fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

Informations importantes

Les paiements sur le site sont momentanéments indisponible suite à une maintenance.
Nous revenons très vite !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

26 juin 2014

Trois questions à Nicolas de Lesguern, président de la section Burkina Faso des Conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF)

Le Moci. Le Burkina Faso est un petit pays de moins de 17 millions d’habitants et relativement pauvre par rapport au Nigeria, à la Côte d’Ivoire ou au Ghana. Qu’est-ce qui peut y intéresser les PME ? Nicolas de Lesguern. Essentiellement l’assistance technique et la fourniture de produits pour les mines. Mais par rapport à un pays comme le Nigeria, ici la sécurité est assurée. Le pays a été bien géré et reste stable, ce qui est un gage d’investissements à long terme contrairement a certains pays de la région. Et si le marché n’est pas aussi important qu’au Nigeria ou en Côte d’Ivoire, le potentiel minier est réel, avec l’or dont la production s’est fortement développée. Dans le futur, avec le fer, le manganèse, le cuivre et le zinc, les entreprises françaises peuvent devenir des fournisseurs importants, alors que pour l’extraction aurifère elles ont peu d’expérience. Ensuite, il y a le développement agricole du pays, avec, notamment, le pôle de croissance de Bagré dans l’est, non loin de la frontière avec le Togo, initiative qui doit se développer dans le pays. Des entreprises françaises peuvent s’installer ou collaborer avec des opérateurs nationaux pour y produire, vendre sur le marché local et à l’étranger. Elles...

Il vous reste 70% de l'article à lire
Ce dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité et contient 6 articles
Se connecter
Pas encore lecteur? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Ce dossier : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres