fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

Informations importantes

Du fait des nouvelles mesures de sécurité sanitaire, l’envoi des magazines en version papier sera retardé.
Par ailleurs, nos journalistes continuent à vous donner l’actualité du secteur sur notre site et nos réseaux sociaux alors restez connectés !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

© ar130405-Fotolia.com
Pays & marchésRéglementations

Les exportateurs de vins, fromages, produits de luxe et autres cosmétiques peuvent souffler : la menace de surtaxer à 100 % 2,4 milliards de dollars de produits français importés, brandie par Donald Trump en rétorsion à la nouvelle taxe de 3 % sur le chiffre d’affaires des grandes entreprises du numériques*, dite "taxe Gafa", est pour le moment écartée.

Un compromis a été scellé entre le président américain et son homologue français, Emmanuel Macron, lors d’un échange téléphonique dans la soirée du 19 janvier, instaurant un prolongement des négociations jusqu’à la fin de l’année et éloignant de facto la menace de sanctions commerciales.

Le sujet devait être au centre d’une rencontre le 22 janvier, en marge du Forum de Davos, entre le ministre français de l’Économie et des finances, Bruno Le Maire, son homologue Steven Mnuchin, secrétaire au Trésor, en présence d’Angel Gurria, le secrétaire général de l’OCDE, organisation qui sert de cadre à des négociations internationales en cours sur la taxation des services numériques.

D’après les précisions apportées par Les Echos, pour parvenir à cette désescalade, Paris comme Washington sont prêts à faire des concessions. La France se serait engagée ainsi à suspendre la collecte des acomptes dus par les entreprises concernées pour l’année 2020, au titre de la nouvelle taxe, exigibles en avril et novembre. De leur côté, les États-Unis se seraient engagés à ne pas appliquer les sanctions commerciales.

Autre point : l’accord au niveau de l’OCDE. Toujours selon Les Echos, Paris comme Washington veulent s'entendre sur « un calendrier très précis » pour parvenir à un accord dans ce cadre d’ici à la fin de l’année, ce qui laisse supposer que les États-Unis seraient disposés à renoncer à leur proposition de « système à la carte », « optionnel ». « Ce serait un engagement politique, une promesse américaine, les États-Unis étant les seuls des 137 pays du cadre inclusif de l'OCDE à rechigner à aller de l'avant » précise le quotidien économique, citant une source à Bercy.

Reste qu’entre-temps, Steven Mnuchin a réitéré dans la presse américaine les menaces de sanctions commerciales à l’encontre du Royaume-Uni et de l’Italie, deux pays qui ont, à l’instar de la France, décidé de mettre en place une taxe similaire sans attendre l’accord cadre à l’OCDE. De quoi maintenir la pression sur les Européens et les négociateurs, et brouiller au passage le message sur les intentions américaines.

Desk Moci

* La taxe sur les entreprises du numériques adoptées en juillet 2019 en France cible les entreprises du numérique dégageant plus de 750 millions d'euros de revenus annuels mondiaux, dont 25 millions en France. En vigueur depuis le 1er janvier 2020, elle s'éleve à 3 % du chiffre d'affaires en France issu de la publicité en ligne, de l'utilisation des données personnelles et des ventes réalisées sur les places de marché. Plus d'une vingtaine d'entreprises seraient concernées pour la France selon certaines études, dont Google, Apple, Facebook et Amazon- les "Gafa"- mais aussi des acteurs non américains, français, européens ou asiatiques, à l'instar de Criteo, Priceminister (Rakuten), Alibaba ou encore Leboncoin (Schibsted).

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >