fbpx

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

X

NEWSLETTERS DU MOCI


Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'ainstance->generate_random_word(); $prefix = mt_rand(); $img_name = $captcha_instance->generate_image( $prefix, $word ); ?>

CODE DE SECURITE :

captcha

Attention !

Il semblerait que vous ayez déjà souscrit à cette offre.

Je poursuis quand même
X

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

X

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Réussir à l’export en équipe avec Bpifrance

Sam Hickmann, CEO et cofondateur de Joy

 

Joy
Sa montre connectée aide les jeunes enfants à s’organiser au quotidien

 

Installée entre Annecy-le-Vieux (Haute-Savoie) et San Francisco, la startup Joy cofondée en mars 2016 par Sam Hickmann et Omar Alaouf a lancé la première montre connectée, entièrement basée sur des icônes, pour les enfants dès l’âge de trois ans. La montre Octopus imaginée par Joy enseigne aux enfants le concept du temps et encourage l’autonomie dès le plus jeune âge.

À l’été 2016, Joy a procédé à une levée de fonds sur la plateforme de financement participatif Kickstarter. L’objectif initial pour la jeune pousse était de lever les 50 000 dollars nécessaires à la fabrication des premiers prototypes de sa montre connectée. Un mois plus tard, en juillet, Joy boucle sa levée de fonds en atteignant les 777 000 dollars de précommandes. Après cette campagne de crowdfunding réussie, en janvier 2017, la startup a levé 1,5 million de dollars auprès de Business Angels américains et français.

Pour accompagner sa levée de fonds, Joy a sollicité un financement complémentaire sous forme d'avance récupérable et de prêt sans garantie auprès de Bpifrance. « Cela nous a permis de doubler notre levée de fonds réalisée auprès de Business Angels, et ainsi de mettre en place notre structure de recherche et développement (R&D) en France », explique Sam Hickmann, CEO et cofondateur de Joy. Le Prêt d'amorçage investissement avec le Fonds européen d'investissement (FEI) permet de renforcer la trésorerie des petites entreprises au sens de la définition européenne, de moins de 8 ans, ayant réussi leur levée de fonds d’amorçage d’un montant minimum de 200 000 euros.

Aucune garantie sur les actifs de l'entreprise, ni sur le patrimoine du dirigeant n’est demandée. Seule une retenue de garantie de 5 % est prélevée lors du décaissement. « Je trouve fantastique cette opportunité donnée aux entrepreneurs français de pouvoir emprunter sans pour autant être immédiatement dilué dans le capital », déclare Sam Hickmann. « C’est très motivant », souligne-t-il.

Le prêt d'amorçage investissement avec le FEI vise à soutenir la croissance des jeunes entreprises, qui viennent de réussir leur levée de fonds, en leur apportant un financement complémentaire sous forme de prêt de développement. « Les entrepreneurs français doivent aussi réaliser que ces aides n’existent pas aux États-Unis ! », insiste encore Sam Hickmann.

Coriolis Composites est membre du réseau Bpifrance Excellence