Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

© Sergey Nivens - Fotolia.com
Finance & assurancePays & marchés

« Si vous cherchez un emploi et que vous êtes expert en ‘compliance’, vous trouverez ce soir ; si vous êtes expert en ‘over-compliance’, vous trouverez à midi ». Cette boutade du sénateur centriste du Tarn Philippe Bonnecarrère, rapporteur du Rapport d’information sur « l’extraterritorialité des sanctions américaines : quelles réponses de l’Union européenne ? »*, illustre le degré d’urgence et de complexité dans lequel sont plongées les entreprises qui opèrent à l’international face aux contraintes de « compliance » -conformité en français- vis-à-vis de l’écheveau des sanctions américaines de portée extraterritoriale touchant certains pays, en premier lieu l'Iran. Les grandes entreprises, les grandes banques, finissent par « sur-appliquer » (over-compliance) ces mesures, autrement dit interrompre toutes relations avec les pays sous sanctions, y compris dans des domaines exemptés (exemple : les denrées alimentaires pour l’Iran), par crainte des représailles de l’administration américaine…

Le sénateur s'exprimait le 10 octobre lors d’un échange avec des journalistes conviés à la présentation de son rapport, après son adoption, le 4 octobre, par la Commission des affaires européennes du Sénat, que préside Jean Bizet (LR, Manche). La salle était comble tant le sujet est brûlant. Ce rapport a d’autant plus d’intérêt qu’il a le mérite de dresser un panorama clair et documenté de la situation, et de faire une analyse réaliste des solutions existantes et envisageables pour permettre à l’Europe de répondre à la fois sur le plan politique - la mise à jour et l’entrée en vigueur du règlement de blocage européen début août- et sur un plan pratique et concret, pour permettre aux entreprises européennes de continuer à commercer avec les pays sous sanctions dans les domaines autorisés par les règles européennes, typiquement le cas iranien...

(Article mis à jour le 19 octobre 2018 à 9H)

Ceci est un extrait de la Lettre confidentielle du MOCI n° 300
diffusée le 18 octobre 2018 auprès de ses abonnés
Pour lire la suite, cliquez ICI
Pour consulter gratuitement le sommaire de la dernière Lettre, cliquez ICI

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >