire plus dans certains cas. Depuis février 2015, plus particulièrement, l’une des plus grandes enseignes fait l’objet d’une enquête approfondie de la part du « Grocery Code Adjudicator » (équivalent de notre Commission de la concurrence) pour pratiques abusives.

Cette dégradation dans le secteur de la grande distribution intervient en dépit d’un « Groceries Supply Code of Practice » mis en place en août 2009. En octobre 2014, le gouvernement a publié un User guide to the recast late payment Directive  et lors de la campagne électorale de mai 2015, il a promis de nouvelles règles qui entreraient en vigueur en 2016.

Finalement, ces nouvelles Règles, intitulées The Duty to Report on Payment Practices and Policies, sont entrées en vigueur le 6 avril 2017, obligeant, entre autres, les grandes entreprises à publier tous les six mois, leurs pratiques de paiement. Les modalités d’application sont définies dans un guide publié en octobre 2017 Duty to report on payment practices and performance.

Bon à savoir

Pour faciliter la mise en œuvre des nouvelles Règles « the Duty to Report on Payment Practices and Policies, « le gouvernement a mis en place un site Internet dédié https://www.gov.uk/check-when-businesses-pay-invoices sur lequel on peut consulter la liste des sociétés ayant satisfait à cette nouvelle procédure et interroger une entreprise en particulier pour lire le rapport disponible.
À titre d’exemple, voici les infos trouvées sur une entreprise dans son rapport publié le 23 octobre 2017, pour une période de six mois :
This report was filed on 22 November 2017 and approved by XXXX (le nom est cité, bien évidemment)
Payment statistics Average time taken to pay invoices: 45 days
Invoices paid:
– within 30 days: 15 % ;
– in 31 to 60 days: 79 % ;
– in 61 days or mor: 6% ;
Invoices due but not paid within agreed terms: 17 %
Payment terms
Shortest standard payment period
31 days
Longest standard payment period
61 days
Le même rapport précise également les modes et délais de paiement qu’accepte l’entreprise.

Dans son rapport sur le comportement payeur des entreprises européennes à la fin du troisième trimestre 2018, Altares indique que la situation a peu évolué : 15,1 jours de retard en moyenne. Seulement 30,7 % des factures sont réglées à l’échéance pour une moyenne européenne de 45,8 %. EOS dans son rapport précité, indique une moyenne de 22 jours de retard. Dans son étude sur le DSO dans le monde pour l’année 2019, Euler Hermes indiquait un délai moyen de paiement de 52 jours.

Toutes ces différences s’expliquent principalement par la diversité des entreprises consultées et la période. Il n’en demeure pas moins que tous les prestataires arrivent à la même conclusion : des retards en forte dégradation.

Acomptes à la commande
Il est possible d’en obtenir, mais ils sont difficiles à négocier.

Garanties bancaires locales

Possibles, mais assez difficiles à obtenir, surtout si l’acheteur est une PME ou une TPE. Elles prennent essentiellement la forme de lettre de crédit standby.

Tribunal compétent en cas de litige

• Il est préférable d’engager directement une procédure devant un tribunal local.

• Si le débiteur était poursuivi devant un tribunal français, il serait nécessaire d’obtenir l’exequatur du jugement au Royaume-Uni, ce qui en augmenterait les frais et surtout le délai d’exécution.

• Attention toutefois : il n’existe pas de droit britannique, mais quatre droits avec chacun leurs spécificités, le droit anglais étant le plus usité. Ce dernier est mieux adapté aux affaires que le droit français.

• Les créances commerciales sont prescrites après six ans. Le rôle des agences de recouvrement se limite à une action en recouvrement amiable, leur statut ne les autorisant pas à représenter le créancier devant les tribunaux. Elles doivent alors faire appel à un cabinet de solicitors.

• Il faut noter toutefois que pour les petits litiges (« small claims », montants inférieurs à 50 000 GBP), la loi autorisant le créancier non-résident à se présenter lui-même devant le tribunal, le juge acceptera qu’il soit représenté par une agence de recouvrement dûment mandatée.

• Il n’y a pas de procédure spécifique d’injonction de payer en Angleterre ni au Pays de Galles. Il existe toutefois une procédure permettant à un requérant d’obtenir un jugement par défaut, elle est dite de « summary judgment » (Civil Procedure Rules 1998, articles 24.1 et suivants).

• Le Royaume-Uni est bien évidemment soumis, comme tous les autres États membres de l’Union européenne (à l’exception du Danemark) au règlement (CE) n° 1896/2006 du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d’injonction de payer, entré en vigueur le 12 décembre 2008.

Attention : contrairement au droit français, le droit anglais laisse à la libre volonté des parties le soin de régler le problème de transfert de propriété. Extrait de l’article 17 du Sale of Goods Act : « 1. La propriété est transférée à l’acheteur au moment où les parties en ont convenu… ».
Le Sale of Goods Act autorise néanmoins le vendeur à se prémunir contre les risques de non-paiement en intégrant une clause de réserve de propriété (retention of title clause). En cas de revente ou de transformation, il faudra prévoir une clause dite prolongée (« continuing retention clause »).

Mobilité

Chiffres clés

Population (2018) : 66,5 millions d’habitants, dont population urbaine 83 %.
Langues : l’anglais. Au Pays de Galles, le gallois bénéficie d’un statut égal à l’anglais. Le gaélique et le scots sont reconnus en Écosse.
Religions : protestants : 2,6 % (plusieurs cultes) ; anglicans : 46,3 % ; catholiques : 21,5 % ; musulmans : 10,8 % ; sikhs : 4,2% ; hindouistes : 1,4 % ; juifs 1,3 %.
Nombre de Français immatriculés (2018) : 146 213.
Nombre d’entreprises françaises implantées : 3 299.
PIB/hab. en parité de pouvoir d’achat (2018) : 45 705 USD.
Taux de croissance du PIB (2018) : + 1,4 %.
Émissions CO2 (tonnes/hab., 2017) : 5,7 t.
Indicateur global de sécurité (GPI, 163 pays, 2018) : 57e, niveau « élevé».

Sources : MEAE, Banque mondiale, Commission européenne (base de données EDGAR), FMI, Institute for Economics & Peace pour le GPI et Le Moci.

S’y rendre

Formalités

La carte d’identité (ou le passeport) en cours de validité est requise pour entrer sur le territoire britannique depuis la France.

Visa ou permis de travail (pour les étrangers) : des examens médicaux sont organisés par l’employeur préalablement au recrutement. Rien de particulier pour les ressortissants européens.

Y travailler

Le marché du travail 

Le marché du travail britannique est flexible et dynamique, avec plus de 10 millions de personnes transitant annuellement entre chômage, emploi, et inactivité. Environ un travailleur sur cinq accède à un emploi chaque année, tandis que la même proportion quitte un emploi. Le taux de chômage est de 4 % (janvier 2019).

Les secteurs ou professions suivants souffrent d’une pénurie de compétences au Royaume-Uni : soins de santé (médecins et infirmiers); ingénierie; technologies de l’information et de la communication; chefs qualifiés. La liste officielle complète est disponible sur le site gouvernemental www.gov.uk/guidance/immigration-rules/immigration-rules-appendix-k-shortage-occupation-list

Les Français continuent à être bien placés dans plusieurs domaines : finance et informatique ; restauration et hôtellerie ; enseignement du français ; secrétariat bilingue assistante de direction et comptabilité ; etc.

La victoire du oui au référendum sur le Brexit et les négociations en cours entre le gouvernement britannique et la Commission de Bruxelles sur les nouvelles relations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne laissent planer des interrogations sur les futures conditions concrètes d’accès des ressortissants européens au marché de l’emploi britannique.

Les Job Centres sont l’équivalent britannique de Pôle Emploi, ils se trouvent dans chaque ville. Il suffit de s’y inscrire. Ils possèdent des bases de données importantes et connaissent les besoins des entreprises locales. Leurs conseillers peuvent vous apporter une aide dans votre recherche pour trouver un emploi en Angleterre

Le cadre légal du travail
Salaire minimum : fixé à 8,21 GBP/ heure (9,5 euros) depuis avril 2019.
Nombre d’heures travaillées par an (2017) : 1 514 heures par personne.
Emploi à temps partiel/total (2017) : 23,5 %.
Rémunération avantages et impôts : le salaire de base est fonction des études et de l’expérience. Primes liées aux résultats personnels et de l’entreprise. Impôt déduit du salaire, entre 0 % et 40 % du revenu total. Véhicule de société pour la plupart des postes de vendeurs, cadres commerciaux et marketing, plus ordinateur portable et téléphone mobile. Les congés sont généralement de cinq semaines.
Jours chômés hebdomadaires : samedi et dimanche.

Sources : MEAE, EURES, UFE, OCDE et Business France.

Meilleurs sites d’emploi
www.delni.gov.uk/
www.recruitment-ccfgb.co.uk
www.fish4.co.uk
www.jobserve.com
www.step.org.uk
www.stepstone.co.uk
www.monster.co.uk
www.prospects.ac.uk
www.nases.org.uk
www.totaljobs.co.uk

Pour un poste qualifié, consultez la liste des agences de recrutement : www.rec.uk.com et www.agencycentral.co.uk.

Vie pratique

Coût de la vie
Monnaie : livre britannique (GBP).
Taux de change : 1 EUR = 0,86 GBP (12-04-2019).
Indice Big Mac : 4,1 USD.
Se loger : le loyer mensuel d’un studio dans le centre de Londres varie entre 1 600 et 2 600 euros. En banlieue, entre 1 200 et 1 800 euros. Compter entre 1 900 et 3000 euros pour un 3 pièces en banlieue. Le prix des locations dans les différentes parties du Royaume-Uni diffère sensiblement. Le Sud-est ainsi que la région de Londres sont les plus chères du royaume ; le nord de l’Angleterre, l’Écosse, le Pays de Galles et l’Ulster sont moins chers, dans le cas où l’on ne choisit pas une grande ville. Les logements meublés (« furnished ») sont plus faciles à trouver et coûtent le même prix que les locations vides. Les baux sont en général d’une durée d’un an. Il faut prévoir un mois de loyer d’avance ainsi qu’une caution d’environ un mois.

Les chambres chez l’habitant sont moins chères et peuvent inclure les repas, quant à la pension chez l’habitant (« home stay »), c’est une bonne façon de prendre contact avec la culture britannique à moindre coût.

Indice Mercer du coût de la vie (logement compris, 209 villes) : Londres (19e), Birmingham (128e), Aberdeen (134e), Glasgow (148e) et Belfats (152e).

Sources : Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE), Mercer, Numbeo.com, The Economist et XE currency converter.

Informations utiles
Nature du réseau électrique
220 volts.

Au Royaume-Uni, les prises de courant sont tripolaires de type G et sont constituées de 2 fiches horizontales et d’une prise de terre verticale.

Télécommunications
Indicatif : + 44.
Qualité du réseau mobile : excellente.
Qualité du réseau Internet : excellente.

Principaux jours fériés 2019
25 décembre : Noël
26 décembre : Boxing day.

Distances de ville à ville
Londres – Édimbourg : 534km.
Londres – Manchester : 262km.
Londres – Plymouth : 308 km.

Déplacements de ville à ville
En train : le réseau ferroviaire anglais couvre tout le pays.
Par la route : n’oubliez pas que les Anglais roulent à gauche !

Pour info
Le bus est le moyen de transport le plus économique, mais il n’est pas le plus rapide. Si vous n’êtes pas forcément pressé et que vous souhaitez voyager à moindre coût, optez pour le bus. La traversée en ferry ou via le tunnel sous la Manche est incluse dans votre billet d’autocar.
Pour vous rendre en Angleterre en bus, vous pouvez voyager avec Eurolines, ainsi qu’avec FlixBus et avec OuiBus. Une fois sur place, vous pouvez voyager à travers la Grande-Bretagne à moindres frais grâce au réseau de National Express, qui assure des services vers plus de 1 000 destinations, avec plus de 600 trajets par jour.

Source : www.visitbritain.com

Contacts

Les acteurs publics

Business France
Bureau de Londres
Ground Floor Centre Unit, Brettenham
House, 2-19 Lancaster Place – London
WC2E 7EN
https://www.businessfrance.fr
Douane
L’attaché douanier près l’ambassade de
France au Royaume-Uni
Zone de compétence :
Royaume-Uni, Irlande,
Iles anglo-normandes, Gibraltar.
Tél. : 00 44 20 70 73 11 62
londres.dgddi@douane.finances.gouv.fr
https://www.douane.gouv.fr/fiche/lannuaire-des-attaches-douaniersletranger
Service économique régional de la DG Trésor
SER de Londres
Pays de la zone de compétence :
Irlande, Royaume-Uni.
Tél. : +44 20 70 73 10 00
https://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/GB

Les acteurs privés

Advenia
Phoenix Yard, 65 Kings Cross Road,
London, WC1X 9LW
Tél. : +44 (0) 207 239 4918
info@advenia.co.uk
http://advenia.co.uk
Altios
Localisation : Londres – 208 Blythe Road
– W14 0HH London
Tél. : +44 20 38 87 06 69
g.dibon@altios.com
https://altios.com
Expandys Ltd
Peek House 20 Eastcheap,
EC3M 1EB London
Tél. : +44 (0)20 7723 8327
uk@expandys.com
http://www.expandys.com
www.lemoci.com LE MOCI – N° 2076 – Octobre 2020 99
French Chamber of Great Britain
Localisation : Londres
Becket House, 1 Lambeth Palace Road –
London SE1 7EU
Tél. : +44 (0)20 7092 6600
mail@ccfgb.co.uk
https://www.ccfgb.co.uk/
OCO Global
6 Citylink Business Park
Belfast – BT12 4HB
Tél. : +44 28 9024 1849
https://www.ocoglobal.com
Salveo
Localisation : Londres
Tél. : 33 (0)1 84 79 17 50
angleterre@salveo.international
https://salveo.international

Logistique & Douane

Dans le classement « Doing Business 2019 » de la Banque mondiale, le Royaume-Uni est classé au 30e rang mondial (-2 places par rapport à 2018) pour la performance du commerce transfrontalier. Sont mesurés dans cette rubrique les délais et les coûts (hors droits de douane) associés à trois catégories de procédu-
res : respect des exigences en matière de documentation, respect des procédures de commerce transfrontalier et transport intérieur. Les délais sont fournis en nombre d’heures et les coûts en dollars US. Le transport intérieur n’est toutefois pas intégré dans la note finale.

• À l’export : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 24 h. ; coût 280 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (4 h. ; 25 USD).

• À l’import : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 3 h. ; coût 0 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (2 h. ; 0 USD).

Actualités : Royaume-Uni

Affinez votre analyse

Risques et paiements :
Accéder aux scores et avis d’expert
.

Bienvenue !

Connectez-vous

Créer un compte

Merci de compléter le formulaire

Réinitialisez votre mot de passe

Veuillez saisir votre nom d'utilisateur ou votre adresse e-mail pour réinitialiser votre mot de passe.