fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Protectionnisme / Export : la France (encore) peu touchée

3 octobre 2019


Le constat d’une montée du protectionnisme n’est pas nouveau. Mais à l’heure du bras de fer commercial entre Washington et Pékin, le think tank La Fabrique de l’Industrie s’est penché fort opportunément sur les répercussions d’une hausse des barrières au commerce dans un ouvrage intitulée « La France est-elle exposée au risque protectionniste ? ». Présenté le 2 octobre au Club du Cepii (Centre d’études prospectives et d'informations internationales), cet ouvrage de plus de 70 pages sort au moment où l’Organisation mondiale du commerce (OMC) vient de réviser sa prévision de croissance des échanges de biens, de 2,6 % à 1,2 % en 2019. Or, selon l’OMC, ce serait l’Amérique du Nord et l’Asie qui trinqueraient (la croissance de leur commerce pourrait tomber en Amérique du Nord de 4,3 % en 2018 à 1,5 % en 2019 et de 3,8 % à 1,8 % en Asie). La France profite de l’intégration régionale Le continent européen serait moins touché, ce que corrobore l’étude de la Fabrique de l’Industrie. La raison principale est que l’Union européenne (UE), et donc la France, est « une des régions les plus insérées dans les chaînes de valeur mondiale », constatait l’économiste Anne-Sophie Alsif, co-auteure de l’ouvrage. En se fondant...

L'accès à la totalité de l'article (1040 mots) est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.
Se connecter Pas encore lecteur ? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Cet article : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres
Contenu associé