fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Actualités

Depuis 2003, les parts de marché de la France en Roumanie et en Bulgarie s´effritent. Elles sont ainsi passées respectivement de 7,3 % en 2002 à 5,7 % en 2008 et de 5,7 % à 3,3 %. Principale cause de ce recul, la progression des ventes des nouveaux Etats membres (NEM) du sud (Chypre, Malte) et de l´est de l´Union européenne (UE), notamment la Hongrie, dans l´automobile et la pharmacie, les deux pôles d´excellence de l´Hexagone en Roumanie et en Bulgarie.
 
Ce panorama peu flatteur pour la France doit, toutefois, être nuancé. D´abord, parce que même l´Allemagne, pourtant premier fournisseur de la Roumanie et numéro deux derrière la Russie en Bulgarie, sous les coups de butoir des NEM consolide difficilement ses positions. Ensuite, d´après une note des Douanes, la France tire quand même parti du rattrapage économique de la Roumanie et la Bulgarie, engagé depuis la mise en place d´accords d´association européens au milieu des années 90.

Enfin, les échanges intragroupes se sont développés, parce que les constructeurs et les équipementiers automobiles de l´Hexagone se sont implantés et les entreprises pharmaceutiques ont créé des pôles de recherche et de production dans les NEM, en particulier en Hongrie.

 

François Pargny
 

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >