fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

Informations importantes

Les paiements sur le site sont indisponibles suite à une maintenance.
Nous revenons très vite !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Actualités

Trois ans après leur intégration à l´Union européenne, la Roumanie et la Bulgarie ont encore beaucoup à faire en matière de réformes de leurs systèmes judiciaires et de lutte contre la corruption, concluent deux rapports publiés hier par la Commission européenne.

Vertement tancée par la Commission, la Roumanie est accusée de faire preuve « d´une volonté politique insuffisante d´appuyer le processus de réforme ». Une loi récente réformant l´agence anticorruption roumaine (ANI) est particulièrement pointée du doigt. Créée en 2007, l´ANI s´occupe principalement de préserver les marchés publics d´éventuels conflits d´intérêts. Selon la Commission, cette nouvelle loi remet en cause le processus de vérification de l´ANI, limite la transparence et entrave les mesures de lutte contre la corruption.
Cette loi controversée a cependant été invalidée lundi et doit être révisée.

En attendant, et afin de prouver sa bonne volonté à Bruxelles, Trajan Basescu, le président, roumain a convoqué une session extraordinaire du Parlement, qui se réunira début août pour entamer les débats sur trois lois anticorruption.

Moins virulente avec la Bulgarie, la Commission souligne pour la première fois « la volonté politique et la détermination » du gouvernement dans la réalisation de la réforme du système judiciaire. Elle s´inquiète cependant du nombre de cas de corruption de haut niveau ou de crime organisé, et souligne que les autorités administrative et judiciaire ne sont pas en position de protéger efficacement les marchés publics.

Plus précisément, la Commission s´inquiète d´une pratique largement répandue en Bulgarie, qui veut que les personnes condamnées pour des crimes importants soient remises en liberté le temps de la procédure d´appel.
Admises au sein de l´UE alors que des réserves avaient été émises sur l´intégrité de leurs systèmes judiciaire et sur le niveau de corruption, la Bulgarie et la Roumanie font depuis l´objet d´une surveillance accrue. Si, pour l´heure, Bruxelles n´envisage pas encore de sanctions, elle a déjà montré son agacement en 2008 en gelant 825 millions d´euros destinés à la Bulgarie en raison de soupçons de détournements.

Sophie Creusillet
 

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >