fbpx s

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

commerce extérieur de janvier 2017
© DOC RABE Media - Fotolia.com
Pays & marchés

La baisse des importations, grâce à la contraction des achats d’hydrocarbures et de produits raffinés mais aussi des produits de l’aéronautique, a permis une baisse du déficit commercial de la France au 1er semestre 2014 : avec 246,661 milliards d’euros (FAB-FAB), les importations françaises ont ainsi fléchi de 1,2 % et le déficit a été contenu à 29,2 Mds EUR.

On pourrait se réjouir de cette tendance si elle s’était accompagnée d’une bonne dynamique des exportations, ce qui n’est pas le cas : avec un recul de 0,2 %, elles manquent de dynamisme, c'est le moins que l'on puisse dire*.

L'Allemagne, exception notable

Surtout, cette baisse des importations françaises, reflet d’une conjoncture économique morose, est loin d’être isolée : sauf exception, tous les grands pays importateurs mondiaux –à l’exception notable de l’Allemagne et, dans une moindre mesure, du Royaume-Uni…– accusent des baisses de leurs achats extérieurs au 1er semestre 2014, contribuant à plomber le commerce mondial. Ce qui jette une ombre sur les perspectives des… exportateurs.

Un tableau qui ressemble fort à celui que nous avons dressé récemment sur les exportations mondiales*. Ainsi, selon les données de la base GTA-GTIS (CAF-FAB), pour le 1er semestre 2014, voici les tendances au top 10 des importateurs mondiaux :

- Etats-Unis : - 1,15 % à 835,4 Mds EUR (numéro 1 mondial)
- Chine (République populaire) : - 2,7 % à 699,9 Mds EUR (n° 2 mondial)
- Allemagne : + 2,6 % à 458,9 Mds EUR (n° 3)
- Japon : - 1,9 % à 309,5 Mds EUR (n° 4)
- France : - 2,2 % à 249,1 Mds EUR (n° 5)
- Royaume-Uni : + 0,4 % à 246,4 Mds EUR (n° 6)
- Hong Kong : - 6,4 % à 210,8 Mds EUR (n° 7)
- Corée du Sud : - 1,7 % à 191,9 Mds EUR (n° 8)
- Canada : - 4,9 % à 166,9 Mds EUR (n° 9)

Marchés porteurs mais de taille plus étroite

Tous les pays n’ayant pas encore publié leurs statistiques semestrielles, et la tendance baissière touchant de nombreux pays développés et émergents, il faut descendre un peu plus bas dans le classement pour dénicher des pays qui, à l’instar de l’Allemagne, présentent des marchés d’importations dynamiques, quoique de taille plus étroite.

Citons, parmi les plus importants, l’Espagne, décidément en plein renouveau (+ 5,4 % à 128,4 Mds EUR)*, la République tchèque (+ 6,7 % à 55,6 Mds EUR), le Portugal (+3,3 % à 28,7 Mds EUR) ou encore l’Irlande (+ 5,9 % à 26,1 Mds EUR).

Christine Gilguy

*Lire : Commerce extérieur : les grands exportateurs souffrent, sauf l’Allemagne

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >