fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

8 octobre 2019

Moci communication. Dossier Hongrie 2019 : sciences de la vie

 

 

 

 

 

 

L’industrie pharmaceutique hongroise est née au début du XXe siècle et a connu un réel essor grâce à sa capacité en matière de R&D. Huit des dix principaux groupes pharmaceutiques et biotech mondiaux sont présents en Hongrie.

 

Avant la deuxième guerre mondiale, la Hongrie disposait déjà de laboratoires pharmaceutiques réputés, qui exportaient une partie de leur production. Le pays faisait figure de leader en Europe centrale et orientale. La libéralisation mise en œuvre à partir des années 90 a entraîné une vague importante d’investissements des laboratoires étrangers (Sanofi, Bayer, Servier, GSK, Teva, etc.) qui ont donné une impulsion nouvelle et décisive à cette activité. Le montant investi dépasse les 3 milliards d’euros. Les entreprises étrangères concentrent plus de 70 % de la valeur ajoutée du secteur qui compte aussi des acteurs hongrois puissants et compétitifs : le distributeur Hungaropharma et le laboratoire Gedeon Richter. La production pharmaceutique hongroise recouvre une large palette de produits : analgésiques, probiotiques, anticonvulsifs, antihistaminiques, etc. Un autre point fort de la Hongrie réside dans les essais cliniques internationaux (plus de 300 réalisés chaque année).

Le secteur occupe une place importante dans l’économie hongroise. Il représente plus de 6 % de la production manufacturière et environ 4 % du PIB hongrois, soit autant que l’agriculture. Plus de 75 % du chiffre d’affaires est réalisé à l’export. La Hongrie est le premier pays exportateur en Europe centrale et orientale.

 

Le poids de la R&D
Les laboratoires étrangers n’ont pas investi pour simplement « vendre » en Hongrie. Ils se sont installés pour développer l’offre locale et faire de la Hongrie une composante stratégique de leurs stratégies mondiales d’investissement. Les bons résultats obtenus par leurs filiales les ont conduits à réinvestir régulièrement dans le pays depuis presque trente ans.

Un des atouts clés de l’attractivité de la Hongrie réside dans l’importance de l’effort en matière de R&D. La Hongrie dispose d’une longue tradition dans ce domaine comme l’atteste le nombre élevé de lauréats du Prix Nobel (11 en tout). Quatre grandes universités hongroises (Budapest, Debrecen, Pécs et Szeged) hébergent des centres de recherche dédiés aux sciences de la vie et collaborent avec les sociétés privées qui disposent par ailleurs de leurs propres centres de R&D. Les sciences de la vie concentrent près de 40 % des dépenses de R&D de l’industrie manufacturière hongroise.

Ce savoir-faire permet de mettre en place des projets de collaboration dans une logique « gagnant-gagnant ». Le laboratoire français Egis a lancé, en 2016, un projet avec l’Université de Pannonie, l’Université de Szeged et le Centre de recherche en sciences naturelles de l'Académie hongroise des sciences. Avec un investissement d'environ 18 millions d'euros, la société développe de nouveaux produits galéniques sur la base d’ingrédients pharmaceutiques actifs (API) déjà connus. Les nouveaux produits visent à traiter des maladies pour lesquelles il n'existe actuellement aucun traitement adéquat.

 

Une forte présence française

Les entreprises françaises ont parié sur la Hongrie. Sanofi est présent en propre et via sa filiale Chinoin. Servier a racheté Egis Gyógyszergyár, tandis que Ceva Santé Animale en a fait de même avec Phylaxia. Tous disposent d’une présence importante (R&D, production, etc.) et sont devenus des acteurs de poids de l’industrie pharmaceutique hongroise. Au cours de la période récente, plusieurs investissements ont été annoncés. En janvier 2019, le groupe Ceva Santé Animale, qui produit des vaccins vétérinaires via sa filiale Ceva Phylaxia, a informé de la construction d’une nouvelle usine et d’un centre recherche à Monor, soit un investissement de 26,3 millions d’euros. Ceva Phylaxia se classe au 6e rang des entreprises de soins de santé pour animaux dans le monde. C’est non seulement le plus grand centre de fabrication de vaccins, de R&D du groupe, mais aussi le plus avancé : plus de 100 millions d’euros ont été investis dans ce site depuis 2010. 95 % de la production est exportée. Le 2 octobre 2019, le groupe Sanofi, n° 2 du marché en termes de ventes, a annoncé l’implantation à Budapest d’un Centre d’excellence qui assistera les filiales du groupe en matière de comptabilité, ressources humaines et finance. Le personnel de cette unité travaillera dans sept langues différentes.