Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Commerce extérieur : les « verrous » qui entravent les exportateurs, cibles des fédérateurs de filières

16 juin 2016


Cet article a fait l'objet d'une alerte confidentielle délivrée aux abonnés de la Lettre confidentielle le 13 juin. Depuis qu’en août 2012 Laurent Fabius, alors patron du Quai d’Orsay, a lancé la diplomatie économique, les ambassadeurs à l’étranger sont devenus des maillons essentiels dans la chaîne des acteurs à l’international (lire à cet égard notre article dernière alerte *). Mais si l’activité au service des entreprises menée de l’extérieur des frontières nationales est ainsi montée en puissance, pour autant, le ministère des Affaires étrangères et du développement international (Maedi) entend aussi jouer un rôle majeur à partir de Paris pour « lever » ce qu’il appelle « les verrous » qui entravent le déroulement normal de l’activité des entreprises françaises. Un travail de fond avec les fédérateurs des familles de produits prioritaires Dans cet effort, l’appui du secteur privé, entreprises, syndicats, fédérations professionnelles ou structures spécialisées, est évidemment essentiel. En première ligne, on retrouve ainsi les familles de produits prioritaires (« mieux communiquer », « mieux se soigner »…) fondées en son temps par Nicole Bricq, alors ministre du Commerce extérieur (juin 2012-mars 2014),...

L'accès à la totalité de l'article (1105 mots) est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.
Se connecter Pas encore lecteur ? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Cet article : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres
Contenu associé