fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

UE / Royaume-Uni : T. May souhaite un nouveau vote du l’accord « Brexit » début juin

16 mai 2019


Nouveau pari risqué pour Theresa May. Alors que le conseil des ministres a pris acte, le 14 mai au soir, de l’impasse totale des négociations avec le Labour - le Parti travailliste- sur le Brexit, la Première ministre britannique a annoncé qu’elle souhaitait soumettre le texte de l’accord de divorce conclu avec Bruxelles –pour la quatrième fois !-, au vote de son parlement, au cours de la première semaine du mois de juin. Un point s’impose. « Theresa May a fait part de sa détermination à Jeremy Corbyn de mener à terme ces négociations afin de mettre en œuvre, le plus rapidement possible, les résultats attendus par les électeurs à l’issue du référendum », indique un communiqué du 10 Downing Street. Objectif de la Première ministre ? Mettre le parti travailliste sous pression en vue d’obtenir le feu vert du Parlement avant la pause estivale. Ce qui permettrait la sortie ordonnée du pays de l’UE au plus tard le 1er août prochain. « Il en va de la crédibilité des deux grands partis britanniques, analyse une source à Bruxelles. La percée attendue du nouveau parti pro-Brexit de l’europhobe Nigel Farage, aux élections européennes, témoigne déjà du peu de crédit dont ils disposent aux yeux des citoyens...

L'accès à la totalité de l'article (633 mots) est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.
Se connecter Pas encore lecteur ? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Cet article : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres
Contenu associé