fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Parc des expositions de Téhéran
© François Pargny
Pays & marchésRéglementations

Après Cuba, l'Iran, ou plutôt, en même temps. Les chances de sauver l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien de juillet 2015 – le Joint Comprehensive Plan of Action - JCPoA (Plan d'action global commun)- et les relations économiques et commerciales légitimes avec ce pays s’amenuisent au fur et à mesure que les États-Unis accentuent la pression. Le 2 mai dernier, est ainsi entrée en vigueur la fin de l’exemption accordée par les États-Unis, début novembre 2018, à huit pays pour importer du brut iranien : Chine, Corée du Sud, Grèce, Inde, Italie, Japon, Taïwan, Turquie. Riposte de Téhéran : la menace brandie par le président Rohani, le 8 mai, de restreindre l'application de certains de ses engagements dans le cadre du JCPOA, donnant 60 jours aux autres signataires de l'accord - France, Royaume-Uni, Chine, Russie et Allemagne-, pour accélérer le maintien de circuits commerciaux et financiers. On en est loin, un retour en arrière s'impose.

A l’époque de l'exemption accordée par les Américains aux exportations iraniennes de pétrole, il s’agissait pour l’administration américaine d’éviter une fronde trop vigoureuse contre sa politique unilatérale de sanction à l’encontre de Téhéran alors qu’elle venait de décréter l’interdiction d’importer du pétrole iranien et l’inscription sur une liste noire de quelques 700 noms d’entités et de personnalités avec lesquelles tout lien serait susceptible d’être sanctionné. Le 15 avril dernier, le département d’État américain a d'ailleurs ajouté les gardiens de la révolution, la principale force armée iranienne dont les intérêts économiques sont très importants en Iran, à sa liste des organisations terroristes...

Ceci est un extrait de la Lettre confidentielle du MOCI n° 327
diffusée le 9 mai 2019 auprès de ses abonnés
Pour lire la suite, cliquez ICI
Pour consulter gratuitement le sommaire de la dernière Lettre, cliquez ICI

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >