fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

16 mai 2013

Algérie : l’enjeu de la réindustrialisation

L’Algérie veut moderniser son économie. Elle compte ainsi sur les opérateurs étrangers pour des partenariats industriels. Toutefois, Alger ne veut pas leur laisser la totale maîtrise de leurs investissements. Une politique jugée trop rigide par nombre d’acteurs et d’observateurs et qui fait peur aux PME. Depuis des années, l’Algérie reproche à la France sa frilosité en matière d’investissements directs sur son territoire. Reproche auquel la France répond de façon invariable qu’elle est, hors hydrocarbures, le premier investisseur direct étranger (IDE) dans le pays (son stock s’élevait à 1,9 milliard d’euros en 2010) et son principal partenaire commercial. Toutefois, si la France domine le marché, elle n’est plus seule. Dans les échanges, la nation bleu-blanc-rouge est aujourd’hui menacée par la Chine. D’après la base de données GTA/GTIS, en novembre 2012, le géant asiatique détenait une part de plus de 12 % dans les importations algériennes. Il se rapprochait ainsi du leader français, dont la part a accusé une chute sensible en un an, tombant de plus de 15 % à moins de 13 %. Alors, comment contrer l’offensive chinoise ? Peut-être, justement, en renforçant cette position de numéro un dans les IDE. Certes, le commerce courant...

Il vous reste 84% de l'article à lire
Ce dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité et contient 10 articles
Se connecter
Pas encore lecteur? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Ce dossier : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres