fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

12 février 2015

Trois questions à Louis Des-Cars président de la section des CCEF au Chili et directeur de Coface Chili

Le Moci. Quel est le contexte économique aujourd’hui au Chili ? Louis Des-Cars. Le marché chilien est très stable – avec un risque pays de A2 selon Coface, attractif mais aussi très compétitif. L’économie chilienne est l’une des plus ouvertes du monde et tous les produits importés entrent sans aucun droit de douane. Le Chili est le pays qui a signé le plus d’accords commerciaux à travers le monde (24 avec 62 pays). L’exportateur français doit donc proposer une valeur ajoutée à son produit : soit avec un prix compétitif, soit avec une technologie difficile à copier. Et mieux vaut ne pas se positionner sur le low cost, car le marché chilien est très compétitif avec une forte pénétration asiatique. Le secteur automobile représente bien le marché chilien : dans les rues vous voyez toutes sortes de marques chinoises, indiennes, coréennes… Les Chiliens préfèrent en général les produits bon marché, sauf dans le secteur minier où ils privilégient la qualité. On assiste aussi à une baisse de la consommation : -10,7 % sur le marché automobile l’an dernier d’après l’ANAC, Association nationale automotrice du Chili.   Le Moci. Quel est l’environnement des affaires et est-il propice à l’investissement ? L. D-C. Le contexte des...

Il vous reste 70% de l'article à lire
Ce dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité et contient 9 articles
Se connecter
Pas encore lecteur? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Ce dossier : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres