fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

Informations importantes

Du fait des nouvelles mesures de sécurité sanitaire, l’envoi des magazines en version papier sera retardé.
Par ailleurs, nos journalistes continuent à vous donner l’actualité du secteur sur notre site et nos réseaux sociaux alors restez connectés !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

© WavebreakMediaMicro-Fotolia.com
AidesEntreprises & secteurs

L'impact de l'épidémie de Coronavirus Covid-19 propagée depuis la Chine est lourd de conséquence sur l'activité des entreprises françaises. Rassemblements indoor de plus de 5 000 personnes annulés depuis le 29 février, salons et manifestations en France et à l'étranger reportés, chaînes d'approvisionnement et de production industrielles à l'arrêt, chute du tourisme... Les événements s'enchaînent, on ne compte plus les victimes.

L'État reconnaît la force majeure

Dans ce contexte, le gouvernement français a décidé de prendre différentes mesures pour soutenir les secteurs et entreprises en difficulté.

En premier lieu, il considère désormais le coronavirus comme un cas de force majeure pouvant être invoqué en cas de perturbations dans l'exécution d'un marché public, mesure réclamée notamment par les PME. Ce qui pourrait influencer le secteur privé frappé par les perturbations.

La force majeure permet en effet de justifier des délais supplémentaires et des retards de livraison de la part des PME ou des entreprises sans que des pénalités soient appliquées.

Pour rappel, comme l’expose l’article 1218 du code civil, en son alinéa 1er, « il y a force majeure en matière contractuelle lorsqu'un événement échappant au contrôle du débiteur, qui ne pouvait être raisonnablement prévu lors de la conclusion du contrat et dont les effets ne peuvent être évités par des mesures appropriées, empêche l'exécution de son obligation par le débiteur ». Seule la réunion de ces trois caractères cumulatifs permet de conclure à l’existence d’un événement de force majeure.

Concernant le secteur public, le ministre de l'Économie et des finances Bruno Le Maire a écrit à l'ensemble des collectivités locales pour leur demander de pratiquer la même politique vis-à-vis des marchés publics qui seraient passés soit par les communes soit par les départements soit par les régions soit par les intercommunalités.

Des mesures de trésorerie mobilisables par les entreprises

Par ailleurs, le ministre a réuni le 3 mars avec sa secrétaire d'État Agnès Pannier-Runacher les acteurs économiques nationaux pour faire un point sur la situation économique et rappeler les mesures d'appui aux entreprises mises en place par son ministère face aux conséquences économiques du Coronavirus Covid-19. Elles visent à desserrer l'étau financier qui frapperait certaines entreprises prises entre les interruptions de commande et les dettes à payer :

- L’obtention ou maintien d’un crédit bancaire via Bpifrance. La banque publique d’investissements se portera garante de tous les prêts de trésorerie des banques privées françaises aux PME, avec une garantie qui sera portée de 40 % à 70 %. Cette garantie sur les prêts de trésorerie doit permettre aux PME d'avoir un accès sans difficulté à des prêts de trésorerie, avec une garantie.

- Le report d’échéances fiscales et ou sociales (Urssaf, impôts). L'étalement des charges fiscales et sociales pourra conduire, dans certains cas où la survie de l'entreprise serait en jeu, à des dégrèvements.

- Le rétablissant de la médiation du crédit à la Banque de France pour accompagner sur les territoires, dans les départements, toutes les PME qui auraient besoin de renégocier leurs contrats et de renégocier leurs crédits.

- La possibilité de recourir au chômage partiel.

- La dérogation aux heures supplémentaires pour certaines activités où il y a un besoin de production supplémentaire plus important.

- L’accélération des procédures d’agrément dans certaines filières pour les nouvelles sources d’approvisionnement, en particulier pour le secteur de la construction ou de la chimie, afin de les aider à diversifier leurs sources d’approvisionnement tout en respectant les normes sociales, environnementales et européennes.

- L’appui au traitement d’un conflit avec des clients ou fournisseurs. Bruno Le Maire a demandé à tous les grands donneurs d'ordre de faire preuve de solidarité vis-à-vis de leurs fournisseurs ainsi que de leurs sous-traitants, qui pourraient avoir de plus en plus de mal à s’approvisionner et à respecter les délais de livraison, de considérer eux aussi le coronavirus comme un cas de force majeure dans l'exécution des contrats pour les marchés privés.

Cellule de continuité économique et contacts dans les régions

En outre, Bercy a décidé le 3 mars d'activer la cellule de continuité économique. Cette cellule doit permettre au ministère d'obtenir les informations utiles et les expertises nécessaires au pilotage en temps réel de la situation économique et à la prise de décisions et de mieux gérer l'impact de cette crise sanitaire sur l'économie nationale.

La Direction générale des entreprises (DGE) du ministère a également publié une liste de contacts pouvant appuyer les entreprises concernées par les mesures de trésorerie dans leurs démarches :

- Auvergne-Rhône-Alpes
ara.redressementproductif@direccte.gouv.fr ; 04 72 68 29 69

- Bourgogne-Franche- Comté
bfc.continuite-eco@direccte.gouv.fr ; 03 80 76 29 38

- Bretagne
bretag.continuite-eco@direccte.gouv.fr ; 02 99 12 21 44

- Centre-Val de Loire
centre.continuite-eco@direccte.gouv.fr ; 02 38 77 69 74

- Grand Est
ge.pole3E@direccte.gouv.fr ; 03 69 20 99 29

- Hauts-de-France
hdf.continuite-eco@direccte.gouv.fr ; 03 28 16 46 88

- Ile-de-France
Les entreprises peuvent être accompagnées dans leurs démarches :
- par le référent unique de la Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Direccte) :
idf.continuite-eco@direccte.gouv.fr - 06 10 52 83 57
- par le référent unique des Chambres de commerce et d’industrie :
farmagnac@cci-paris-idf.fr - 01 55 65 46 36 ; au niveau national n.ruiz@ccifrance.fr - 01 44 45 38 62
- par le référent unique des Chambres de métiers et de l'artisanat :
se@cma-paris.fr - 01 53 33 53 18 ; au niveau national cohin@cma-france.fr - 01 44 43 43 85

- Normandie
norm.continuite-eco@direccte.gouv.fr ; 02 32 76 16 60

- Nouvelle-Aquitaine
na.gestion-crise@direccte.gouv.fr ; 05 56 99 96 50

- Occitanie
oc.continuite-eco@direccte.gouv.fr ; 05 62 89 83 72

- Pays de la Loire
pays-de-la-loire@direccte.gouv.fr ; 02 53 46 79 69

- Provence-Alpes-Côte d'Azur
paca.continuite-eco@direccte.gouv.fr ; 04 86 67 32 86

Très concrètement, ces interlocuteurs pourront aider les entreprises à travers l'Hexagone dans leurs démarches concernant le report de leurs échéances fiscales et ou sociales (URSSAF, impôts) ; l’obtention ou le maintien d'un crédit bancaire via Bpifrance ; le financement de leurs salariés par le mécanisme de chômage partiel ou encore le traitement d’un conflit avec leurs clients ou leurs fournisseurs.

Desk Moci

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >