fbpx

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

X

NEWSLETTERS DU MOCI


Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'ainstance->generate_random_word(); $prefix = mt_rand(); $img_name = $captcha_instance->generate_image( $prefix, $word ); ?>

CODE DE SECURITE :

captcha

Attention !

Il semblerait que vous ayez déjà souscrit à cette offre.

Je poursuis quand même
X

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

X

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Dossier

Dossier spécial Sénégal 2014
29 mai 2014

Sénégal : le grand challenge de l’émergence

© CptHaddock - Fotolia.com

C’est autour du futur aéroport international de Dakar que l’Etat étend la toile des nouvelles infrastructures. Avec une vision : faire du Sénégal une économie émergente à l’horizon 2035.   C’est en juillet 2015 que sera effectué le premier vol au départ du nouvel aéroport international Blaise Diagne (AIDB), situé à 45 km à l’est de Dakar, à Diass. Ouvert dans les années 60 à Yoff, au cœur de la presqu’île du Cap-Vert, l’actuel aéroport Léopold Sédar Senghor (ALSS) « ne sera plus utilisé pour les vols commerciaux », explique au Moci Stephan Velten, senior project manager chez Fraport AG, la compagnie allemande qui a acquis la concession de l’AIBD pour 25 ans. La conception et la construction du nouvel ouvrage sont confiées à Saudi Bin Laden Group (SGB). Le 25 février dernier, à Paris, le directeur général d’AIDB, Abdoulaye Mbodji, indiquait que « plus de 670 millions d’euros avaient déjà été investis » dans ce projet très international, associant également deux grandes banques, BNP Paribas (France) et BMCE (Maroc), et des sociétés de conseil technique de renommée internationale : Groupe Studi International-Egis-Saci (Tunisie-France-Sénégal) pour la validation des études et Tecsult-Aecom (Canada), Baera...

Il vous reste 87% de l'article à lire
Ce dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité et contient 7 articles
Sénégal : le grand challenge de l’émergence
Se connecter
Pas encore lecteur? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Ce dossier : 5.00 €
par porte monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres