X

NEWSLETTERS DU MOCI


Le Moci met a votre disposition 3 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.


Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement :



  • BEST-OF

    Recevez tous les jeudis, les articles les plus populaires de la semaine ainsi que le sommaire de la Lettre confidentielle

  • NOUVEAUTÉS

    Soyez au courant des sorties guides métiers et pays (bi-mensuelles), et de toutes nos offres spéciales

  • ÉVÉNEMENTS

    Suivez tous les événements du MOCI:

    - Forum Moci,
    - Forum Afrique,
    - Palmarès du Moci
    et nos formations

CODE DE SECURITE :

captcha

Pays & marchés

Recevez l'actu la plus populaire de la semaine en vous abonnant au

BEST OF du MOCI

En ce moment
Union européenne   •   Moci   •   Commerce extérieur   •   FMI   •   Exportations   •   Risque pays   •   Canada   •   CETA   •   États-Unis   •   Afrique   •   
10 mars 2016

La vigie TAC ECONOMICS de Février 2016

TAC

Ces analyses, exclusives pour Le Moci, sont tirées d’outils de datamining mis au point par la société Tac Economics pour détecter les changements à venir, positifs ou négatifs, de l’environnement économique et financier.

 

 

TAC vert petit

Corée du sud

L’activité devrait s’accélérer vers 3 % en 2016 du fait du rebond de la consommation des ménages et d’un investissement robuste, notamment dans la construction. Le pays, fortement exportateur, demeure impacté par le ralentissement chinois. Le change, très volatil en 2015 avec une dépréciation de - 7,5 % contre dollar, restera sous pressions baissières. La situation financière reste cependant maîtrisée avec des soldes publics et courant excédentaires.

TAC vert petit

Tunisie

Les perspectives sont plus favorables en 2016 avec une croissance à 3 %, contre 1 % en 2015, tirée par la demande en zone euro (principal partenaire commercial) et l’agenda des réformes (fiscale, bancaire). La consommation des ménages sera plus dynamique (baisse des taxes et hausse des salaires des fonctionnaires), toutefois les pressions inflationnistes resteront contenues. La transition politique s’achève mais la menace terroriste et des mouvements sociaux peuvent la fragiliser.

TAC vert petit

Kenya

Le pays enregistre une croissance dynamique (6,5 % en 2015 et 6,8 % en 2016) soutenue par la consommation privée et l’investissement public dans les infrastructures, mais dans un contexte de volatilité financière accrue et de risque sécuritaire renforcé. Les performances économiques récentes ont permis une stabilisation de la devise, toutefois, toujours fortement surévaluée. On observe une relative stabilité politique avec le Président Kenyatta qui pourrait même se représenter en 2017.

 

TAC rouge petit

Brésil

La récession se prolonge en 2016 avec la détérioration de la demande interne, la baisse des salaires et le ralentissement chinois (impact sur les prix des minerais). Le déficit budgétaire se dégrade continûment et les pressions inflationnistes restent sensibles à une nouvelle dépréciation de la devise. La situation politique est toujours compliquée (fragilité et isolement de Dilma Roussef) avec un risque d’agitation sociale et de pressions pour un éventuel départ de la Présidente en 2016.

TAC rouge petit

Taïwan

Après avoir fortement chuté en 2015, la croissance continuera à être pénalisée par le ralentissement chinois (mauvaises performances à l’export, baisse de l’investissement, consommation modeste des ménages). Le pays bénéficie toutefois d’une situation financière solide avec une réduction du déficit budgétaire depuis 2012 et un excédent courant élevé. Le parti pro-indépendance DPP a remporté l’élection présidentielle le 16 janvier marquant l’alternance politique.

TAC rouge petit

Gabon

Le pays enregistre une baisse de la croissance à 3,5 % en 2015 (chute des cours du pétrole et recul sensible de la production) associée à des coupes sévères dans les dépenses d’investissement, auxquelles le gouvernement a été contraint de recourir pour éviter un dérapage des finances publiques. Les incertitudes qui pèsent sur la croissance en 2016 restent prégnantes du fait de la faiblesse des prix du pétrole et des élections présidentielles (août) et législatives (décembre).

www.taceconomics.com

Cet article vous intéresse?

Créez une alerte >

Pays & marchés