fbpx

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

X

NEWSLETTERS DU MOCI


Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.


Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.



  • BEST-OF

    Recevez tous les vendredis, les articles les plus populaires de la semaine.

  • NOUVEAUTÉS

    Soyez au courant des nouvelles parutions mensuelles du Moci et de toutes nos offres spéciales.

  • ÉVÉNEMENTS

    Suivez tous les événements du MOCI :

    - Forum Moci,
    - Forum Afrique,
    - Palmarès Moci des PME et ETI à l'international
    et ceux de nos partenaires.
  • LE SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE

    Recevez chaque jeudi, le sommaire des articles de la Lettre confidentielle qui vous informe sur les dernières actualités et vous livre ses analyses et ses exclusivités. Les articles entiers sont payants ou accessibles via abonnement.

CODE DE SECURITE :

captcha

Attention !

Il semblerait que vous ayez déjà souscrit à cette offre.

Je poursuis quand même
X
X

Actualités

Recevez l'actu la plus populaire de la semaine en vous abonnant au

BEST OF du MOCI

En ce moment
23 septembre 2019

Ile-de-France / Export : le déficit commercial s’est creusé en dix ans

© Jens-Fotolia.com

Une croissance de l’export supérieure à celle de l’import en dix ans (2009-2018) n’aura pas suffi, constate le Centre Régional d'Observation du Commerce, de l'Industrie et des Services (CROCIS) dans une note de septembre.

De fait, d’après l’observatoire de la CCI Paris Ile-de France, l’amélioration du taux de couverture des importations par les exportations, passé de 52,7 % à 65,6 % en Ile-de-France, n’aura pas empêché le creusement du déficit des échanges. Celui-ci s’est légèrement accentué de 1,2 milliard d’euros pour passer à – 51,1 milliards d’euros.

L’import plus vite en valeur absolue que l’export

Ce paradoxe apparent s’explique facilement : il y a dix ans, les importations de l’Ile-de-France étaient près du double de ses exportations (105,6 milliards pour 55,7 milliards d’euros). Et si la croissance de ses exportations a été bien supérieure à celle de ses importations (+ 74,9 % contre + 40,4 %), en valeur absolue, les secondes ont, malgré tout, continué à évoluer plus vite que les premières (+ 42, 7 milliards pour + 41,6 milliards).

Ainsi en 2018, pendant que les ventes l’étranger approchaient la barre des 100 milliards à 97,4 milliards exactement, les achats hors de l’Hexagone frisaient, de leur côté, celle des 150 milliards, s’élevant ainsi à 148,5 milliards d’euros. Les exportations et importations franciliennes ont ainsi représenté respectivement 20,2 % et 26,6 % du total France.

Chine, premier déficit, Allemagne et États-Unis, principaux clients

Tant pour les importations que pour les exportations, l’Europe est demeurée le principal partenaire. Sur cette zone, le déficit commercial a doucement reculé, en passant de – 36,2 milliards à – 32,3 milliards d’euros. A l’inverse, il s’est détérioré sur l’Asie-Océanie, atteignant - 21,9 milliards en 2018 au lieu de - 15,6 milliards en 2009. C’est d’ailleurs avec la Chine que le solde des échanges est le plus négatif, soit - 17,1 milliards d’euros.

Avec le continent américain le  déficit commercial a été résorbé, au point que l’an dernier l’Ile-de-France pouvait se réjouir de détenir un solde positif de 16,4 milliards d’euros.

S’agissant des exportations, la part des deux pays clients de la région, États-Unis et Allemagne, a grossi, s’élevant à 25,9 % en 2018 au lieu de 20,3 % en 2009. Le Crocis observe que le solde des échanges avec la patrie de Donald Trump est devenu positif grâce à l'amélioration de la balance commerciale des produits pharmaceutiques et de la construction aéronautique et spatiale.

Or, si l'aéronautique est une filière où la France est particulièrement performante à l'export, la condamnation d'Airbus par l'Organisation mondiale du commerce (OMC) qui serait bientôt rendue publique, après que l'OMC ait également épinglé en avril Boeing pour cause de  subventions publiques, pourrait remettre en cause, au moins en partie, ce bel envol. A suivre de près...

 

Desk Moci

enjeux-214_Etats-Unis et Allemagne, partenaires de l'IdF à l'export_septembre
Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >