Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

France / Export : l’Allemagne incontournable plus que jamais, selon Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat à l'Europe et aux affaires étrangères
© François Pargny

Commerce extérieur : l’Allemagne reste un partenaire clé de la France

13 février 2020


Pour le commerce extérieur de la France, l’Allemagne demeure incontournable. Même si son économie souffre aujourd’hui plus que l’Hexagone de la montée du protectionnisme, son poids dans les exportations tricolores demeure fondamental. Interrogé par Le Moci le 7 février, lors de la présentation des chiffres du commerce extérieur 2019, sur la faiblesse conjoncturelle de l’économie allemande, Jean-Baptiste Lemoyne a semblé plutôt confiant. Certes, selon le secrétaire d’État à l’Europe et aux affaires étrangères, « il faut se montrer attentif. Par exemple, les exportations de pièces automobiles chez notre voisin ont décéléré de 5 % ». Mais, pour lui, ce dont souffre avant tout la première économie d’Europe, c’est « du marché mondial atone ». Après 18 mois de baisse de la production industrielle chez ce partenaire, la situation s’est stabilisée, fait-on ainsi remarquer au Trésor, où on met en avant trois facteurs d’explication : le ralentissement de la demande internationale dans l’automobile, qui touche l’Allemagne comme d’autres pays (Royaume-Uni, Turquie) ; le report de productions dans ce secteur d’Allemagne vers l’Europe centrale ; et les difficultés occasionnées par l’adaptation aux nouvelles normes...

L'accès à la totalité de l'article (838 mots) est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.
Se connecter Pas encore lecteur ? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Cet article : 5.00 €
par porte-monnaie
ou par CB

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
du MOCI
Je découvre les offres
Contenu associé