fbpx

Arabie Saoudite

Économie

Informations pays

Population (millions, 2019) : 34,082
Capitale : Riyad
Devise : Riyal saoudien (SAR)
Décalage horaire avec la France : +2 h en hiver, +1 h en été.
Climat :
À Riyad
Température moyenne la plus basse en janvier : 6,9°C.
Température moyenne la plus haute en juillet : 43,4°C.

Indicateurs économiques :
Taux de croissance du PIB réel (1) : 2020 : -5,4 % (estim.) ; 2019 : 0,33 %
Revenu national/hab. en parité de pouvoir d’achat (USD, 2019) (2) : 49 400

Source : (1) FMI (2) Banque mondiale.

Conjoncture

La crise sanitaire a fortement affecté les performances économiques de l’Arabie saoudite avec une contraction du PIB de -4,1% en 2020. Ce résultat est meilleur que ce que prévoyaient les principales institutions financières internationales qui retenaient, en octobre 2020, une baisse du PIB de -5,4%. Après une forte chute de l’activité au 2ème trimestre (-7%) en glissement annuel, l’économie a enregistré une reprise progressive au second semestre : le PIB s’est contracté de 4,6% au 3èmetrimestre et de 3,8% au 4ème trimestre. Pour 2021, la prévision de croissance du FMI est de +2,9%.

Le secteur pétrolier a été particulièrement affecté sous le double effet de la chute des cours et des réductions de production décidées par l’alliance OPEP+ en avril et juin 2020. La reprise de la demande, tirée par les économies asiatiques, s’est traduite dans un premier temps par une stabilisation des cours autour de 40 USD le baril sur la période juin-octobre, puis par une augmentation en novembre et décembre. Les cours du baril de Brent, sont ainsi passés de 37,8 dollars le baril début novembre à 51,8 dollars fin décembre, soit une hausse de +37%. Sur l’ensemble de l’année 2020, le prix moyen du baril a été de 42 dollars, inférieur de -35% à son prix moyen de 2019 (64,3 USD).

En 2020, l’inflation s’est élevée à 5,3%, conséquence des hausses des tarifs douaniers et de la TVA. Il s’agit du niveau d’inflation le plus élevé depuis 2009. En 2018, l’inflation s’était établie à 2,2% sous l’effet de l’introduction de la TVA à 5% en janvier 2018 et des fortes augmentations des prix administrés de l’énergie (multiplication par deux des prix des carburants et hausses des tarifs de l’électricité). Pour 2021, la prévision d’inflation est de +2,9%.

La reprise économique attendue en 2021, sera tirée en particulier par la mise en œuvre des grands programmes d’infrastructures, dont le rythme a été ralenti au plus fort de la crise, au second trimestre 2020, mais reprend aujourd’hui. Les mégaprojets (NEOM, Red Sea, Amaala et Qiddiya), emblématiques de la Saudi Vision 2030, sont poursuivis conformément aux plans d’origine. Le fonds souverain, le Public Investment Fund (PIF), qui pilote ces projets, dispose de disponibilités financières importantes et n’est pas exposé à la pression qui pèse sur les finances publiques.

Annoncée fin janvier 2021, la stratégie du PIF pour la période 2021-2025 prévoit des investissements de 40 Mds USD par an, centrés sur le développement de nouveaux secteurs de l’économie nationale avec un objectif de création de 1,8 million d’emplois d’ici cinq ans. Le montant des actifs sous gestion du PIF était estimé à 360 Mds USD à la fin de 2020.

Le défi majeur des autorités saoudiennes reste la capacité à attirer les investissements internationaux, indispensables à la réussite des objectifs de diversification économique. Parmi ces secteurs d’avenir : le tourisme et l’industrie des loisirs, l’innovation et l’économie numérique, les énergies renouvelables et la production manufacturière. Les investissements étrangers en Arabie saoudite sont historiquement faibles. En 2019, selon le rapport de la CNUCED, les investissements directs étrangers avaient augmenté de 7% entre 2018 et 2019, atteignant 4,6 Mds USD. Le ratio IDE/PIB était de 0,6% en 2019. Les autorités saoudiennes visent un ratio IDE/PIB de 5,7% en 2030.

La contrainte budgétaire incite les autorités à une accélération du programme de privatisations. Selon le ministre des Finances, l’État anticipe des recettes issues de cessions d’actifs de l’ordre de 13 Mds USD sur les quatre prochaines années. Ce programme a pour principaux objectifs de renforcer le rôle du secteur privé national dans l’économie, d’attirer des investissements étrangers, de désengager partiellement l’État de certaines activités de services tout en renforçant ses compétences en matière de régulation. Les projets sous forme de PPP, centrés dans les secteurs de l’eau et de l’électricité (en particulier ENR), devraient se diversifier dans de nouveaux secteurs tels que les transports, la santé et l’éducation.

Source : DG Trésor. https://www.tresor.economie.gouv.fr

Commerce extérieur

Échanges de marchandises (2019, Md USD, évolution sur 2018) :
Export : 261,603 (-11,13 %)
Import : 153,163 (+11,74 %) 

Cinq premiers fournisseurs 2018 (avec part de marché) :

1 – Union européenne 22,5 %
2 – Chine 16,5 %
3 – États-Unis 13,4 %
4 – Emirats arabes unis 8,9 %
5 – Inde 4,2 %

(Exportations françaises 2019 : 2,98 Mds EUR, -13,96 %) 

Source : OMC et IHS Markit Global Trade Atlas pour les exportations françaises.

Risques et paiements

La Rédaction du Moci a réuni un ensemble de notes, scores et paramètres d’évaluation couvrant d’une part le risque macro-économiques associés à un pays, d’autre part la solvabilité générale des entreprises de chaque pays.

A ces indicateurs de solvabilité sont associés les environnements et procédures associées aux démarches de recouvrement pouvant être réalisées dans chaque pays.

Enfin, un expert du Moci a rédigé une note de synthèse associée à cet environnement risque pour la plupart des pays du globe.

Appréciation du crédit manager Moci

Risque pays : moyen à surveiller
Risque client : bon, mais à surveiller

Notes de risque pays

OCDE : 2/7 (janvier 2020)
Euler Hermes : B2, risque de court terme moyen (novembre 2020)
Coface : pays C ; environnement des affaires B (novembre 2020)
Credendo : court terme : 2/7 ; commercial : C ; risque de transfert : 3/7 (novembre 2020)

Environnement des affaires
Classement « Doing Business 2020 » (1) : 62/190 (France : 32e)
Indice de perception de la corruption (2) : 51/180

Sources : (1) Banque mondiale (2) Transparency International.

Obtenir des renseignements de notoriété sur l’acheteur

Attention, la fiabilité des informations est assez discutable, car la non-publication des comptes est très fréquente, même pour des sociétés cotées. 

Pour information, il existe un organisme créé en 2002 mais opérationnel depuis 2004, the Saudi Credit Bureau, sous la supervision de l’autorité monétaire saoudienne, la Saudi Arabian Monetary Agency (SAMA). Cet organisme est habilité à fournir des informations sur les sociétés, mais uniquement à des établissements bancaires. 

C’est avec curiosité que nous suivons également l’initiative de deux sociétés, Bayan Credit Bureau, créé à Ryad en novembre 2015, d’une part, et le groupe italien CRIF d’autre part, qui ont annoncé en mars 2016 la constitution d’une société privée de renseignement commercial dont l’un des objectifs est de fournir des prestations aux entreprises locales et plus particulièrement des PME. Cet organisme a obtenu une licence de la SAMA pour pouvoir exercer. Nous leur souhaitons bonne chance mais on peut être sceptique vu l’opacité des comptes des entreprises. Voici leur contact :

Voici leur contact :
• Bayan Credit Bureau
www.bayancb.com
Contact : bd@bayancb.com

Quelques autres contacts de sociétés spécialisées basées à Chypre :
• Cedar Rose Int. Services Ltd
Société de l’Arab Business Information, basée à Chypre et spécialisée sur le Maghreb, le Proche et le Moyen-Orient. Une des meilleures sources parmi les prestataires sur la zone.
www.cedar-rose.com
Tél. : +357 25 346630
orders@cedar-rose.com

• Elekora Ltd.
www.elekora.com
Tél. : +357-22-664475
elekora@elekora.com
Et comme souvent, recourir aux réseaux d’affaires français et européens sur place.

Moyens de paiement

Monnaie locale
Le riyal saoudien (SAR).
Totalement convertible.

Taux de change au 19 novembre 2020 :
1 EUR = 4,44833 SAR
1 SAR = 0,22459 EUR
1 USD = 3,74888 SAR
 SAR = 0,26652 USD

Meilleures monnaies de facturation des échanges
Dans les opérations privées, majoritairement le dollar américain. Mais, de plus en plus souvent, l’euro est accepté.
Dans le cas de grands contrats par appels d’offres passés avec des entreprises publiques, le SAR est souvent imposé. Il est alors nécessaire de prévoir une clause d’indexation, soit sur le dollar (USD), soit sur l’euro (EUR).

Conseillés
Selon le montant de la transaction, virement bancaire garanti par une assurance-crédit ou encore par une lettre de crédit standby, de plus en plus utilisée en Arabie Saoudite (c’est l’une des options préférées des exportateurs américains). Sinon, crédit documentaire irrévocable et éventuellement confirmé.

Déconseillés
Tous les autres. Attention en particulier au nombre élevé de chèques sans provision, même si on constate actuellement une nette baisse (- 27 % fin 2012 par rapport à fin 2011, selon la SIMAH).

Conditions de paiement

Délais de paiement habituels
De plus en plus de paiements d’avance (30 à 35 %), sinon majoritairement à 30 jours. Sur de très gros contrats, quelques opérations entre 45 et 60 jours. Ne pas aller au-delà. Résister à la pression des acheteurs qui essayent d’obtenir des délais bien plus élevés car localement, plus de 50 % des opérations sont à plus de 60 jours.

Risques de retards de paiement
Certaines des données ci-après sont issues d’informations recueillies avant la pandémie de Covid-19. Suite à celle-ci, on a constaté dans la quasi-totalité des pays de nombreux retards de paiement, 15 à 30 jours au minimum selon les premières estimations.

Dans son étude sur l’évolution du BFR dans le monde, publiée fin juillet 2020, Euler Hermes mentionne pour l’Arabie Saoudite en 2019, un DSO moyen de 74 jours (77 en 2018), 25 % des entreprises payant en moyenne après 108 jours.

Le risque de retard de paiement n’est pas négligeable avec l’ensemble des administrations publiques saoudiennes (y compris avec les agents fournissant les administrations publiques). Secteurs public et privé confondus, les délais de paiement se dégradent. Ces délais, qui se diffusent ensuite aux sous-traitants locaux, peuvent parfois atteindre un an. Pour les transactions avec le privé, des retards de 10 à 30 jours, sont souvent constatés, généralement pour des problèmes administratifs. 

Acomptes à la commande
Demander des acomptes est possible et recommandé pour la première commande : ils peuvent atteindre 50 % du montant total. En contrepartie, il vous sera demandé une garantie de restitution d’acompte au profit du client.

Garanties bancaires locales

Il est possible d’en obtenir. De plus en plus souvent, elles sont émises sous forme de lettres de crédit standby.
Parmi les banques émettrices, signalons par exemple, la National Commercial Bank ou encore la SAAB (HSBC).
Attention, les garanties de marché doivent être émises selon les modèles définis par la Saudi Arabian Monetary Agency (SAMA).

À noter que sur l’Arabie Saoudite, il n’y a pas d’obligation de faire émettre de garanties locales contre-garanties par une banque de l’exportateur. On peut faire émettre une garantie directe, émise par une banque étrangère. C’est ce que l’on appelle les « mediation guarantees ». Dans ce cas, elle doit être notifiée par une banque locale, dont la seule responsabilité est de vérifier que la garantie émise par la banque étrangère est conforme aux spécifications de la SAMA.

Tribunal compétent en cas de litige

• Le Grievance Board ou, pour les litiges d’ordre bancaire, le SAMA Banking Dispute Comittee (Comité de la Banque centrale saoudienne).

• Il arrive que les partenaires saoudiens portent le contentieux devant un tribunal chariah où l’issue du procès est incertaine. La langue des débats est toujours l’arabe. La création de tribunaux de commerce faisait partie des réformes annoncées en juillet 2005 et le 8 juin 2020 est entrée en vigueur la Saudi Commercial Courts Regulation précisant les compétences et nouvelles modalités de fonctionnement de ces tribunaux de commerce. Cette même loi fixait à 5 ans le délai de prescription commerciale.

Un nouveau droit de l’arbitrage est entré en vigueur en avril 2012 (the new Saudi Arbitration Law, Décret Royal n° M34), très inspiré des Principes de l’Unidroit.

• Attention : un jugement rendu en France, selon le droit français, sera très difficile à faire exécuter en Arabie Saoudite. Les procédures locales sont lentes, onéreuses et aléatoires.

• Essayer d’abord la transaction extrajudiciaire puis, à défaut, une cour d’arbitrage de la Chambre de commerce internationale (ICC).

Pour information, notons également la très mauvaise note attribuée à ce pays dans une récente étude d’Euler Hermes, à la complexité du recouvrement : 89 sur 100 (100 étant la plus mauvaise).

Classement Banque mondiale, règlement insolvabilité, 2020 : 168/190

Le conseil du credit manager

Si les opérations ne sont pas sécurisées ou que les clauses des contrats et des offres ne sont pas suffisamment rigoureuses, l’importateur aura tendance à en profiter pour ne pas respecter les échéances de paiement. En dehors de cette pratique, les Saoudiens étaient en général de bons payeurs et mettaient un point d’honneur à respecter leurs engagements. On peut penser qu’une politique de soutien plus restrictive des banques est à l’origine de la dégradation des délais de paiement. Les litiges, quand il y en a, finissent par se régler assez rapidement et la plupart des retards de paiement se résolvent dans un délai de 10 à 20 jours. Heureusement, car compte tenu de la complexité des opérations de recouvrement, les chances de récupérer le montant d’une créance sont très faibles.

Pour information, notons la très mauvaise note attribuée à ce pays dans une récente étude d’Euler Hermes sur la complexité du recouvrement : 94 sur 100 (100 étant la plus mauvaise) en 2018, contre 89 en 2014, soit une nette dégradation. Le pays est à la première place des 50 pays analysés, juste devant les Émirats.

Rester prudent bien évidemment, compte tenu de la difficulté d’avoir accès à des informations fiables et, également, de la complexité du droit local ou plutôt des droits locaux.

Concluons en mentionnant que la nouvelle loi saoudienne sur les faillites a finalement été signée et est entrée en vigueur début septembre 2018.

Mobilité

Chiffres clés

Population (2018) : 33,9 millions, dont population urbaine : 84 %.
Langues : arabe et anglais.
Religion : musulmane.
Nombre de Français immatriculés (2018) : 6 154.
Nombre d’entreprises françaises implantées : 81.
PIB/hab. en parité de pouvoir d’achat (2018) : 55 944 USD.
Taux de croissance du PIB (2018) : + 2,2 %.
Émissions CO2 (tonnes/hab., 2017) : 19,4 t.
Indicateur global de sécurité (GPI, 163 pays, 2018) : 129e, niveau « bas ».

Sources : MEAE, Banque mondiale, Commission européenne (base de données EDGAR), FMI, Institute for Economics & Peace pour le GPI et Le Moci.

S’y rendre

Formalités

L’Arabie Saoudite ne délivre pas de visa de tourisme. Une ouverture est envisagée mais aucune date précise d’entrée en vigueur n’est disponible. Les seuls étrangers admis dans le royaume sont les hommes d’affaires et les musulmans effectuant le pèlerinage de La Mecque.
Pour toute demande de visa (affaires ou travail), un pré-enregistrement via le site internet https://enjazit.com.sa doit être effectué pour obtenir un numéro d’application.

Les noms et prénoms du requérant, sa profession ainsi que le nom du sponsor doivent être inscrits en écriture arabe sur l’enregistrement Enjazit.

Parmi les documents à fournir doit figurer une lettre d’invitation saoudienne. Vous pouvez accéder à une version conforme de votre lettre d’invitation en vous rendant sur le site https://visa.mofa.gov.sa muni du numéro de l’invitation ainsi que du numéro de la pièce d’identité du responsable de la société. La lettre d’invitation doit être légalisée et comporter un numéro d’accord.

Depuis le 20 juin 2016, une demande d’assurance doit être effectuée sur le site https://enjazit.com.sa. Le coût de cette assurance, qui doit être payée en ligne, est variable en fonction de plusieurs critères : âge du souscripteur, type de visa, durée de validité du visa, durée de séjour du demandeur.

Le visa affaires a une validité de 90 jours ou 180 jours et est valable pour une ou plusieurs entrées selon l’invitation. La durée maximale de séjour autorisée est de 30 jours consécutifs.

Pour l’obtention d’un « visa de visite », vous devez avoir un parrain en Arabie Saoudite. Votre parrain devra effectuer les démarches auprès des autorités saoudiennes sur place. En cas de réponse favorable, votre parrain vous adressera une lettre d’invitation établie par les autorités Saoudiennes ainsi que le numéro de l’invitation nécessaire pour l’obtention du visa en France auprès du consulat saoudien.

Le coût du visa affaires à entrée simple est de 65 euros ; visa à entrée multiple : 160 euros.
Des sociétés commerciales peuvent se charger de ces formalités, moyennant un surcoût.

Y travailler

Le marché du travail
L’Arabie Saoudite doit recourir aux travailleurs étrangers pour combler ses importants besoins en main-d’œuvre qualifiée. Cela signifie que les opportunités sont accessibles à des personnes qui combinent formation et expérience. Il est plus difficile pour une femme étrangère de travailler dans ce pays, mais cela n’est pas impossible. Les cabinets de recrutement recommandent de privilégier les filiales des entreprises étrangères, quitte à travailler ensuite dans une société saoudienne.

Les secteurs porteurs sont : le gaz et le pétrole, la banque, l’ingénierie, le BTP, le commerce de détail et l’informatique.

Sachez que vous devrez tout faire à distance, depuis votre pays de provenance, lorsqu’il s’agit de trouver un emploi en Arabie Saoudite. En effet, le visa de tourisme n’existant pas dans ce pays, vous ne pourrez pas vous y rendre à l’avance, pour effectuer vos recherches.

Le cadre légal du travail
Salaire minimum légal : pas de salaire minimum.
Durée de la période d’essai/du préavis : la législation prévoit 4 semaines ; en général entre 3 et 6 mois.
Durée de travail : 8 heures par jour ou 48 heures par semaine.
Rémunération avantages et impôts : package comprenant salaire de base, logement et transport. S’y ajoutent l’assurance- maladie et un billet d’avion annuel vers son pays d’origine.
Jours chômés hebdomadaires : jeudi et vendredi.

Horaires de travail
Administrations : du samedi au mercredi, 8 h -14 h.
Entreprises : 8 h – 13 h et 16 h 30 – 19 h 30. Fermées le jeudi après-midi et le vendredi.
Banques : du samedi au mercredi : 9 h – 16 h 30.

Sources : MEAE et Business France.

Meilleurs sites d’emploi
www.mihnati.com
www.glassdoor.fr/Emploi/saudi-arabia-emplois-SRCH_IL.0,12_IN207.htm?countryRedirect=true
www.monstergulf.com
www.bayt.com/en/saudi-arabia
www.mysaudijobs.com
www.gulftalent.com/saudi-arabia/jobs
www.akhtaboot.com/en/saudi-arabia

Vie pratique

Coût de la vie
Monnaie : riyal saoudien (SAR).
Taux de change : 1 EUR = 4,24 SAR (12-04-2019).
Indice Big Mac : 3,2 USD.
Se loger : pour un studio à Riyad, compter entre 200 et 600 euros ; pour un trois pièces, entre 400 et 900 euros. À Djedda, 100-500 euros et 300-900 euros respectivement.
Indice Mercer du coût de la vie (logement compris, 209 villes) : Riyad (45e).
Sources : Mercer, Numbeo.com, The Economist et XE currency converter.

Informations utiles
Nature du réseau électrique
127-220 volts. Différentes prises de courant, adaptateur nécessaire.

Télécommunications
Indicatif : +966.
Qualité du réseau mobile : bonne.
Qualité du réseau Internet : l’accès à Internet est autorisé mais est soumis à la censure.

Principaux jours fériés 2019
11 août : fête du sacrifice
23 septembre : fête nationale.
9 novembre : anniversaire du Prophète.
31 décembre : fin de l’année.

Distances de ville à ville
Riyad – La Mecque : environ 879km.

Déplacements de ville à ville
Infrastructure routière : l’automobile est un bon moyen pour se déplacer. De manière générale, le réseau routier est excellent. Les habitudes de conduite peuvent toutefois être dangereuses. Le port de la ceinture est obligatoire. Le véhicule doit être assuré. Il est vivement recommandé de souscrire une assurance tous risques compte tenu des dispositions de la loi saoudienne (le conducteur paie le « prix du sang » s’il est responsable de blessures graves ou du décès d’un tiers).

Réseau ferroviaire : il est possible de se rendre de Riyad à Dammam par le train. Les voitures sont tout à fait confortables.

Transport aérien : la police saoudienne assure la sécurité dans les aéroports avec une vigilance particulière. Sur les lignes intérieures, le transport est assuré dans de bonnes conditions par la compagnie nationale Saudia et plusieurs compagnies privées.

Santé
Avant votre départ, consultez votre médecin (éventuellement votre dentiste) et souscrivez à une compagnie d’assistance couvrant les frais médicaux et le rapatriement sanitaire.
L’Arabie Saoudite dispose d’excellentes structures médicales.
La délivrance et le renouvellement de la carte de séjour (« iqama ») sont conditionnés au résultat négatif d’un test VIH imposé par les autorités.

Vaccinations : la mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite est recommandée. Autres vaccinations conseillées (selon les conditions d’hygiène et la durée du séjour) : fièvre typhoïde, hépatites virales A et B. Pour des séjours de longue durée, la vaccination contre la rage peut être recommandée.

Contacts

Les acteurs publics

Business France
– Bureau de Djeddah
Localisation : consulat général
de France à Djeddah
Quartier Al Hamra,
rue Al Shoua’ara,
P.O. Box 4452
Djeddah 21491
Tél. : +966 (0)12 610 89 57
https://www.businessfrance.fr
– Bureau de Riyad
Localisation : ambassade de France
Diplomatic Quarter,
P.O. Box 94009
Riyadh 11693
https://www.businessfrance.fr
Service économique régional de la DG Trésor
SE de Riyad
Tél. : +966 11 434 41 66
https://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/SA

Les acteurs privés

Chambre de commerce francoarabe
Siège : France, Paris.
250 bis, boulevard Saint-Germain
75007 Paris
Tél. : +33 (0)1 45 53 20 12
info@ccfranco-arabe.org
https://ccfranco-arabe.fr
Zone de compétence géographique couverte
par la Chambre : la France et les
22 pays membres de la Ligue des États
www.lemoci.com LE MOCI – N° 2076 – Octobre 2020 113
arabes : Algérie, Arabie saoudite, Bahreïn,
Les Comores, Djibouti, Égypte, Émirats
arabes unis, Irak, Jordanie, Koweït, Liban,
Libye, Oman, Maroc, Mauritanie, Palestine,
Qatar, Somalie, Soudan, Syrie, Tunisie
et le Yémen.
Salveo
Localisation : Riyad
arabiesaoudite@salveo.international
https://salveo.international

Logistique & Douane

Dans le classement « Doing Business 2020 » de la Banque mondiale, l’Arabie saoudite est classée au 86e rang mondial (+72 places par rapport à 2019) pour la performance du commerce transfrontalier. Sont mesurés dans cette rubrique les délais et les coûts (hors droits de douane) associés à trois catégories de procédures respect des exigences en matière de documentation, respect des procédures de commerce transfrontalier et transport intérieur. Les délais sont fournis en nombre d’heures et les coûts en dollars US. Le transport intérieur n’est toutefois pas intégré dans la note finale.

À l’export : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 37 h. ; coût 319 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (11 h. ; 73 USD).

À l’import : respect des procédures de commerce transfrontalier (durée 72 h. ; coût 464 USD) ; respect des exigences en matière de documentation (32 h. ; 267 USD).

Actualités : Arabie Saoudite

Affinez votre analyse

Risques et paiements :
Accéder aux scores et avis d’expert
.

Bienvenue !

Connectez-vous

Créer un compte

Merci de compléter le formulaire

Réinitialisez votre mot de passe

Veuillez saisir votre nom d'utilisateur ou votre adresse e-mail pour réinitialiser votre mot de passe.