fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Afrique / Consommation : la classe moyenne, mythes et réalités

1 février 2018


D’Addis-Abeba à Lagos en passant par Casablanca, la classe moyenne fait rêver les entreprises internationales. Selon la Banque africaine de développement (Bad), 400 millions d’Africains appartiennent à la cette classe émergente. Mais qu'en est-il en réalité ? D’autres évaluations par des organisations publiques et privées vont jusqu’à diviser par 20 ce chiffre. Ce qui explique sans doute que certaines entreprises aient préféré se retirer du continent, sa croissance économique continue ces dernières années ne signifiant pas que tous les marchés, géographiques et sectoriels, y soient déjà mâtures. Alors la classe moyenne en Afrique, mythe ou réalité ? Une classe moyenne "flottante" En réalité, il est difficile de circonscrire cette catégorie de consommateurs et de l’évaluer. Et ce, pour au moins deux raisons : 1/ Le poids de l’économie informelle, jusqu’à 90 % en République démocratique du Congo (RDC) – 63 % à Kinshasa. Elle est, par nature, difficile à quantifier. Or, « une des caractéristiques classiques des classes moyennes est de jongler entre les secteurs formel et informel afin de diversifier/accumuler les ressources. Cela se traduit concrètement par le cumul d’activités professionnelles dans les deux secteurs et...

L'accès à la totalité de l'article (1387 mots) est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.
Se connecter Pas encore lecteur ? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Cet article : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres
Contenu associé