fbpx

Portugal

Économie

Informations pays

Population (millions, 2018) : 10,3.
Capitale : Lisbonne
Devise : Euro

Indicateurs économiques :
Taux de croissance du PIB réel (1) : 2018 : 2,1 % ; 2017 : 2,8 %
Revenu national/hab. en parité de pouvoir d’achat (USD, 2017) (2) : 31 840

Source : (1) Eurostat. (2) Banque mondiale.

Commerce extérieur

Échanges de marchandises (2018, Mds EUR, évolution sur 2017) :
Export : 57,963 (+5,31 %)
Import : 75,019 (+7,96 %)

Cinq premiers fournisseurs (avec part de marché) :
1 – Espagne 31,41 %
2 – Allemagne 13,85 %
3 – France 7,64 %
4 – Italie 5,34 %
5 – Pays-Bas 5,2 %

(Exportations françaises 2018 : 5,307 Md EUR, +10,21 %)

Source : IHS Markit Global Trade Atlas.

Risques et paiements

La Rédaction du Moci a réuni un ensemble de notes, scores et paramètres d’évaluation couvrant d’une part le risque macro-économiques associés à un pays, d’autre part la solvabilité générale des entreprises de chaque pays.
A ces indicateurs de solvabilité sont associés les environnements et procédures associées aux démarches de recouvrement pouvant être réalisées dans chaque pays.
Enfin, un expert du Moci a rédigé une note de synthèse associée à cet environnement risque pour la plupart des pays du globe.

Environnement des affaires 

Classement « Doing Business 2019 » (1) : 34/190 (France 32e)
Indice de perception de la corruption (2) : 30/180

Sources : (1) Banque mondiale (2) Transparency International.

Notes de risque pays

OCDE : N. C. (janvier 2019)
Euler Hermes : BB1 (risque de court terme faible – avril 2019)
Coface : pays A2 ; environnement des affaires A2 (avril 2019)
Credendo : court terme : 1/7 ; commercial : B ; risque de transfert : 1/7 (avril 2019)
Atradius : 4/10 négatif (avril 2019).

Appréciation du crédit manager Moci

Risque pays : bon, mais à surveiller
Risque client : mauvais

Le conseil du crédit manager
Les entreprises portugaises continuent d’afficher un très mauvais comportement payeur et le Portugal fait partie des plus mauvais élèves de l’Europe. Six années consécutives de très forte hausse des défaillances d’entreprises, puis deux années de baisse (2016 et 2017) et sauf imprévu, il devrait en être de même pour 2018 et 2019.
Les trop nombreux retards de paiement doivent inciter à la plus grande prudence et à beaucoup de rigueur.

À noter que si tous les prestataires sont d’accord sur cette dégradation constante, les chiffres varient d’une source à l’autre et les rares statistiques nationales ne sont guère convaincantes. Les banques portugaises sont toujours assez réticentes à émettre des lettres de crédit standby bien que l’on soit dans un pays européen, qui plus est de la zone euro. Néanmoins, si l’on ne peut pas négocier un paiement d’avance et si le client insiste pour un paiement différé, il est conseillé d’essayer de proposer cette formule au client et à son banquier portugais.

Attention, dans la plupart des cas, pour être efficace, la clause de réserve de propriété (« pacto de reserva de domínio ») doit être enregistrée. Mais surtout, elle doit avoir été clairement acceptée par l’acheteur, sinon elle sera systématiquement rejetée en cas de faillite de ce dernier.

Obtenir des renseignements de notoriété sur l’acheteur

Attention à la qualité de l’information sur les entreprises portugaises : elle est très faible, car les données fiables sont difficilement disponibles.
Pour les informations de base, on peut essayer les principaux acteurs présents en France sur le marché de l’information sur les entreprises : Altares, Bureau Van Dijk, Ellisphere, Intersud…

Moyens de paiement

Monnaie locale
L’euro.

Conseillés
Virement Swift, éventuellement garanti par une assurance-crédit. Pour des montants très élevés, éventuellement un crédit documentaire, la lettre de crédit standby n’étant guère pratiquée…

Déconseillés
Chèques, effets de commerce et remises documentaires.

Conditions de paiement

Délais de paiement habituels
Le délai légal de paiement recommandé au Portugal est de 30 jours, mais il n’est guère respecté. Selon Intrum Justitia (European payment report 2018) le délai moyen accordé serait de 53 jours pour le secteur privé et 54 pour le secteur public.

