fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

© alex_black-Fotolia.com
Pays & marchés

Premier déplacement officiel d’un responsable européen de haut rang en une décennie, la visite à Buenos Aires de Federica Mogherini, le 9 mars dernier, marque le dégel de la relation bilatérale entre l’Argentine et l’Union européenne (UE). « C’est un message de confiance que je vais désormais porter en Europe concernant le processus engagé dans votre pays. Confiance dans les réformes internes, les réformes économiques, les efforts de re-connections au niveau régional et mondial », a déclaré la haute représentante, lors d’une conférence de presse commune avec son homologue argentine, Susana Malcora. « Nous voulons rappeler au monde que nous existons, renouer des relations d'amitié avec des pays dont l'Argentine s'est éloignée ces dernières années », a expliqué le ministre argentin du Budget et des finances Alfonso Prat Gay, citant notamment l'Espagne, la France, l'Italie mais aussi les États-Unis. L’arrivée au pouvoir le 10 décembre dernier de Mauricio Macri, « candidat préféré des marchés » comme titrait alors la presse nationale, a largement contribué à ce regain d’intérêt de l’UE pour la troisième économie d’Amérique latine...

Ceci est un extrait de la Lettre confidentielle du MOCI n° 184
diffusée le 17 mars 2016 auprès de ses abonnés
Pour lire la suite, cliquez ICI
Pour consulter gratuitement le sommaire de la dernière Lettre, cliquez ICI

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >