fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

8 octobre 2019

Moci communication. Dossier Hongrie 2019 : automobile

 

 

 

 

 

 

 

Les investissements des constructeurs ont entraîné dans leur sillage ceux des fournisseurs. Le développement des capacités de production a été associé à la multiplication des centres de R&D, ce qui permet à l’industrie automobile d’aborder le virage technologique en cours.

 

Encore peu importante avant 1990, l’automobile est devenue un secteur stratégique. C’est la principale industrie du pays puisque l’automobile (constructeurs et fournisseurs) représente 30 % de la production manufacturière du pays. C’est aussi le premier poste des exportations de marchandises de la Hongrie (20 % du total). Plus de 90 % de la production est exportée, principalement vers l’Union européenne.

Quatre constructeurs internationaux ont installé des usines en Hongrie : Audi, Opel (contrôlé par le groupe PSA depuis 2017), Mercedes-Benz et Suzuki. La situation géographique de la Hongrie, proche des principaux marchés de consommation européens, la qualité des infrastructures et l’existence d’une main-d’œuvre qualifiée et productive expliquent le choix de la Hongrie pour la localisation des investissements.

Selon les statistiques de l’Organisation internationale des constructeurs automobiles (OICA), 431 000 véhicules ont été assemblés en 2018, soit plus de deux fois le chiffre de 2010 (212 000). Les constructeurs produisent des véhicules mais aussi des composants (moteurs, culasses, boîtes de vitesses, etc.). L’usine d’Opel, située à Szentgotthárd, a fabriqué 313 000 moteurs en 2018 et emploie un millier de salariés.

 

Le poids des équipementiers
L’implantation des constructeurs a donné lieu au développement d’un tissu important d’équipementiers (Robert Bosch, Continental, Valeo, Faurecia, etc.) et de sous-traitants. 43 des plus gros équipementiers mondiaux sont présentes en Hongrie. Au total, la filière automobile rassemble plus de 700 fournisseurs et emploie plus de 140 000 salariés.

Le groupe japonais DENSO est installé à Székesfehérvár depuis 1997 et emploie désormais plus de 5 000 salariés (intérimaires compris). En l’espace de dix ans, l’usine hongroise est devenue le site de fabrication le plus important au sein du groupe DENSO à l’extérieur du Japon.

 

L’importance de la R&D
Les groupes étrangers (constructeurs et équipementiers) sont engagés dans une logique d’innovation. De nombreux centres de R&D ont été créés, en collaboration avec les universités et les grandes écoles d’ingénieurs. Le centre de compétence de Thyssenkrupp à Budapest a développé un système méchatronique complexe associant logiciel et matériel informatique, de sorte que les fabricants automobiles sont d’ores et déjà en mesure de produire des volants d’une précision et d’une maniabilité uniques. Ce système permet également de réduire la consommation des voitures particulières, tout en assurant une direction plus fiable sur la route.

Cette stratégie permet à l’industrie automobile hongroise de répondre aux nouveaux défis du secteur : véhicule électrique, véhicule autonome et connecté (projet ZalaZONE), digitalisation des processus industriels, utilisation de l’intelligence artificielle, etc.

 

Un avenir prometteur
Les investissements des constructeurs intègrent cette réorientation stratégique. En juillet 2018, Audi a démarré la production de moteurs électriques pour le modèle e-tron Quattro dans son usine de Györ. Un an plus tard, le groupe a annoncé une augmentation de la capacité par rapport aux 400 moteurs/jour initialement prévus et la production d’une nouvelle génération de moteurs électriques.

Cinquième constructeur arrivé en Hongrie, l’allemand BMW poursuit la construction de sa première usine, qui sera située près de Debrecen, dans l’est du pays. Suite à l’annonce officielle du projet en juillet 2018, la Hongrie sera l’unique pays (à part l’Allemagne, bien sûr) à héberger les trois marques de prestige d’outre-Rhin. La capacité prévue pour ce nouveau site est de 150 000 automobiles par an et l’investissement s’élève à 1 milliard d’euros. Cette unité, qui sera mise en route en 2023, produira des véhicules à moteur aussi bien thermique qu’électrique.