fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

12 mars 2015

Corée du Sud : guide business 2015

Accueilli au départ avec crainte par certains, l’accord de libre-échange de 2010 entre l’Union européenne et la Corée s’avère finalement très favorable aux États membres. La balance commerciale s’est inversée et penche désormais en faveur de la France comme de l’UE. Mais cinq ans après la signature de l’accord, les entreprises françaises doivent encore creuser leur sillon. Peut encore mieux faire. Alors que l’Union européenne (UE) et la Corée du Sud ont signé le 6 octobre 2010 un accord de libre-échange (ALE), les entrepreneurs français ne semblent pas en profiter autant qu’ils le pourraient. Ainsi, d’après la Commission européenne, entre mars et juin 2013, le taux d’utilisation des tarifs préférentiels par les exportateurs français atteignait 55 %, contre 66 % en moyenne dans l’UE (77 % en Corée). Les causes seraient le manque d’information et les difficultés administratives. C’est pourquoi « nous informons systématiquement les entreprises qui s’intéressent au marché coréen des avantages de l’ALE », rapporte Dominique Boutter, directeur de Business France à Séoul. Dans l’agroalimentaire, remarque Lucas Boudet, secrétaire général de la Chambre de commerce franco-coréenne, « pour pouvoir bénéficier de...

Il vous reste 84% de l'article à lire
Ce dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité et contient 9 articles
Se connecter
Pas encore lecteur? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Ce dossier : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres