fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

Informations importantes

Les paiements sur le site sont indisponibles suite à une maintenance.
Nous revenons très vite !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Pays & marchés

Commencée l’année dernière, la
lutte de la Commission européenne contre le protectionnisme prend une nouvelle
dimension avec la publication de son Rapport 2013 sur les barrières au commerce
et à l’investissement
, qui est présenté les 14 et 15 mars au Conseil européen. Un document de 19 pages
dans lequel l’exécutif européen ponte du doigt les Bric (Brésil, Russie, Inde,
Chine) et l’Argentine, accusés de refuser l’ouverture de leurs marchés.

Certes, l’Union européenne (UE)
peut obtenir gain de cause auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC),
comme ce fut le cas en janvier 2012 pour les restrictions à l’export des
matières premières industrielles introduites en 2009 par la Chine. Pékin a même
introduit de nouvelles restrictions dans certains secteurs industriels.

L’Argentine exige un contenu local plus important


L’Argentine et le Brésil ne sont
pas en reste. Outre les difficultés persistantes dans ces deux pays du
Mercosur (Marché commun du Sud) en matière de passation des marchés publics,
services de réassurance et transport maritime, le Brésil a concocté un nouveau
régime fiscal favorable aux producteurs nationaux et l’Argentine a décidé une
hausse sensible du contenu local dans nombre de secteurs allant des mines à la
chimie, en passant par le textile et la chaussure.

La Russie, quant à elle, imposé
des taxes de recyclage discriminatoires pour les véhicules importés et l’Inde
refuse toujours de supprimer les règlementations injustifiées qui freinent
l’entrée sur son territoire de produits agroalimentaires et le commerce
d’équipements électroniques et de technologies d’exploitation dans les énergies
renouvelables.

Le Brésil prépare un relèvement de ses droits de douane


Le Brésil encore aurait
l’intention de relever les droits douanes appliqués à cent lignes tarifaires.
C’est pourquoi la Commission européenne propose de maintenir la pression sur
les mauvais joueurs, en utilisant trois instruments de persuasion ou de
dissuasion : la diplomatie commerciale, l’OMC, à travers son mécanisme de
règlement des différents et ses différents comités, et les négociations
commerciales, qu’il s’agisse des accords bilatéraux ou de l’adhésion de
certains États à l’OMC.

F.P


Pour prolonger

Cliquer sur notre site sur la rubrique « Pays
& marchés », puis choisissez « Union européenne » pour
accéder à tous nos contenus.

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >