fbpx

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

X

NEWSLETTERS DU MOCI


Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'ainstance->generate_random_word(); $prefix = mt_rand(); $img_name = $captcha_instance->generate_image( $prefix, $word ); ?>

CODE DE SECURITE :

captcha

Attention !

Il semblerait que vous ayez déjà souscrit à cette offre.

Je poursuis quand même
X

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

X

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Aides

Recevez l'actu la plus populaire de la semaine en vous abonnant au

BEST OF du MOCI

En ce moment
Accompagnement à l'international   •   Team France Export   •   Business France   •   Aides   •   CCEF   •   Régions   •   CCI   •   Aides à l'export   •   Bpifrance   •   Export   •   
30 juin 2016

A. Vaissié, président de CCI France International : « le “Brexit” est un grand choc, infligé volontairement »

© François Pargny

À l’occasion de la 109e Assemblée générale de CCI France International, le réseau des 115 chambres de commerce et d’industrie françaises à l’étranger réparties dans 85 pays, Arnaud Vaissié a accordé une interview exclusive à la Lettre confidentielle. L’entretien a porté sur le "Brexit" et le Royaume-Uni, pays qu’il connaît bien pour y avoir une forte présence de sa société, International SOS. Arnaud Vaissié est également revenu sur le développement du réseau CCI en France et dans le monde.

Le MOCI : À la tête de CCI France International (CCIFI) et d’International SOS, vous êtes aussi co-fondateur du Cercle d’outre-manche et administrateur de la Chambre de commerce et d’industrie française en Grande-Bretagne. Comment réagissez-vous au Brexit ?

Arnaud Vaissié : C’est un problème, car cela crée une incertitude  forte. Pour les sociétés de services comme la mienne, International SOS, on va a priori vers une pause dans l’investissement. La vraie question est celle de la libre circulation des personnes dans ce qui est aujourd’hui l’Union européenne...

Lire l'intégralité de l'interview dans la Lettre confidentielle du MOCI n° 199
diffusée le 30 juin 2016 auprès de ses abonnés
Pour lire la suite, cliquez ICI
Pour consulter gratuitement le sommaire de la dernière Lettre, cliquez ICI

 

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >