fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

7 mai 2015

Trois questions à Pierre-Louis Bertina, président de la section Italie des conseillers du Commerce extérieur de la France (CCEF).

Le Moci. Y a-t-il un intérêt pour les PME et ETI françaises à se rendre à l’Exposition universelle de Milan ? Pierre-Louis Bertina. Pour des entreprises qui ont des doutes ou qui veulent mettre le pied en Italie, c’est une opportunité. Il faut, bien sûr, faire des tests pour bâtir une politique cohérente sur ce marché qui reste important, mais qui fait peur. On pense que les règles y sont particulières, l’image est parfois négative. Et pourtant les Italiens sont nos cousins les plus proches. Avec des différences évidemment. L’Italien est plus créateur, innovant, fonceur. Il improvisera plus et plongera plus facilement dans une zone de risque, alors que le Français avance par étapes, fait de la programmation. Des deux côtés, il y a un mélange de respect mutuel, d’admiration et de défiance. Mais finalement Italiens et Français sont complémentaires. Des partenariats peuvent donc être noués. En Italie, l’Exposition universelle est vécue comme un élément de relance économique. Et je suis persuadé que, malgré les retards accumulés, ils seront globalement prêts le jour J. Nombre d’Asiatiques et de professionnels de pays lointains seront certainement présents. Nous pensons que l’exposition sera un bon outil pour tisser des liens de...

Il vous reste 72% de l'article à lire
Ce dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité et contient 9 articles
Se connecter
Pas encore lecteur? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Ce dossier : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres