fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

Informations importantes

Les paiements sur le site sont momentanéments indisponible suite à une maintenance.
Nous revenons très vite !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Actualités

Elu pour un troisième mandat de cinq ans, le 9 avril, le président Bouteflika s´est engagé à rattraper le retard de son pays en matière d´infrastructures.

Ainsi, après un premier plan quinquennal (2005-2009) de 180 milliards de dollars, un deuxième programme de cinq ans (2010-2014), d´un montant de 150 milliards, a été annoncé. Une bonne nouvelle, sans doute, mais comme le remarquait un opérateur économique à Alger, rencontré à l´occasion d´une vaste enquête du MOCI sur l´Algérie (à paraître jeudi 28 mai dans le N° 1844 du magazine), « le gouvernement n´a pas encore détaillé le nouveau plan et nous ne savons pas quelle sera la part des reports d´un programme à l´autre ». Seules certitudes, précise-t-on à la Mission économique à Alger, il projette la construction de 15 à 20 barrages.

Autre ambition, le transfert de l´eau des nappes fossiles du Sahara septentrional jusqu´aux grandes villes des Hauts Plateaux. Enfin, le raccordement aux réseaux d´eaux urbains de certaines des 14 unités de dessalement d´eau existantes, en construction ou en phase de lancement.

Les experts estiment que l´Algérie dispose de ressources financières suffisantes pour alimenter son programme pendant les trois années à venir. Ils estiment, par ailleurs, que ce pays devra accepter plus largement les investisseurs étrangers et adopter le système des concessions.

Il n´y aurait, selon eux, d´autres solutions pour diversifier l´économie, à commencer dans les produits dérivés des hydrocarbures, par exemple les gaz industriels, ou les demi-produits chimiques et les mines.
 

François Pargny

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >