fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Moyen-Orient / Export : la France, victime du conflit Iran-Etats-Unis, lors de laconférence Ifri Perspectives 2020 Afrique du Nord et Moyen-Orient
© François Pargny

Moyen-Orient / Export : la France, victime du conflit Iran-États-Unis

30 janvier 2020


Au Moyen-Orient, la politique de la France est une victime du conflit qui s’envenime entre les États-Unis et l’Iran, surtout depuis l’assassinat, le 3 janvier, en Irak du général iranien Qassem Soleimani, le chef de la force Al-Qods, branche armée des Gardiens de la révolution à l’étranger. Ce qui est vrai sur le plan politique l’est aussi sur le plan commercial. En Iran, Paris a joué un rôle majeur dans la signature de l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien ou plan d'action conjoint (en anglais : Joint Comprehensive Plan of Action / JCPoA), le 14 juillet 2015. Il en a été de même après le retrait des États-Unis du JCPoA, avec la création, en janvier 2019, d’Instex (acronyme anglais pour Instrument in Support of Trade Exchanges), une société proposant un système de compensation des échanges commerciaux pour contourner les sanctions américaines. Des efforts jusqu’à présent insuffisants pour éviter que les exportations françaises ne tombent à un niveau historiquement bas. Ainsi, sur les onze premiers mois de 2019, elles s’établissaient à 345 millions d’euros, composées essentiellement de médicaments, d’optique, de produits chimiques organiques et de céréales. Ce montant était encore inférieur aux 373 000 euros de ventes...

L'accès à la totalité de l'article (946 mots) est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.
Se connecter Pas encore lecteur ? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Cet article : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres
Contenu associé