fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

UE / Japon : les détails connus du compromis sur le JEFTA

13 juillet 2017


L’annonce, que nous avions anticipée dès la veille*, avait été minutieusement orchestrée. À Bruxelles comme à Tokyo, il s’agissait d’envoyer un signal fort, en faveur du libre-échange, à la veille du sommet du G20 qui s’est tenu les 7 et 8 juillet à Hambourg. C’est dans ce contexte que l’accord politique ouvrant la voie à une entrée en vigueur de l'accord de libre-échange entre l'Union européenne (UE) et le Japon, le JEFTA (Japan Europe Free Trade Agreement) en 2019, a été scellé à Bruxelles le 6 juillet dernier par Donald Tusk, Jean-Claude Juncker – les présidents du Conseil et de la Commission – et Sinhzo Abe, le Premier ministre japonais. « Le texte final couvrira 99 % des échanges bilatéraux », confiait une source européenne à l’issue du sommet bilatéral. Négociés dans le plus grand secret, les textes de l’accord n’ont pas encore été rendus publics. Mais leur objectif est clair, se justifie-t-on à la Commission : organiser dans le temps la réduction ou la suppression des droits de douane sur les produits et les services circulant entre les deux partenaires. Abolition des droits de douane sur 85 % des produits agroalimentaires Côté européen, c’est bien le volet agricole – principal intérêt offensif pour l’UE...

L'accès à la totalité de l'article (816 mots) est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.
Se connecter Pas encore lecteur ? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Cet article : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres
Contenu associé