Le Portugal a finalement transposé dans son droit national la Directive nº 2011/7/UE sur les délais de paiement dans un Décret nº 62/2013, paru au Journal Officiel du 10 mai 2013. Le délai standard est réputé être de 30 jours, avec un maximum de 60. Contrairement à la France, le Portugal a prévu (article 4 du décret précité alinéa 5) de pouvoir dépasser ce délai à condition que ce soit contractuel, si la situation économique le justifie et si cela ne constitue pas une pratique discriminatoire. Essayez de négocier des paiements d’avance avec escompte.

Risques de retards de paiement
La situation n’est guère brillante, au contraire. Les différentes études sont unanimes à constater que les retards sont très fréquents et que la situation se dégrade nettement. En mai 2018, l’étude « Payment behavior » sur le DSO (Days sales outstanding) d’Euler Hermes, indiquait un DSO de 74 jours pour le Portugal.

Intrum Justitia dans son étude précitée, indique un retard moyen de 12 jours pour les entreprises privées et de 32 jours pour le service public.

Selon Altares, à la fin du troisième trimestre 2018, le délai moyen de retard est de 26 jours ! Lot de consolation : ce délai est stable depuis près de deux années. Pour rappel, ils avaient atteint le chiffre record de 29,7 jours en 2015 et 32,1 jours à fin 2014. Mais surtout, le pourcentage d’entreprises réglant leurs factures sans retard est de plus en plus bas : 15,6% contre 20,2 % il y a deux ans. C’est le plus mauvais élève, et de loin, des pays de l’Union européenne analysés dans cette étude.

Selon Dun & Bradstreet, plus de 11 % des entreprises payent avec un retard d’au moins 90 jours…

Acomptes à la commande
Il est possible d’en obtenir, mais cette pratique est peu courante et parfois mal vue. À étudier en fonction du montant de la commande.

Garanties bancaires locales

Il est possible d’obtenir une garantie bancaire, que ce soit une garantie à première demande ou un cautionnement solidaire. Mais le montant, le coût et le délai d’obtention de la garantie dépendront des relations de la banque sollicitée avec l’importateur et de la ligne de crédit qu’elle a avec lui.

Tribunal compétent en cas de litige

• Ce sont les tribunaux civils ou de première instance qui jugent les litiges commerciaux au Portugal. Attention à la lourdeur des procédures ! Comme en Espagne, lenteur des tribunaux et extrême formalisme caractérisent en effet le système judiciaire. Une action engagée en France sera plus efficace.
• Dès le début de l’action, il est recommandé de prendre des mesures conservatoires afin de sécuriser les actions ultérieures.
• Enfin, dernière recommandation importante : pour être valable et opposable aux tiers, la clause de réserve de propriété doit avoir été enregistrée.

En matière d’injonction de payer européenne, le tribunal compétent est le Tribunal da Comarca do Porto (varas cíveis) (tribunal d’arrondissement de Porto, chambres civiles).

Mobilité

Contacts

Les acteurs publics

Business France
Bureau de Lisbonne
Rua Dom Pedro V, 132-134
1250-095 Lisbonne
Tél. : +351 21 381 40 50
https://www.businessfrance.fr
Service économique régional de la DG Trésor
SE de Lisbonne
Tél. : +351 21 393 92 60
https://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/PT

Les acteurs privés

CCI luso-française
Localisation : Lisbonne
Avenida da Liberdade, 9 – 7
1250-139 Lisboa
Tél. : (+351) 21 324 19 90
info@ccilf.pt
http://www.ccilf.pt

Logistique & Douane

Dans le classement « Doing Business 2019 » de la Banque mondiale, le Portugal est classé au 1er rang mondial (inchangé par rapport à 2018) pour la performance du commerce transfrontalier. Sont mesurés dans cette rubrique les délais et les coûts (hors droits de douane) associés à trois catégories de procédures : respect des exigences en matière de documentation, respect des procédures de commerce transfrontalier et transport intérieur. Les délais sont fournis en nombre d’heures et les coûts en dollars US. Le transport intérieur n’est toutefois pas intégré dans la note finale.

À l’export : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 0 h. ; coût 0 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (1 h. ; 0 USD).

À l’import : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 0 h. ; coût 0 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (1 h. ; 0 USD).

Actualités : Portugal

Affinez votre analyse

Risques et paiements :
Accéder aux scores et avis d’expert
.

Bienvenue !

Connectez-vous

Créer un compte

Merci de compléter le formulaire

Réinitialisez votre mot de passe

Veuillez saisir votre nom d'utilisateur ou votre adresse e-mail pour réinitialiser votre mot de passe.