fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

26 juin 2014

Trois questions à Jacky Deromédi, présidente de la section Singapour des Conseillers du Commerce extérieur de la France (CCEF)

Le Moci. Singapour est la troisième destination des investissements directs étrangers (IDE) en Asie de l’Est et du Sud-est. Avec la flambée des coûts de l’immobilier ou de la main d’œuvre et la difficulté croissante à employer des expatriés, n’y a-t-il pas un risque que la cité-Etat perde cette place ? Jacky Deromédi. Singapour demeure pour les affaires un endroit privilégié. Il n’y a pas de problèmes de marques ou de contrefaçons, la protection juridique est totale, ce qui n’existe pas, par exemple, dans la Malaisie toute proche. Le système financier est aussi très encadré, très réglementé. La monnaie est stable et plutôt forte, comme la situation politique est aussi stable, ce qui est rassurant. Alors c’est vrai qu’avec le renforcement de la concurrence les coûts ont augmenté et donc les marges des entreprises ont baissé. De ce point de vue, on peut dire que ce pays est moins attractif. Mais, ce qui est fondamental, c’est qu’il reste une terre privilégiée pour les affaires et pour les implantations, les autorités ayant mis en place des systèmes financiers particulièrement intéressants. Pour les grandes entreprises, on y déroule le tapis rouge. Quant aux PME, elles ont, il est vrai, plus de mal, mais elles doivent aussi...

Il vous reste 75% de l'article à lire
Ce dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité et contient 7 articles
Se connecter
Pas encore lecteur? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Ce dossier : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres