fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

Informations importantes

Les paiements sur le site sont momentanéments indisponible suite à une maintenance.
Nous revenons très vite !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Australie : les clés du succès de Naval Group, selon Ch. Lecourtier et A. Sajous

28 juin 2018


A l’occasion du lancement le 21 juin du programme Maritime Connection Days in Australia*, qui vise à aider la « French Team maritime » à réaliser le méga-contrat de sous-marins remporté en 2016 par DCNS** -aujourd’hui Naval Group- Christophe Lecourtier, directeur général de Business France, et Antoine Sajous, directeur au sein de Naval Group du programme Australian Future Submarine Program Sovereignty, sont revenus sur un concept de stratégie à l'export qui a été insuffisamment souligné alors qu'il explique au moins en partie le succès de l'offre française sur ce marché. Ce concept est celui de « souveraineté ». Selon Christophe Lecourtier, qui connaît bien le projet, puisqu’il était à l’époque des faits l’ambassadeur de France à Canberra (juillet 2014-juin 2017), il était important de le prendre en compte pour au moins deux raisons. La première raison est qu’il y avait « une thématique de l’emploi » un peu sensible à l'époque. En effet, au moment où les constructeurs automobiles choisissaient d’abandonner le sud de l’Australie, la création d’environ 2 800 emplois aux chantiers navals d’Adélaïde (Australie méridionale) était une bouée de sauvetage aux yeux du Premier ministre Malcom Turnbull, beaucoup moins...

L'accès à la totalité de l'article (880 mots) est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.
Se connecter Pas encore lecteur ? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Cet article : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres
Contenu associé