fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

25 janvier 2018

Où exporter en 2018 : protectionnisme, une menace qui entretient l’incertitude

Avec le « Brexit » et l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, les craintes d’un regain de protectionnisme se sont amplifiées. La menace ne s’est pas encore matérialisée, mais elle continue à entretenir un climat d’incertitude.   Les Européens et leurs milieux d’affaires soufflent : finalement, une des mesures les plus critiquées à l’étranger de la réforme fiscale américaine, que le Sénat outre-Atlantique a adopté le 20 décembre 2017, ouvrant la voie à son entrée en vigueur, n’a pas été retenue par le Congrès des États-Unis. Il s’agissait de l’imposition d’une taxe de 20 % sur les importations intragroupes en provenance de l’étranger, visant manifestement à inciter les multinationales à relocaliser le maximum de leur production sur le sol américain. Écartée également une mesure d’incitation visant à encourager la localisation des brevets aux États-Unis pour y capter les revenus des licences. Il est vrai qu’elles étaient perçues par de nombreux partenaires des États-Unis, notamment en Europe, comme contraire aux règles de l’OMC et de l’OCDE. Plus grave encore, elles avaient été accueillies comme de véritables armes d’une guerre économique ouverte dans le cadre d’une importante réforme fiscale...

Il vous reste 87% de l'article à lire
Ce dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité et contient 18 articles
Se connecter
Pas encore lecteur? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Ce dossier : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres