fbpx

Nouvelle-Zélande

Économie

Informations pays

Population (millions, 2019) : 4,9
Capitale : Wellington
Devise : Dollar néo-zélandais

Indicateurs économiques :
Taux de croissance du PIB, prix constant (1) : 2020 : -6,0 % (estim.) ; 2019 : +2,2 %
Revenu national/hab. en parité de pouvoir d’achat (USD, 2019) (2) : 42 710

Source : (1) FMI (2) Banque mondiale.

Conjoncture

Petite économie ouverte de 5 M d’habitants, la Nouvelle Zélande est l’une des économies les plus dynamiques de l’OCDE, avec un taux de croissance de 2,2 % en 2019 (3,2 % en 2018 et 3,8 % en 2017) selon le FMI. Si la crise du COVID-19 a lourdement affecté le pays, celui-ci devrait rebondir en 2021-2022. L’économie néo-zélandaise bénéficie en effet de fondamentaux solides, du fait, entre autres, de son dynamisme démographique qui soutient la construction et la consommation des ménages et de ses finances publiques saines qui permettent de plans de relance ambitieux en cas de crise. Le pays reste toutefois par nature fortement exposé aux chocs externes du fait de la  structure de ses exportations et de sa dépendance aux financements externes. Sa balance commerciale (biens et services) est excédentaire, avec 2,5 Mds NZD de surplus (86  Mds NZD d’exportations, et 83,5 Mds NZD d’importations). Les biens constituent 69% en valeur des exportations, soit 49 Mds NZD. Ses exportations représentent 20% du PIB et sont composées pour plus de 50% de produits agricoles. L’Australie reste le premier partenaire commercial, et premier marché à l’export de la Nouvelle-Zélande, suivi par la Chine, en forte expansion avec une croissance de 9 % par an depuis 2013, et un triplement des échanges sur la dernière décennie. L’Union européenne demeure le premier fournisseur de la Nouvelle-Zélande (11,5 Mds NZD en 2019).

Commerce extérieur

Échanges de marchandises (2019, Md EUR, évolution sur 2018) :
Export : 35,291 (+5,06 %)
Import : 36,176 (+1,83 %)


Cinq premiers fournisseurs (avec part de marché) :
1 – Chine 20,2 %
2 – Union européenne 16 %
3 – Australie 11,5 %
4 – États-Unis 10 %
5 – Japon 6,5 %
(Exportations françaises 2019 : 0,527 Md EUR, +14,97 %)

Sources : IHS Markit Global Trade Atlas et OMC pour les fournisseurs.

Risques et paiements

La Rédaction du Moci a réuni un ensemble de notes, scores et paramètres d’évaluation couvrant d’une part le risque macro-économiques associés à un pays, d’autre part la solvabilité générale des entreprises de chaque pays.

A ces indicateurs de solvabilité sont associés les environnements et procédures associées aux démarches de recouvrement pouvant être réalisées dans chaque pays.

Enfin, un expert du Moci a rédigé une note de synthèse associée à cet environnement risque pour la plupart des pays du globe.

Appréciation du crédit manager Moci

Risque pays : très bon
Risque client : bon

Notes de risque pays

OCDE : N. C. (octobre 2020))
Euler Hermes : AA1, risque de court terme faible (novembre 2020)
Coface : pays A2 ; environnement des affaires A1 (novembre 2020)
Credendo : court terme : 1/7 ; commercial : C ; risque de transfert : 1/7 (novembre 2020).

Environnement des affaires
Classement « Doing Business 2020 » (1) : 1/190 (France : 32e)
Indice de perception de la corruption (2) : 1/180
Sources : (1) Banque mondiale (2) Transparency International.

Obtenir des renseignements de notoriété sur l’acheteur

Attention : les informations sur les entreprises néo-zélandaises sont rarement disponibles. Se rapprocher des milieux d’affaires et institutionnels français et européens et des autres fournisseurs. Voici toutefois deux prestataires locaux :

• ICMS CreditSystems Ltd
(TCM Group International)
www.icms.co.nz
Tél. : +64 9 921 4600
gail.seeley@icms.co.nz

Comme en Australie, D&B est devenu Illion. Le site publie régulièrement des études sur le comportement payeur des entreprises australiennes et néo-zélandaises : https://insights.illion.co.nz/late-payments-analysis

Moyens de paiement

Monnaie locale
Le dollar néo-zélandais (NZD).

Taux de change au 16 novembre 2020 :
1 EUR = 1,72734 NZD
1 NZD = 0,57835 EUR
1 USD = 1,45982 NZD
1 NZD = 0,68466 USD

Meilleures monnaies de facturation des échanges
Le dollar américain et l’euro.

Conseillés
Principalement, virement bancaire, Swift de préférence, garanti, selon le montant et la solvabilité de l’acheteur, soit par une lettre de crédit standby (SBLC), soit par une assurance-crédit.

Crédit documentaire éventuellement confirmé selon le montant. Attention, les taux de commissions locaux sont parfois assez élevés.

Déconseillés
Tous les autres.

Conditions de paiement

Délais de paiement habituels
Le délai moyen de paiement accordé est de 25 jours. Donc, ne pas facturer au-delà de 30 jours. 

Risques de retards de paiement
Certaines données ci-après sont issues d’informations recueillies avant la pandémie de Covid-19. Suite à celle-ci, on a constaté dans la quasi-totalité des pays de nombreux retards de paiement, 15 à 30 jours au minimum  selon les premières estimations.

Décidemment la Nouvelle Zélande est vraiment le pays number one en matière de comportement payeur. Selon une étude d’Illion publiée fin décembre 2019, le délai moyen de retard était de 5,5 jours, ce que les observateurs locaux estimaient être une détérioration (légère) par rapport aux années précédentes ! 82 % des factures étaient réglées dans les délais contractuels. Neuf mois plus tard, en pleine pandémie, le même prestataire publie le bilan du 3e trimestre 2020 : les retards de paiement atteignent 5,9 jours ! Et le pourcentage de paiements dans les délais négociés n’a pas bougé : 82 %.

Comme les années précédentes, ce sont les TPE qui respectent le plus les délais négociés (4,5 jours de retard en moyenne) et les grands groupes qui tardent le plus (7,2 jours en moyenne). De son côté, Euler Hermes, dans son étude sur le DSO mondial « Payment Behavior » (mai 2019) place la Nouvelle Zélande à la première place des 36 pays analysés avec un délai moyen de paiement réel à faire rêver : 43 jours.

Acomptes à la commande
Il est possible d’en négocier, mais c’est parfois difficile car cela peut être considéré comme une marque de méfiance par le client néo-zélandais.

Garanties bancaires locales

Pas de problème pour obtenir des lettres de crédit standby ou des garanties de bonne fin de paiement. Le délai d’obtention est en principe très rapide. Les coûts dépendent de la banque et de la surface financière du donneur d’ordres.

Tribunal compétent en cas de litige

• Tribunal local. Les décisions sont assez rapides.
• De plus, le droit néo-zélandais est mieux adapté au droit des affaires que le droit français.
• Privilégier aussi la transaction extrajudiciaire, amiable.

Classement Banque mondiale, règlement insolvabilité, 2020 : 36/190

Le conseil du crédit manager

Pays exemplaire, n°1 au classement du rapport Doing Business de la Banque mondiale, bien noté par tous les institutionnels et assureurs-crédit, avec l’un des plus faibles taux de retards de paiement, où est la faille ? En matière de défaillances d’entreprises, après deux années de forte baisse, 2018 et 2019, comme pour la plupart des pays, les assureurs-crédit sont pessimistes pour les années à venir, même si, comme dans de nombreux autres pays, des dispositions ont été prises pour « freiner » l’explosion des défaillances suite à la pandémie en cours. Émises à des périodes différentes, ces prévisions diffèrent parfois quelque peu. Ainsi, Atradius prévoit une hausse d’environ 18 % sur 2020 puis un net recul sur 2021. Euler Hermes, anticipe 14 % sur 2020 et 6 % sur 2021. Et la Coface prévoit environ 11 % pour 2020.

Bien que les entreprises néo-zélandaises soient connues pour un comportement payeur exemplaire, il est néanmoins préférable, comme en Australie, de sécuriser les opérations d’un montant significatif et les transactions réalisées avec de nouveaux partenaires commerciaux. Il est recommandé de soigner la rédaction du contrat et d’être vigilant dans le suivi des échéances.

Mobilité

Contacts

Les acteurs privés

Altios
Level 10, 21 Queen Street,
1010 Auckland, CBD
Tél. : +64 9 927 4932
l.schulter@altios.com
https://altios.fr

Logistique & Douane

Dans le classement « Doing Business 2020 » de la Banque mondiale, la Nouvelle-Zélande est classée au 63e rang mondial (-3 places par rapport à 2019) pour la performance du commerce transfrontalier. Sont mesurés dans cette rubrique les délais et les coûts (hors droits de douane) associés à trois catégories de procédures : respect des exigences en matière de documentation, respect des procédures de commerce transfrontalier et transport intérieur. Les délais sont fournis en nombre d’heures et les coûts en dollars US. Le transport intérieur n’est toutefois pas intégré dans la note finale.

À l’export : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 37 h. ; coût 337 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (3 h. ; 67 USD).

À l’import : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 25 h. ; coût 367 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (1 h. ; 80 USD).

Actualités : Nouvelle-Zélande

Affinez votre analyse

Risques et paiements :
Accéder aux scores et avis d’expert
.

Bienvenue !

Connectez-vous

Créer un compte

Merci de compléter le formulaire

Réinitialisez votre mot de passe

Veuillez saisir votre nom d'utilisateur ou votre adresse e-mail pour réinitialiser votre mot de passe.