fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

© Hervé Lefebvre
CarrièresEntreprises & secteurs

Propulsé à 39 ans place Beauvau le 21 mars par l’Élysée, après la démission de Bruno Le Roux suite à des révélations sur les emplois de ses filles à l’Assemblée nationale, Matthias Fekl (notre photo) fait ainsi un bond dans la hiérarchie gouvernementale. Nommé en septembre 2014 secrétaire d’État au Commerce extérieur, à la promotion du tourisme et aux Français à l’étranger, ce conseiller régional et ex-député du Lot-et-Garonne, accède, deux ans et demi après, au portefeuille régalien et sensible de ministre de l’Intérieur, à un mois du premier tour de la présidentielle. Une forme de récompense pour ce socialiste fidèle à François Hollande et à son camp – il était jusqu'à sa promotion dans l'équipe de campagne du candidat Hamon –, qui n’a pas ménagé ses efforts pour tenter de redresser le commerce extérieur dans le cadre de la diplomatie économique initiée par Laurent Fabius, prédécesseur de l'actuel ministre des Affaires étrangères et du développement international (Maedi), Jean-Marc Ayrault. En vain au regard d'un déficit commercial qui se creuse à nouveau.

Calme et pondéré, il a été plutôt apprécié pour sa capacité d'écoute et son pragmatisme par ceux et celles, issus du public comme du privé, qui ont travaillé avec lui sur divers projets. Surtout, Matthias Fekl a su à la fois se fondre dans le cadre défini par son influent ministre de tutelle durant ses premiers mois au Quai d'Orsay, et imposer sa marque en rapprochant des opérateurs qui ne se parlaient pas –ou mal–, et en exprimant des positions fortes sur les grands dossiers de commerce international, notamment les accords de libre-échange (ALE) négociés par la Commission européenne au nom des 28...

Ceci est un extrait de la Lettre confidentielle du MOCI n° 231
diffusée le 23 mars 2017 auprès de ses abonnés
Pour lire la suite, cliquez ICI
Pour consulter gratuitement le sommaire de la dernière Lettre, cliquez ICI

 

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >